Greffes d’organes : Un entretien avec le Dr. Lili feng, professeur à l’ecole de médecine Baylor ( Photo)

Lili Feng

Après que les crimes hideux du camp de la mort Sujiatun aient été exposés, la communauté internationale a surveillé étroitement les allégations. Un journaliste de Epoch Times a interrogé le Dr Lili Feng de l’école de médecine Baylor au Texas.

Le camp de la mort Sujiatun

Journaliste (J) : Avez vous entendu parler du camp de la mort Sujiatun?

Dr Lili Feng ( F): Oui. Sujiatun constitue l'ultime non-respect de la vie des pratiquants de Falun Gong. Pensez y simplement. Vous etes rassemblés dans le but de prélever vos organes alors que vous êtes encore en vie. Puis, vous perdez votre vie après qu'on ait découvert que vous êtes compatible avec quelqu’un qui a besoin d’une greffe d’organes. Puis vos organes sont prélevés. Y-a-til quelque chose qui soit aussi sans pitié ?

Les chirurgiens qui ont prelevé les organes ont violé le Serment d’Hippocrate et les standards éthiques de base d’un médecin. En fait, ces personnes ont non seulement commis des crimes contre les victimes mais aussi contre le récipiendaire des organes, qui ne connaît pas la source des organes. Le récipiendaire des organes a aussi été blessé sur le long terme. Quand à ceux qui ont accompli l’opération ils ont aussi violé le Serment d’Hippocrate.

J: J’ai appelé plusieurs hôpitaux de la ville de Shenyang. Les médecins ont indiqué que tous les reins provenaient de jeunes personnes en bonne santé. Le taux de réussite des greffes est de 90%. On m’a aussi dit que les patients pouvaient bénéficier des greffes dans un délai très court. Il y a des pages Internet qui déclarent qu’un donneur compatible peut être trouvé en moins d’une semaine. Le Centre International des Greffes d’Organes a indiqué qu’il y avait un approvisionnement stable d’organes. Est il aisé de trouver un donneur d’aprés la perspective médicale Chinoise ?

F: En se basant sur leur déclaration, nous pouvons supposer qu’en Chine, il y a un grand nombre de donneurs à disposition, parfaitement compatibles pour un grand nombre d'opérations de greffes, en une courte période de temps. Ceci prouve indirectement l’existence d’un camp de la mort.

D’un point de vue médical, il n’est pas facile du tout de trouver un donneur compatible. Pour réduire les rejets, le groupe sanguin doit correspondre et l’Anticorps Réactif de l’Echantillon (PRA) doit être négatif. Pour diminuer les chances de réaction immunologique, d’abord, le groupe sanguin (groupe sanguin ABO) du récipiendaire et du donneur doivent être les mêmes ; le PRA ( Anticorps réactif de l’échantillon), est négatif de préférence ; Le résultat de la toxicologie des lymphocytes doit être négatif et inférieur à 100 ( l’expérience cytotoxique détecte la réaction entre le sérum sanguin du récipiendaire et les lymphocytes du donneur) ; Le taux de transformation des lymphocytes ( incubation du mélange des lymphocytes) doit être inférieur à 20% ( cette expérience demande cinq à six jours pour donner le résultat, et l’utilisation du résultat est limité) ; La correspondance du système HLA ( histocompatibilité) ( les directives internationales demandent de tester les HLA-A,HLA-B,HLA-C,HLA-DP,HLA-DQ,et les six points du HLA-DR) est le facteur le plus important qui affecte la puissance de la greffe d’organes. Les HLA ont beaucoup d’allèles ; ainsi la variabilité de la HLA est extrêmement élevée. Il est presque impossible de découvrir des HLA identiques parmi les gens qui n’ont pas des sangs correspondants. Cependant, même avec cela, aux Etats-Unis, trouver le donneur ‘’ le moins parfait’’ pour un rein, prend entre 2 et 3 ans, et souvent même plus longtemps.

