La brutale torture et la mort de M. Lei Ming, qui diffusa des vidéos clarifiant les faits dans la ville de Changchun en 2002 (Photos)

M. Lei Ming, un pratiquant de Falun Dafa de 30 ans, vivait dans la ville de Baishan, province du Jilin. Il a travaillé avec d'autres pratiquants et réussi à diffuser les vidéos de clarification des faits au sujet du Falun Gong sur un réseau du câble TV dans la ville de Changchun le 15 mars 2002. Les vidéos ont exposé les mensonges fabriqués par le régime du parti communiste chinois (PCC) et Jiang Zemin. Ceci a aidé beaucoup de gens à se réveiller du bombardement de mensonges du PCC au sujet du Falun Gong


[davantage des photos accompagnant cet article peuvent être vues à : http://www.clearwisdom.net/emh/articles/2006/9/9/77818p.html]

M. Lei a été illégalement arrêté après que le régime de Jiang ait émis l'ordre « Tuez sans pitié. » Après qu'il ait été sauvagement torturé au centre de détention de Tiebei, il a été condamné à 17 ans de prison par la cour intermédiaire de la ville de Changchun. Il a été envoyé à la prison de Jilin, où il a été soumis à la torture du Lit de la mort et autres cruautés, en plus d’être soumis au lavage de cerveau, menaces, et intimidation 24 heures sur 24. Ces mauvais traitements brutaux ont causé l’infirmité de ses jambes et l'atrophie de ses muscles.Il ne pouvait plus marcher ni prendre soin de lui-même et souffrait également d’une grave tuberculose. Les fonctionnaires de la prison de Jilin ont renvoyé Lei Ming dans sa famille en novembre 2004 quand il était au seuil de la mort. Il ne pesait plus qu'environ 35kg et était extrêmement faible. La police et les fonctionnaires locaux de la prison l'ont constamment harcelé chez lui après sa libération. Il est parti en exil pour éviter le harcèlement et est mort le 6 août 2006.

Tortures à la Division 1 du département de la police de la ville de Changchun

La police et d’autres fonctionnaires ont tout d'abord arrêté M. Lei pour avoir diffusé la vidéo de clarification de la vérité le 15 mars 2002. Ils l'ont emmené au commissariat de rue de Qingming de la ville de Changchun. Il a plus tard été envoyé au département de police de la ville de Changchun, où la police l'a brutalement électrocuté avec des matraques électriques. Ils l'ont par la suite transféré à la Division numéro 1 du département de la police de ville de Changchun où les policiers Liu Huibin, Jiang Tao, Gao Hang, Jiang Bo, et le chef de section Gao l'ont persécuté.

La police a placé M. Lei sur un banc du tigre, lui attachant les jambes serrées avec une corde, ont inséré une barre en métal dans les trous des deux accoudoirs et l’ont fermée à clef une fois la barre mise en place. Ils lui ont menotté les mains derrière le dos au-dessus de la chaise avec ses aisselles serrées contre le dos de la chaise. Ils ont alors mis une ceinture en cuir au travers des menottes et à travers la colonne inférieure des pieds de la chaise jusqu’en haut. Deux policiers tiraient violemment la ceinture vers le bas tandis qu'un autre policier donnait violemment des coups de pied sur les menottes pour augmenter la douleur.

Davantage de policiers sont venus assiéger M. Lei et lui ont frappé le visage. Deux policiers, chacun avec une matraque électrique, lui ont enlevé ses vêtements. Ils lui ont ensuite électrocuté le cou, la bouche, les cuisses, la poitrine, les parties génitales et l’anus, faisant crier Lei Ming de douleur. La police ne s'est arrêtée que lorsque la charge des matraques électriques a été épuisée.

