L’Ambassade de Chine au Canada se montre évasive et élude la demande de visa pour enquêter sur les prélèvement d’organes vivants par le Parti communiste chinois

M. David Kilgour, ancien directeur de la Division Asie Pacifique du Ministère des Affaires étrangères du Canada s’est entretenu vendredi 23 juin 2006 avec un fonctionnaire de l’ambassade de Chine concernant leur entrée en Chine pour enquêter sur le prélèvement d’organes vitaux de pratiquants de Falun Gong. Le fonctionnaire chinois a été évasif et a esquivé sa responsabilité. M. Kilgour espère que le rapport d' enquête sur le prélèvement d’organes par le Parti communiste chinois génèrera suffisamment de pression internationale, pour que la Chine ouvre ses portes et accepte une enquête par des organisations de droits de l’homme internationales.

M. Kilgour: Un réseau clandestin de chirurgiens, infirmières et personnel administratif hospitalier récoltent des organes pour la vente.

L’intention de l’équipe d’investigation en rencontrant les fonctionnaires de l’ambassade chinoise était de demander une enquête sans restriction, sur les faits du prélèvement d’organes vitaux de pratiquants de Falun Gong par le PCC dans les camps de travail et les camps de concentration.

M. Kilgour a dit à un reporter de l' Edmonton Sun qui l’interviewait : “Je savais qu’ils n’allaient pas me permettre le type d’accès dont nous avons besoin. Mais j’espère que notre rapport générera suffisamment de pression internationale pour nous laisser entrer, "

Kilgour a dit au Sun qu’ils étaient en train d’enquêter sur les allégations qu’un réseau clandestin de chirurgien, infirmières et personnel administratif hospitalier récolte des organes pour la vente. " Des membres du Falun Gong sont (dit-on) détenus dans des enclos, attendant la boucherie pour le plus offrant nécessitant une cornée, un rein, ou un cœur. " a dit M. Kilgour.

Des preuves effroyables ont été découvertes et un rapport d’enquête va être publié prochainement

L’autre membre de l’équipe d’enquête indépendante était le célèbre avocat des droits de l’homme M. David Matas. Il a accepté le procès des pratiquants de Falun Gong contre Jiang Zemin en mars 2004. En deux mois, il a obtenu de nombreux témoignages de victimes et les preuves correspondantes.

Après presque huit semaines d’enquête, une vérification des preuves et des entretiens avec les témoins aux Etats-Unis et au Canada, l’équipe d’investigation achèvera et publiera un rapport d’enquête public le 6 juillet. Les preuves réunies dans le rapport comprennent un témoignage de l’ancienne femme d’un chirurgien qui a participé aux prélèvements d’organes de pratiquants de Falun Gong.

M. Kilgour a dit le 22 juin qu’"après avoir parlé aux témoins aux Etats-Unis et au Canada, nous avons obtenu quantité de faits sur lesquels enquêter davantage et les documents correspondants sont disponibles"

Le Edmonton Sun a repris les mots de M. Kilgour : "Certains de ces organes sont immensément chers. Cela devient un business d’exportation pour la Chine, et le monde ne fait rien ! "

"J’ai entendu parler de choses faites aux prisonniers du Falun Gong tellement terrifiantes que je ne peux pas les répéter,” a dit Kilgour, ajoutant que la Chine a récemment admis à la communauté internationale que son gouvernement exécute les prisonniers du Falun Gong

David Kilgour espère qu’un rapport documentant les allégations de prélèvement illégal d’organes de prisonniers du Falun Gong convaincra la Chine d’ouvrir ses frontières aux enquêteurs de la communauté internationale.

Historique

Depuis mars de cette année, trois témoins ont dévoilé à The Epoch Times l’information que les camps de travail du PCC ont pratiqué des prélèvements d’organes vivants sur les pratiquants de Falun Gong. Le 28 mars, Qin Gang, porte-parole du Ministère des affaires étrangères du PCC a nié l’existence du Camp de concentration de Sujiatun et invité les journalistes à le visiter. Le 2 mai, les Ambassades chinoises ont refusé les demandes de visa de trois groupes d’enquêteurs de la Coalition pour Enquêter sur la Persécution du Falun Gong en Chine. (CIPFG)

L’après-midi du 8 mai, l’ancien président du Sous-comité des Droits de l’Homme des Affaires étrangères et ancien directeur de la Division Asie Pacifique du Ministère des Affaires étrangères du Canada, M. David Kilgour, ainsi qu’un célèbre avocat international des droits de l’homme M. David Matas, ont annoncé qu’ils joignaient leurs efforts pour mener une enquête sur la récolte d’organes de pratiquants de Falun Gong vivants par le Parti communiste chinois. Sept membres du Parlement des trois plus grands partis politiques étaient aussi présents pour montrer leur soutien.

Rahim Jaffer, Membre du parlement du Parti conservateur (le parti au pouvoir) a dit : " La position du gouvernement canadien est d’encourager une enquête indépendante pour vérifier les allégations de collecte d’organes vivants. "

Le 2 juin, deux enquêteurs ont envoyé des lettres à l’Ambassade de Chine et demandé à se rendre en Chine pour y conduire des investigations indépendantes.

Le 23 juin, les fonctionnaires de l’Ambassade chinoise ont rencontré M. Kilgour et éludé la requête de l’équipe d’une investigation "sans restrictions " .

Date de l'article original : 6/26/2006

Version Chinoise disponible à :
http://minghui.ca/mh/articles/2006/6/25/131326.html

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.