Il est difficile d’imaginer que cela prendra seulement une semaine pour découvrir un rein compatible en Chine. Ce serait impossible sans un nombre énorme de donneurs. Le caractère médical du donneur doit être d’abord établi. Puis, une fois que l’organe correspondant est trouvé, une compatibilité croisée doit être faite entre le donneur et le récipiendaire.

J: Les médecins de Shenyang ont dit que les reins provenaient des prisonniers des quartiers de condamnés à mort, et que ce sont des organes vivants ; ils disent aussi que les donations sont volontaires. Qu’en pensez-vous ?

F: Les prisonniers condamnés à mort sont dans une position désavantageuse. Même s’ils disent que c’est ce qu’ils souhaitent, ce pourrait ne pas être leur souhait véritable. Même si le personnel judiciaire ne les pousse pas ou ne les incite pas à agir ainsi, à cause de leur position légale, vous ne pouvez assurer qu'ils sont consentants.

J’ai entendu que le régime chinois utilise toutes sortes de moyens brutaux pour forcer les détenus à signer le document de donation de leurs organes. Ils vont jusqu’à les suspendre tête en bas pendant un long moment ainsi afin qu'ils ne vivent ni ne meurent. Même s’ils signent effectivement un document, nous ne pouvons pas dire que cela a été fait volontairement.

Aussi , les Chinois pensent fortement que l’intégrité du corps doit être maintenue. A la base, un Chinois moyen n'est pas prêt à faire don de ses organes après sa mort.

J: Selon les rapports, le taux d’échecs et de morts suite aux greffes de reins en Chine est plus élevé que la normale. Pouvez-vous expliquer pourquoi ?

F: Laissez moi vous parler de la greffe de rein et de la mort de Wang Nianwen à l’hôpital Yanling de la province de Guangdong afin d’analyser les causes possibles de sa mort et les facteurs derrière cela. Dans le rapport de compatibilité du rein du patient de M. Wang, plusieurs résultats de tests sont manquants. L’un d’eux est l’étude de la toxicologie des lymphocytes entre le donneur ( celui qui a fourni le rein) et le récipiendaire ( celui qui a reçu le rein).

Dans le rapport de M. Wang, il y a un rapport de PRA. Le PRA est souvent utilisé comme directive pour décider de la situation difficile de l’immunité du récipiendaire (celui qui a reçu l’organe) – plus le PRA est élevé, plus les chances d’avoir un rejet sont élevées. Le processus détaillé est avant la greffe, de faire un test de conjugaison croisée, mélangeant les sérums sanguins du récipiendaire avec plus de vingt lymphocytes sains d’un individu qui ne correspond pas. Cependant le PRA ne peut remplacer l’étude de la conjugaison croisée de la toxicologie des lymphocytes entre le donneur (celui qui fourni le rein) et le récipiendaire (celui qui fourni le rein). Le test est appelé Greffe du Tube Test. Le but de ce test est d’observer si le récipiendaire rejette le rein du donneur. Cela prend 4 à 5 heures pour faire le test. Si les cellules du récipiendaire tuent les cellules du donneur, le plus probable est que le récipiendaire rejettera le rein. Il s’agit d’un test conventionnel nécessaire avant la greffe réelle. Cependant, ce test manquait dans le dossier médical de Wang.

La situation de Wang a empiré. Le troisième ultrason a diagnostiqué une nécrose tubulaire aiguë, qui est une complication après une greffe de rein. Cela pourrait dépendre du fait que l’opération et les soins post opératoires aient pu être ou non correctement effectués . Cela pourrait aussi avoir un lien avec l’état du donneur du rein avant l’opération. Lorsqu’une personne exprimente des attaques et un traumatisme physiologiques et psychologiques, son corps libérera une grande quantité de catécholamine. Par exemple, un grave traumatisme cérébral peut provoquer un stockage de catécholamine, et le résultat est un dommage physiologique permanent de l’organe. Dans le rein, ceci se manifeste par une nécrose tubulaire aiguë. En fait, quelquefois, un rein endommagé a de pires résultats post opératoire, qu’un rein avec un HLA incompatible. En se basant sur les preuves cliniques, une compatibilité non favorable du HLA entre un mari et une femme a de meilleurs résultats qu’un HLA favorable provenant d’un rein endommagé cadavérique ( issu d’un corps mort), ( par exemple, une nécrose tubulaire).

