Le rôle des couleurs dans la culture traditionnelle chinoise

 
Ce mille-feuille d'incroyable couleurs est un paysage réel se trouvant dans le Parc géologique national de Zhangye Danxia de la province du Gansu, 'Danxia' etant le nom de ce type de roche, 'Zhangyue" cet endroit particulier. (Publié par Amazing Stuff)

Pendant des milliers d’années dans l’histoire de la Chine, à l’exception des dynasties Pre-Qin et Qin, la population chinoise a utilisé des couleurs lumineuses. Aujourd’hui dans la Chine moderne, le rouge est une couleur très populaire. Mais les Chinois de l'antiquité avant la Dynastie Ming ne prêtaient pas une attention particulière à la couleur rouge contrairement à ce que pensent les gens aujourd'hui.


Dans la langue moderne chinoise " Yan Se " signifie couleur, mais dans l’ancienne chine " Yan Se " n’avait pas tout à fait la même acception qu’aujourd’hui. Cela signifiait en fait " expression faciale ". Par exemple il y a l’expression " Yan Se Qiao Cui " (las- fatigué) dans le livre Chu Ci Yu Fu (Versets de l’Etat de Chu). Dans le livre Shuo Wen Jie Zi (Expliquer les caractères et les expressions), " Yan "désigne l’emplacement entre les deux sourcils et " Se " veut dire qi (énergie). Dans le commentaire du célèbre érudit Duan Yu Cai il est dit : " La honte, le regret, la joie et les inquiétudes sont appelés Yan Se (expression faciale). Parce que le cœur d’une personne atteint le qi, qui atteint les sourcils ". Aussi est-il évident qu’originellement " Yan Se " se référait à l’expression du visage de quelqu’un et non à la couleur des choses dans le monde.


C’est seulement sous la Dynastie Tang que " Yan Se " a pris la signification de couleurs. Par exemple Du Fu, un poète sous la Dynastie Tang, a écrit dans son poème " La base des fleurs " : " Connaître clairement les bonnes couleurs et ne pas se contenter d’être du sable ou de la boue. " L’expression chinoise " Wu (cinq) Yan Liu (six) Se " qui est utilisé pour décrire une myriade de couleurs indique aussi que " Yan Se " signifie couleurs.


Il y a environ cinq mille ans avant J.Christ, du temps de de Huang Di (l’Empereur Jaune), la population vénérait une seule couleur. Après Huang Di et pendant les périodes Shang, Tang, Zhou et la dynastie Qin, les empereurs choisirent des couleurs comme symboles en fonction de la théorie des cinq éléments. Les cinq éléments sont dans l'ordre l’eau, le feu, le bois, le métal et la terre ce qui correspond respectivement aux couleurs noir, rouge, bleu-vert, blanc et jaune. Les anciens Chinois croyaient que les cinq éléments étaient la source de toute chose dans la nature. Les cinq éléments étant la source de toute chose, les couleurs proviennent aussi de ces cinq éléments. Se basant sur la théorie que " les couleurs sont là naturellement et que les couleur noire et blanche ont été les premières à apparaître ", les gens ont graduellement établit une relation entre les couleurs et le principe des cinq éléments, ce qui guide le mouvement naturel des cieux et du Dao céleste. Les gens choisissent aussi leurs vêtements, leur nourriture, leurs moyens de transport et leur logement en fonction des changements naturels des saisons, du printemps, de l’été, l’automne et l’hiver ce qui intègre aussi la théorie des cinq éléments


Dans le système traditionnel chinois les cinq couleurs, noir, rouge, bleu-vert, blanc et jaune sont considérées comme des couleurs standards.


Dans le livre du Yi Jing (le livre des Changements) La couleur noire était considérée comme la couleur des cieux. L’expression " Les cieux et la terre d’un noir mystérieux " était ancrée dans la croyance des anciens pour qui le ciel du nord était d’une couleur noire mystérieuse. Ils croyaient que Tian Di (l’empereur des cieux) se trouvait dans l’étoile du Nord. En conséquence le noir était considéré dans l’ancienne Chine comme le roi des couleurs. C'est aussi la seule couleur à avoir été vénérée dans l’ancienne Chine. Dans le diagramme du Taji de l’ancienne Chine, les couleurs noire et blanche sont utilisées pour représenter l’unité du Yin et du Yang.


Dans le concept de couleur des anciens Chinois, la couleur blanche représente une multiplicité de choses. Dans la théorie des " cinq éléments ", le blanc correspond à l'or, ce qui montre que les chinois de l'antiquité estimaient que la couleur blanche symbolise la clarté ce qui la classifie au rang de couleur standard, représentant la nature de la pureté, de l'éclat et la plénitude.


La couleur rouge symbolise la chance et la joie pour les Chinois.


La couleur jaune est la couleur du centre, symbolisant la couleur de la terre. En Chine il y a une expression: “Le jaune génère le Yin et le Yang” estimant que le jaune est Le centre de toutes les couleurs. Le jaune est la couleur orthodoxe positionnée dans le centre et c’est la couleur de la neutralité. Il est placé au dessus du marron et considéré comme la plus belle couleur de toute.