Tandis qu'ils rechargeaient les matraques électriques, deux autres policiers ont enveloppé la tête de Lei Ming dans un sac en plastique. Ils ont serré l'ouverture du sac autour de son cou pour empêcher l’air d’y pénétrer. M. Lei a presque suffoqué. Ils ont détaché le sac et l’ont serré de nouveau après qu'il ait pris juste quelques bouffées d’air. Ils ont répété ceci jusqu'à ce que les batteries des matraques électriques soient entièrement rechargées. Deux autres policiers les ont rejoints et ont commencé à électrocuter M. Lei. Ils ont également pris un tournevis, l'ont chauffé sur le fourneau et lui ont brûlé le cou jusqu'à ce que des morceaux de chair carbonisée et de peau se détachent.

Lei Ming grinçait des dents pour supporter la douleur. La police a électrocuté avec les matraques électriques les blessures fraîches de brûlure sur son cou et lui a alors versé de l'eau sur le cou. La douleur était atroce. Les policiers lui ont couvert la tête d’un grand seau en métal et ont frappé le seau aussi fort qu'ils pouvaient avec une barre énorme en métal, produisant un bruit assourdissant. La police a également inséré un bâton en bois dans son anus avant de lui électrocuter l’anus avec une matraque électrique pour causer davantage de douleur.

En quatre ou cinq heures, les os des bras et des poignets de M. Lei sont sortis de leurs articulations. Ses vêtements étaient trempés de sueur. Un policier a pris les mains de M. Lei, qui étaient menottées derrière son dos et les a levées aussi haut qu’il a pu, appuyant de force la poitrine de M. Lei contre ses cuisses et écrasant la barre de métal contre son estomac. Ils l'ont maintenu dans cette position cruelle pendant environ cinq minutes. Son bras droit a été disloqué à l’articulation de l'épaule à force d'être poussé vers le haut, et son avant-bras droit était noir et handicapé, se balançant sans vie dans les airs. Ses deux mains étaient enflées et ses doigts étaient deux à trois fois leur grosseur normale.

La police s’est relayée pour torturer M. Lei pendant quatre jours sans interruption. Ils l’ont par la suite emmené au centre de détention de Tiebei où, à son arrivée, on lui a dit d’enlever ses vêtements pour une inspection physique. Les gardes au centre de détention ont vu qu'il avait été gravement blessé et ont refusé de l'accepter. Cependant, les policiers du département de police de ville leur ont parlé et ont réussi à le faire accepter.

Après que Lei Ming soit entré dans la cellule, on lui a tout d’abord dit de prendre une douche et d’avoir une coupe de cheveux. Quand il a enlevé ses vêtements et que ses blessures ont été exposées, tous les prisonniers ont été choqués. Il avait des blessures noires de décharge électrique et des blessures de brûlure sur le cou et sur le reste du corps, avec des cicatrices sur les poignets, les bras et les chevilles. Les blessures étaient terrifiantes. Le chef prisonnier a dit, « Avant de voir ceci, je ne croyais pas que le Falun Gong était gravement persécuté ! Maintenant je le crois totalement, et je crois également que le PCC s'effondrera, parce qu’un régime si impitoyable ne peut pas durer. »

Persécution à la prison de Jilin

M. Lei a été détenu au centre de détention de Tiebei dans la ville de Changchun pendant plus de six mois, et, comme cité ci-dessus, la cour intermédiaire de la ville de Changchun l'a condamné à 17 ans de prison. Il a été envoyé à la prison de Jilin le 25 octobre 2002, et détenu dans le groupe 1 de la salle 4 de la prison, maintenant appelé Salle 7. Plusieurs détenus l'ont brutalement battu le premier jour. Ils ont essayé de le forcer à écrire une déclaration de garantie, lui ont frappé les globes oculaires et lui ont écrasé les testicules. Il a protesté contre le traitement cruel. Song Yufeng, le chef du groupe et le garde Liu Tiejun l'ont envoyé à l'Equipe strictement contrôlée pour une persécution plus intense.