Nous entendons parler de plus en plus de cas de morts, suite à des sources non identifiées des organes en Chine. A Taiwan, il y a 40,000 patients dialysés, dont beaucoup se sont rendus en Chine pour obtenir une greffe de rein. Par exemple, dans le comté Changhua, beaucoup de résidents se sont rendus en Chine pour une greffe de rein. Les patients ont survécu à l’opération de transplantation, mais n’étaient pas en bonne santé. La mort est survenue plus tôt que s’il n’y avait pas eu de greffe. La raison pourrait être due aux problèmes de la technologie médicale. Cependant, l’état physiologique du rein est aussi important. Comme la plupart des organes proviennent des pratiquants de Falun Gong et des condamnés à mort, qui ont été torturés pendant longtemps, leurs organes doivent présenter des dommages permanents.

J: Le régime chinois a nié avoir prélevé des organes des prisonniers condamnés à mort pendant longtemps. Cependant, ce n’est plus un secret. Huang Jiefu, ministre associé du ministère de santé publique a admis publiquement le fait en décembre dernier. Qu’est ce que cela signifie ?

F: Ceci suggère seulement que le régime n’a aucune barrière psychologique s'agissant de voler illégalement des organes vivants.

J: Beaucoup de gens trouvent difficile de croire ça.

F: Il n’est pas difficile d’imaginer que les pratiquants de Falun Gong sont devenus victimes d’une persécution à grande échelle. Durant les sept années passées de persécution brutale, les média chinois ont trompé beaucoup de gens. Le sentiment de peur engourdit leur conscience face aux atrocités du régime. Beaucoup de pratiquants de Falun Gong sont devenus sans domicile, ont disparus et ont perdu leur identité.

Les autorités ne peuvent même pas prélever les organes des condamnés à mort et les brûler à volonté. Mais ils peuvent le faire avec les pratiquants de Falun Gong.

Que le public y croit ou non, j’espère qu’aucune personne ne fermera les yeux sur cette brutalité sanglante.

Les souvenirs et l'esprit peuvent-ils être greffés avec les organes?

J: Il y a quelques jours, j’ai lu un article au sujet du rêve d’un(e) greffé(e) du cœur. Il/Elle a rêvé de la personne qui avait assassiné le donneur. Pensez-vous que les souvenirs et la personnalité puissent être transférés à une autre personne ?

F: Les recherches pour savoir si les cellules ont ou non des souvenirs et si les organes greffés peuvent amener la greffe de la conscience et des souvenirs, en sont encore à leurs balbutiements. A l’heure actuelle, à cause des limitations de la science empirique, nous n’avons aucun moyen de prouver l’existence ou non du phénomène, bien qu’il y ait déjà beaucoup d’exemples.

En 1988, Claire Sylvia, danseuse de ballet, est devenue la première récipiendaire d’une greffe réussie d’un cœur et de poumons à l’Hôpital New Haven à l’Université de Yale. Cependant, sa personnalité a complètement changé – elle a maintenant une double personnalité.

Le médecin a dit à Claire, que le donneur était decédé suite à un accident de moto dans le Maine. Claire en a rêvé et a vu alors qu’elle était réveillée, un jeune homme mourant d’un accident de moto. Les initiales de T.L sont apparues devant elle, et elle a su que c’était son donneur. Lorsque Claire a parlé de ceci à son médecin, celui ci a dit que le cœur est juste une pompe pour le sang et que les poumons sont des organes pour changer l’air. Ils n’ont rien a voir avec la conscience et les souvenirs.