La couleur bleu-vert symbolise le printemps, lorsque tout déborde de vigueur et de vitalité. Pendant la période pré-Qin, la symbolique des couleurs de l’ancienne Chine a commencé à montrer une tendance à la diversification. Afin de soutenir le cérémonial de la Dynastie Zhou, Confucius a défini les couleurs jaune, bleu-vert, blanc, rouge et noir comme des couleurs standards et supérieures. Il a relié les cinq couleurs à la bienveillance, la vertu et la gentillesse et les a incorporées dans les cérémonies officielles. Pendant la Dynastie Zhou la couleur rouge était vénérée. Lao Zi, d’un autre côté, disait que les " cinq couleurs rendaient les gens aveugles " au point que l’école de Dao a choisi comme symbole la couleur noire.


À cette époque, le symbolisme des différentes couleurs était largement relié à l’appellation des saisons et des directions. On attribuait à chaque saison une couleur et une direction. Le printemps était représenté par un soleil bleu-vert, la principale divinité protectrice était un dragon bleu-vert et sa direction était l’est. L’été était représenté par une lumière rougeâtre avec pour protecteur une flèche rouge et sa direction était le sud. L’automne était représenté par la couleur blanche avec pour protecteur un tigre et sa direction était l’ouest. L’hiver était représenté par la couleur noire avec pour protecteur une tortue noire et sa direction était le nord. La couleur jaune était la couleur symbolique des cinq empereurs légendaires de la Chine ancienne. En Chine le jaune avait une signification symbolique particulière et était le centre des cinq couleurs, symbolisant la couleur de la terre.


En 211 A.C, Qin Shi Huang a unifié la Chine. Il respectait toujours la tradition de ses ancêtres et observait les objets et choisissait les symboles, distinguant le noir du blanc, respectant la vertu de l’eau et " décidant qu’Octobre était le début de l’hiver avec le noir pour couleur. " Quand Qin Shi Huang accéda au trône " La couleur des habits et des drapeaux était le noir. "


Depuis la Dynastie Qin les couleurs ont commencé graduellement à avoir une fonction décorative et les couleurs de l’ancienne Chine se sont dirigées vers un développement riche et coloré. À travers les Dynasties, après la Dynastie Han, le jaune est devenu la couleur symbolique spéciale de la Cour royale dont l' éclat et l'ombre rappelaient ceux de l’or. Les gens ordinaires n’avaient pas le droit de porter des vêtements jaunes. À travers toutes les Dynasties, les habits officiels de différents rangs étaient aussi de différentes couleurs. En général, les gens considéraient les cinq couleurs secondaires comme étant les cinq couleurs inférieures. Pendant la Dynastie Hang, le violet éclatant était souvent considéré comme une couleur extrêmement précieuse et rare. Pendant la Dynastie Tang, le violet était utilisé pour les habits des fonctionnaires au dessus de la " cinquième classe " et était très apprécié par les membres de la Cour royal. Les bordures violettes étaient considérées comme élégantes.


Dans la culture chinoise, les relations entre la couleur et le métier à tisser, la couleur et l’art, la couleur et la poésie et la couleur et les coutumes sont étroitement liées et inaltérables.


Les couleurs étaient largement utilisées dans la planification d’une ville, des murailles et des peintures. Par exemple, après la Dynastie Ming seuls ceux qui étaient apparentés à l’empereur pouvaient habiter des maisons aux murs rouges ayant un toit aux tuiles jaunes. Les maisons des gens ordinaires pouvaient seulement être construites de briques bleus avec un toit aux tuiles bleues. Cependant les couleurs utilisées pour les poutres travaillées et les colonnes étaient très riches. Un grand nombre de bâtiments avaient des tuiles noires et des murs blancs.


Dans les caves de Dun Huang, datant des années 1500, il y a plus de dix milles pièces de peintures murales. Les couleurs utilisées dans les différentes périodes sont différentes. Par exemple dans les peintures murales de la Dynastie Wei du Nord, le rouge et le marron étaient les couleurs principales avec comme suppléments le bleu et le noir. Dans les peintures murales de la Dynastie Tang, le jaune était la couleur principale, et l’application des couleurs était également variée, lumineuse et magnifique. Dans les peintures murales de la Dynastie Song, le bleu et le vert étaient les couleurs dominantes.


