The Epoch Times : La Chine moderne d’aujourd’hui est comme l’Allemagne Nazie, a dit un député australien

Le 29 août 2006

Un député australien a fait des parallèles entre l'Allemagne Nazie et le régime communiste chinois après la publication d'un rapport indépendant sur le massacre des pratiquants du Falun Gong pour leurs organes vitaux.

Chris Bowen, député travailliste pour l'électorat de Fairfield à l’ouest de Sydney , a dit récemment à la chaîne de télévision de langue chinoise NTDTV que les gens dans les années 30 et 40 avaient été incapables d'apprécier les premiers témoignages de meurtres de masse contre les juifs parce que le concept de telles atrocités étaient trop incroyable pour beaucoup de gens.

M. Bowen a dit, « Les gens n'ont pas cru les rapports sortant d'Allemagne parce qu'ils ne pouvaient pas croire qu'un être d'humain puisse faire la sorte de choses qui étaient faites à un autre être humain, et je pense que nous sommes confrontés à une situation semblable, [en ce qui concerne] la situation en Chine ».

« Je n'ai aucun doute que le public serait absolument horrifié, » a dit M. Bowen en parlant du massacre des pratiquants de Falun Gong pour leurs organes vitaux. Il a dit « Même les personnes, et il y en a beaucoup qui dans le passé n’ont porté aucun intérêt aux droits de l'homme en Chine, seront absolument horrifiées par ces allégations ».

M. Bowen a dit qu'avec le rapport indépendant publié le 6 juillet par David Kilgour, l'ancien secrétaire d'état canadien, et M. David Matas, l’avocat des droits de l'homme, il y a maintenant une obligation d'informer le public au sujet des prélèvements - approuvés par l’état - des organes des pratiquants de Falun Gong.
M. Bowen a dit « Il y a une obligation pour nous tous qui sommes au courant de le faire savoir autant que possible; parce qu’il n’y a pas tellement de gens qui sont au courant à l'heure actuelle et ceci doit changer. Nous avons tous un rôle à jouer- les députés, les médias, les simples citoyens, tous et chacun ».

Il a déclaré « il y a une obligation de faire comprendre très très clairement au gouvernement chinois que cette conduite est inacceptable dans une société moderne et que nous la jugerons très, très sévèrement en effet ».

Tout en restant en faveur du commerce avec la Chine, M. Bowen a déclaré que les droits de l'homme devraient être mis au premier rang et qu’une telle position n'affecterait pas les échanges de l'Australie avec Pékin.

« Je tends à penser que nous avons très peu à craindre parce qu’il n’y a pas beaucoup de pays dans le monde où la Chine peut obtenir son charbon, son acier, son uranium. Ils ont besoin de nous dans ce cas présent, donc même si nous craignons de perdre des affaires, je pense que nous devons donner la priorité aux droits de l’homme, mais dans le cas qui nous concerne, je pense que la crainte [de perdre des affaires] est exagérée. »

Le 6 août, M. Bowen a rencontré et a également été l’hôte d’une conférence de presse à la Chambre australienne du Parlement pour M. Kilgour, l’un des auteurs du rapport et également M. Edouard McMillan-Scott, vice-président du Parlement européen.

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.