Histoires anciennes de cultivation : L'histoire de la pauvreté de Loushajia

 
Village de pêcheurs abandonné en Chine - Tang Yuhong


Pendant la période du royaume de Jusaluo en Inde, un garçon nommé Loushajia vivait dans un village de pécheur. En réalité, il avait cultivé en tant que moine pendant plusieurs vies auparavant. Cependant à cause de son avarice, de son esprit étroit et de son attachement au profit et de sa jalousie, il avait escroqué un moine du niveau d'Arhat et était alors tombé dans une souffrance sans fin. Dans cette vie, il était né dans un village de pécheur et avait aussi apporté le malheur aux villageois.

Il y avait un millier de villageois qui vivaient dans le village et ils étaient comme une grande famille. Mais depuis le jour ou la mère de Loushajia fut enceinte de lui, les villageois ne purent plus attraper un seul poisson jour après jour et s'appauvrirent en conséquence. Pendant les dix mois de sa grossesse, beaucoup de péripéties sont survenues les unes après les autres, et il y a eu sept grand feu et sept punitions du roi. Les pécheurs infortunés étaient impuissants. Après avoir parlé entre eux, ils ont soupçonné qu'il devait y avoir une personne malchanceuse parmi eux qui avait causé de telles calamités. Ils décidèrent de diviser les villageois en deux groupe, cinq cent villageois dans chaque.

Après la séparation, le groupe où étaient les parents de Loushajia était toujours dans une situation misérable, tandis que l'autre groupe regagnait en prospérité. Le groupe infortuné fut encore divisé en deux groupe. Après plusieurs divisions, les parents de Loushajia furent isolés du lot. Tout le monde réalisa alors qu'ils étaient la cause de la misère et ils les expulsèrent alors du village.


La mère de Loushajia avait de grandes difficultés à gagner sa vie et donna naissance à Loushajia pendant son errance désespérée loin de chez elle. Elle prit la responsabilité d'élever son fils pendant les quelques premières années. Lorsque Loushajia fut assez âgé, elle lui donna un bol et dit: " Pauvre enfant, va et mendie ta nourriture dorénavant ! "


Après que sa mère l'ait laissé et sans personne de qui dépendre, Loushajia dût mendier sa nourriture tous les jours et menait une vie misérable.


Un jour alors que le Bouddha Myna mendiait pour se nourrir, il vit un enfant assis à coté d’une bassine de lessive d'une famille riche, ramassant chaque grain de riz qui tombait. Voyant l'enfant maigre et pitoyable dans des vêtements déchirés et usés, le bouddha Myna s’approcha et lui demanda: " Enfant où vis-tu? N'as tu pas de parents? "


L'enfant répondit : " je suis sans abri. Mes parents m'ont dit: " Fils tu as un grand karma et tu apportes la misère à ton clan. Nous avons aussi été aussi entraînés malgré nous" Ils m'ont alors abandonné et ils sont partis. J'ai peur de ne plus jamais les revoir. "


Le Bouddha Myna lui demanda: " Veux tu être moine? "


" je te prendrai " dit le Bouddha Myna au garçon.


L'enfant était très heureux et il suivit le bouddha Myna. Lorsqu'ils revinrent, le Bouddha Myna commença par nourrir et baigner l'enfant lui même. Il lui transmit la Loi de Bouddha et accomplit une cérémonie d'initiation pour Loushajia afin qu'il devienne moine.


Même sous la protection du Bouddha, en raison de propre Karma, Loushajia était destiné a endurer à long terme l'appauvrissement et le tourment de la faim dans sa dernière incarnation.


Bien qu'il fut moine, chaque fois qu’un peu de gruau était mis dans son bol, le bol paraissait aussitôt plein. Alors lorsque les donateurs voyaient que le bol était plein, il ne voulaient pas y mettre plus de nourriture.


Certain donateurs disaient: " c'est très étrange, lorsqu'il est venu prendre le gruau, le gruau dans le seau a disparu et nous n’en avions plus à lui donner."


Lorsque Loushajia atteignit le niveau d'Arhat, il avait peu de désirs et était satisfait. Il ne voulait pas manger beaucoup, seulement pour maintenir les besoins de son corps.


Alors que Loushajia allait atteindre le nirvana, le bouddha Myna le sut dans sa méditation et il pensa: " je dois le nourrir d'un repas complet. "


Le bouddha Myna emmena alors Loushajia à la ville de Shewei pour mendier la nourriture. Mais les gens ne montraient toujours aucun respect. Bouddha Myna n'eut pas d'autre choix que de dire: " retourne d’abord "


Dès qu’il fut parti, le Bouddha Myna eut de la nourriture. Il envoya alors une personne porter la nourriture à Loushajia. Mais la personne mangea la nourriture en chemin. Lorsque Bouddha Myna revint il demanda à Loushajia :" As-tu mangé? "


"Honorable moine, merci. Laisse moi manger plus tard. "


Buddha Myna se sentit mal à l’aise lorsqu'il entendit ce que Loushajia avait dit. Il se rendit compte que l'heure du repas était passée, alors il marcha jusqu'au palais du roi Jusaluo. Il obtint un bol de bonne nourriture pour Loushajia , mais Loushajia était trop gêné pour le manger. Bouddha lui dit : "Loushajia, je tiens le bol et tu t’assieds pour le manger. Si je lâche le bol la nourriture dedans va disparaître."


Alors Loushajia mangea tandis que Buddha Myna tenait le bol et utilisait son pouvoir supra normal pour empêcher la nourriture de disparaître afin que Loushajia puisse manger.


Loushajia quitta ce monde où il avait souffert toute sa vie sans aucun attachement . Il avait remboursé son karma et retourna au monde paisible et heureux des sages.


Buddha Myna vit Loushajia abandonner son corps troublé et fut soulagé. Il ne ressentit plus aucun malaise.


Vous qui lisez cette histoire, ne soyez ni jaloux ni avare et ne vous créez pas de karma. Si vous le faites, vous risquez de souffrir dans une autre vie, incapable d'obtenir ne serait-ce qu’une bouchée de nourriture.


Note:
1. Arhat: être éveillé avec le statut du fruit dans l'école de Bouddha et qui est au delà des trois monde


Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.