Une histoire vraie : Neuf paires de chaussures.

Il était une fois une vieille femme très pauvre. Elle était tellement pauvre qu’elle ne pouvait pas se permettre de prendre un taxi et même un ticket de bus dépassait ses moyens. Alors, lorsque cette petite vieille a décidé d’aller faire appel au gouvernement pour en finir avec la persécution du Falun Gong, elle a dû faire tout le trajet à pieds.

La Chine est un très grand pays. Si quelqu’un a besoin de se déplacer et que cette personne n’a pas d’argent pour le ticket de bus, alors elle commence à marcher. Du village où cette petite dame vivait à la capitale de Pékin, c’est un long voyage. Jour après jour, elle a marché, pensant combien les enseignements l’avaient aidée à devenir une personne meilleure dans sa propre vie, et combien il étaitimportant qu’elle partage ces enseignements avec ses compatriotes chinois. Jour après jour, elle a marché, marché pensant constamment à Zhen, Shan, Ren (Vérité, Compassion et Bienveillance).
Finalement elle est arrivée à la capitale, Pékin, centre du gouvernement. Elle a calmement marché jusqu’à la zone publique de la Place Tiananmen où elle pourrait annoncer son opinion selon laquelle les gens devraient avoir le droit de pratiquer la méthode la plus bénéfique, le Falun Dafa. La place était bondée, quelques touristes, quelques citadins allant de place en place, et quelques policiers à l’affût. Le cœur empli de compassion, vérité et bienveillance, elle s’est assise et a croisé ses jambes en lotus pour montrer aux citoyens les merveilleux exercices de Falun Gong. Deux policiers se sont immédiatement rués sur elle, criant pour qu’elle arrête sa démonstration des exercices et qu’elle les accompagne au commissariat. Elle a dit, « Ok, je viens avec vous, mais laissez-moi d’abord vous expliquer quelque chose ». Elle a ouvert son sac et en a tiré une paire de chaussures très usée. puis elle a sorti une deuxième paire qu'elle a soigneusement posée sur le sol à côté des autres. Elle a fait cela sept autres fois, posant par terre neuf paires de chaussures usées. "Vous voyez cela" a-t-elle dit. "pour arriver jusqu’à la capitale et demander au gouvernement, comme l'autorise la constitution, d’abroger une loi qui me semble injuste, j’ai suffisamment marché pour user les semelles de neuf paires de chaussures".

Le policier n'a fait qu'ouvrir de grands yeux. Puis un de ceux qui l'accompagnait a doucement dit, « Ca va, nous avons compris ! Vous pouvez rentrer chez vous, nous ne vous arrêterons pas ».
Et la bonne vieille dame s’est éloignée de la place


Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.