Dans les peintures chinoises, le charme romantique d’une peinture est principalement exprimé par l’épaisseur de l’encre. Cette pratique est connue sous le nom de " L’encre à cinq couleurs " et " irradier brillamment sans l’utilisation de couleurs éclatantes." Les superbes réalisations artistiques sont marquées par l’épaisseur ou la finesse de l’encre. " L’encre contient cinq couleurs " se réfère à cinq types d’ombres, calciné, épais, cendre, mince et claire. Aux yeux d’un peintre la couleur de l’eau est complètement différente d’une saison à l’autre, comme il est dit dans le livre de Guo Xi Lin Quan Gao Zhi (Un livre sur la peinture). " La couleur de l’eau est verte au printemps, vert bleu en été, vert d’eau en automne et noire en hiver. " Différentes couleurs sont utilisées dans la peinture traditionnelle chinoise. Lors de la sélection des Peintures célèbres de la Dynastie Tang il a été enregistré que les peintures de paysages de Li Si Xun, aux couleurs vertes et bleues très fortes ont reçu les éloges appuyés de l’empereur Xuan Zong comme étant " les meilleures peintures de paysage de la nation ". Ces styles de peinture de la cour royale sont souvent soulignés par des couleurs extraites de différents minéraux comme le Shi Qing (azurite), Shi Lu (vert minéral), Si Huang (jaune minéral), Zhu Sha (cinabre), Yan Zhi (cochenille),Qian Fen (poudre de plomb) et Ni Jin (peinture dorée). Leurs couleurs étaient lumineuses et magnifiques. Les anciens Chinois étaient très doués pour extraire des couleurs d’un grand nombre de minéraux et de plantes. En raison de cela les couleurs des peintures chinoises sont devenues plus systématiques et abondantes dans leur éclat et leur richesse.


Les poésies et les peintures chinoises partagent la même origine. Leur relation est souvent décrite comme " une peinture récite un poème et un poème dessine une peinture. " Les poèmes sont souvent remplis de couleurs vibrantes et beaucoup de poètes étaient des experts dans la description de couleurs.


Le poète Cui Hu a crée une conception artistique merveilleuse avec des couleurs. Deux versets de son poème Ti Du Cheng Nan Zhuang (Pour le village méridional dans la Capitale) sont très connues : " L’année dernière la beauté et les fleurs de pêcher se reflétaient l’une l’autre dans le rouge ". Le poète Bai Juyi a écrit dans " Vers sur la rivière Mu " : " L’eau est pavée des stries du soleil couchant, la rivière chuchotante vire au rouge." Les deux versets ont dépeint au figuré la beauté des couleurs et ont continué à être appréciés des lecteurs depuis des milliers d’années. Ce type de poète et de poésies sont innombrables dans la culture chinoise.


Beaucoup des caractères chinois modernes utilisés pour décrire les différentes nuances de couleurs ont le radical de la " soie " . Selon le livre Shuo Wen Jie Zi (Explication des caractères et des expressions) il y a 24 caractères qui sont utilisés pour décrire les couleurs des tissus en soie, dont le rouge, le vert, le violet, le rouge profond (cramoisi) ,le rouge lumineux, le rouge foncé (violet foncé), bleu clair, le rouge orange, le blanc etc. Toutes les nuances de couleur montrent combien la fabrication de la soie de l’ancienne Chine était extraordinaire.


La poterie chinoise et les objets en laque emploient des couleurs plus intenses. L'invention de divers lustres colorés a donné à ces articles une brillance et une apparence lustrée. Du célèbre Tang San Cai (poterie vernie au trois couleur de la Dynastie Tang) à la poterie vernie aux cinq couleurs, des articles vert pâles aux articles vernis blancs, de la porcelaine blanche et bleue aux lustres en céramique colorés, les différentes couleurs jouent un rôle principal de par leur beauté. La poterie colorée chinoise antique et la poterie noire représentent la première percée technologique de la poterie de l’ancienne Chine. Les articles en laque et les textiles chinois ont également présentés des modèles exquis et des couleurs magnifiques. Pendant la période des Etats Guerriers la décoration des objets laqués a atteint un niveau sans précédent. L'état de Qi était particulièrement connu pour ses habits brillamment colorés et sa soie. Plusieurs produits en soie qui ont été déterrées des tombeaux antiques ont gardé leurs couleurs originales, y compris le brun, le rouge, le noir, le violet, et le jaune.


Dans la tradition folklorique chinoise, la culture de la couleur est encore plus riche. Le jaune est la couleur des empereurs. Les palais royaux, les autels royaux et les temples royaux emploient souvent la couleur jaune. Le jaune représente également le fait d’être exempt de soucis mondains. Par conséquent c'est également une couleur respectée dans le bouddhisme. Les vêtements des moines sont jaunes et les temples sont également jaunes. Le rouge est l'une des couleurs aimées des Chinois. Dans la célébration de la nouvelle année, des vacances et lors des rassemblements, la couleur rouge est une obligation. Le pourpre est la couleur d'un présage auspicieux et d'une solennité adéquate. Parmi les chinois, il y a l'expression " moineaux pourpres dans les poutres, portent la boue à deux, ils vont et viennent. " Le blanc est la couleur du deuil. Les chinois des temps anciens portaient des vêtements blancs et un chapeau seulement quand ils pleuraient leur mort. Cette tradition est encore pratiquée aujourd’hui.


Dans des temps modernes, particulièrement après que le Parti communiste chinois ait pris le pouvoir, la couleur rouge a commencé à représenter le danger, le sang, la violence et les actions radicales.

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.