Trois pratiquantes font face à un complot de “procès” avec candeur et dignité

Ville de Guangzhou City, province de Guangdong .

Vers midi le 3 décembre 2001, la police a filé les pratiquantes de Dafa , Mme. Zhu Luoxin, Mme Wang Rong, et Mme Wu Biyun de la ville de Guangzhou alors qu’elles étaient dans un taxi. Les femmes ont été kidnappées devant l’Université d’Herboristerie Médicinale de Guangzhou. Après l’enlèvement elles ont disparu. Les officiers de police n’ont pas révélé où elles étaient détenues ni laissé leurs familles leur rendre visite.

Deux mois plus tard, les familles des pratiquants ont appris que les trois avaient été détenues au Centre de Détention de Baiyun. Cependant, aucune visite n’était autorisée.

Le matin du 10 juin 2002, après que les trois pratiquantes aient été torturées pendant six mois, sans en notifier leurs familles, le tribunal du district de Guangzhou a tenu un procès illégal pour condamner ces trois pratiquantes. Le tribunal s’était préalablement entendu pour condamner les trois pratiquante à au moins de trois à sept ans d’emprisonnement. Afin de couvrir leurs véritables intentions, la police et les fonctionnaires du tribunal ont donné à chacune des pratiquantes un soi-disant « avocat » prétendant « fournir une assistance judiciaire ».

Lorsque quatre personnes des familles des pratiquantes qui avaient appris le procès secret sont venues à la cour et ont demandé à être admises, on leur a dit que selon les règles qui prévalaient dans les cours supérieures, une seule personne par famille était autorisée à entrer. Plus tard, on a pu voir 20 personnes d’identités inconnues s’ assoir dans la salle d’audience, deux d’entre elles s’affairaient à prendre des photos. Ces personnes étaient des policiers en civil et des voyous. Beaucoup de policiers patrouillaient à l’extérieur de la salle d’audience.

A l’intérieur, les trois pratiquantes étaient calmes et droites. Elles ont absolument refuser de coopérer avec toute intention mauvaise.

Zhu Luoxin, l’ancienne personne du contact du Falun Gong du district Liwan, a dit , "Falun Gong est innocent et nous aussi ; par conséquent tout ce que vous demandez est invalide. L’histoire et le temps en témoigneront ."

Les trois pratiquantes ont dit qu’elles feraient appel. La droiture des pratiquantes de Dafa et leur intrépidité ont choqué toute la cour. Le juge, les avocats et les policiers en civil qui étaient assis sur le banc des jurés se regardaient entre eux et ne savaient plus quoi faire, le juge a été forcé d’arrêter le procès et n’a pas osé annoncer la condamnation.


Version chinoise disponible à :
http://www.minghui.org/mh/articles/2002/6/17/31932.html


Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.