Les fonctionnaires utilisaient un lit spécial pour étirer Lei Ming. Ils l'ont immobilisé pendant sept jours, lui infligeant une grande douleur physique. Après cela, ils l'ont forcé à s'asseoir sur un petit banc de 4h50 à 19h30. Ils ne lui donnaient qu’un petit pain et un bol de bouillon de légumes à chaque repas.

La santé de Lei Ming s’est détériorée après cinq mois de torture dans l'Equipe de contrôle strict, et son poids est passé de 65 à 33kg. Il pouvait à peine marcher et a été envoyé de nouveau dans la section générale de la prison.

Les fonctionnaires ont vu M. Lei Ming lire les articles du Maitre le 18 février 2004. Les gardes Yufeng, Liu Tiejun, et Yu Zhongze l'ont envoyé de nouveau à l'Equipede contrôle strict et l'y ont détenu pendant quatre mois et demi. Pendant cette période, les fonctionnaires Li et Wang de la section d'éducation ont questionné et ont fait pression sur M. Lei chaque jour pour connaitre la source de l’article du Maitre, ce qui lui a fait vomir du sang pendant longtemps. Il était gravement émacié.

M. Lei Ming a été transporté dans la prison régulière le 2 juillet 2004. Il était maigre comme un squelette et ne pouvait pas marcher ou prendre soin de lui. Il a développé des symptômes de maladie cardiaque, une tuberculose aiguë et active, et quelques autres maladies. Les autorités l'ont envoyé à l'hôpital de la prison de Jilin le 8 novembre 2004, et l’ont transféré deux jours plus tard à l'hôpital de « Rééducation » par le travail de Changchun où il est resté pendant quatre jours. Après quoi, M. Lei a été transféré à l'hôpital du chemin de fer de Jilin où il est resté pendant 15 jours. Les autorités de la prison ont refusé de payer les frais médicaux parce qu'ils pensaient qu'il n'allait pas vivre très longtemps. Ils n'ont pas voulu prendre la responsabilité de sa mort et l’ont libéré sous caution pour raison médicale en 2004. Il était déjà au seuil de la mort.

M. Lei Ming est décédé en exil suite à la persécution impitoyable

Lei Ming a été transporté de la prison à la maison. Bien qu’il n’avait que 30 ans, ses jambes étaient handicapées et ses muscles atrophiés, résultat de la torture barbare, et il ne pouvait pas marcher. Il souffrait également d’une grave tuberculose et ne pouvait pas prendre soin de lui.

La police et les autorités de la prison locales ont fréquemment harcelé M. Lei chez lui pour le persécuter davantage. Il n'a eu d’autre choix que l'exil. Il ne pesait que 33kg quand il a quitté la prison et devait rester alité. Il toussait constamment et avait de la difficulté à respirer. Il ne pouvait pas dormir la nuit et devait dormir en s’asseyant partiellement. S'il s’étendait, il s’étouffait avec ses sécrétions. Il ne pouvait pas beaucoup manger et il était maigre comme un squelette. Il est finalement décédé à 7 heures le 6 août 2006.

Les pratiquants de Falun Gong parcourent rues et villages pour distribuer des dépliants et afficher des banderoles. Ils supportent douleur et souffrance avec courage. Ils ont risqué leurs vies pour diffuser des vidéos clarifiant les faits au sujet du Falun Gong et révélant la beauté de Dafa. En même temps qu'ils dénoncent la persécution sanglante, un secret lourdement gardé par le PCC, ils éveillent la conscience et la bonté dans le cœur des gens.

Avec l'avancée de la rectification de la Loi [Ndt : rectification de la Loi ou rectification des principes, le Falun Gong enseigne que "Zhen Shan Ren" ("authenticité, Compassion, Tolérance") sont la nature fondamentale de l'univers ) l'effondrement du Parti communiste chinois est proche , les livres d'histoire enregistreront un jour les actes magnifiques des pratiquants de Dafa sauvant les êtres.

Traduit de l’anglais au Canada le 9 septembre 2006

Version chinoise disponible à : http://minghui.ca/mh/articles/2006/9/2/136907.html


Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.