Le temps passant et après des cauchemars continuels, Claire a découvert que le donneur du cœur était un jeune homme de 18 ans dont le nom était Tim Lasalle. Finalement, sa double personnalité et les accidents de moto ont continué à la troubler jusqu’à ce qu’elle ne puisse plus vivre normalement . Les médecins ont ignoré ses questions. Ainsi, elle a décidé de chercher les réponses par elle-même.

Finalement, accompagnée par Robert Bosnak, elle a rendu visite aux parents de Tim et cela a confirmé ses soupçons. Son autre personnalité provenait de son donneur, Tim Lasalle. Clare a écrit un livre intitulé un Changement de Cœur. En 2002, une série TV intitulée le Cœur d’un Etranger a été produite basée sur le livre, avec Jane Seymour en vedette.

En 2003, sur la Chaîne de la Santé Découverte, il a été discuté des greffes d’organes. Un des exemples mentionnés, était une fillette de 7 ans qui souffrait d’une maladie aiguë de cœur. Elle avait reçu le cœur d’une fillette âgée de dix ans, assassinée brutalement. Elle avait des cauchemars dans lesquels elle était assassinée. Ce qui était frappant, c'est qu’en se basant sur la description détaillée de l’assassin, la police a arreté le coupable.

J: Est-ce que des pression psychologiques peuvent changer la DNA? Est-ce que les organes des détenus connaissent les changements de la DNA, qui augmente les chances de rejets suite à l’emprisonnement, la pression psychologique, les effets de la torture ou la persécution ? En d’autres termes, est ce que les organes des détenus peuvent être greffés comme des organes normaux ou sains ?

F: Il a été prouvé que la pression psychologique peut provoquer des changements de la DNA. Par exemple, les gênes BDNF qui gênèrent les cellules nerveuses peuvent être brûlés et ne pas fournir suffisamment de nutriments à cause de la pression psychologique. De plus, la pression psychologique peut augmenter la vitesse de raccourcissement des telemares sur les fins de chromosomes, ce qui entraîne une DNA instable. Le résultat est que le temps de vie des cellules et des organes pourrait être raccourci. Les donneurs ayant expérimenté des pressions psychologiques ne sont pas considérés comme valables. A court terme, le recipiendiaire pourrait expérimenter une courte amélioration après la greffe. Cependant, les conséquences sont aussi graves.

Que les organes des détenus condamnés à mort ou non, puissent expérimenter des changements de la DNA suite aux pressions psychologiques a été prouvé. Si des changements surviennent, qui ne peuvent être résolus par la compatibilité, c’est dangereux pour le récipiendaire. Le changement de la DNA peut être la cause directe ou indirecte des rejets chroniques.
.
J’ai une collègue qui fait des recherches sur les greffes de rein. Elle a découvert que même entre parents, si les donneurs étaient réticents à se faire prélever leurs organes, la possibilité de réussir la greffe pouvait être diminuée. Quelques spécialistes du rein aux Etats-Unis ont découvert qu’il était plus difficile de fournir des soins post opératoires aux patients ayant reçu une greffe du rein en Chine. Il est difficile de trouver les documents sur ce sujet, parce que du point de vue de la science médicale moderne, les organes sont des tissus spéciaux et des groupes de cellules ayant des fonctions spéciales. Même lorsque certaines personnes ont des problèmes psychologiques, il seront négligés et ignorés. Lorsque les organes greffés ont des problèmes, ils sont généralement traités comme des rejets chroniques.

En fait, ceux qui ont expérimenté des pressions psychologiques tendent à avoir des dommages à leur système nerveux, qui contrôle tous les organes. Actuellement, il a été prouvé que les problèmes du système nerveux sont reliés à la mauvaise santé des organes. De ce point de vue, il est discutable que les prisonniers condamnés à mort puissent être utilisés, pour des greffes d’organes sains et normaux.

J’ai effectué des recherches sur les séquences génomiques des pratiquants et des non pratiquants. Comparé aux non pratiquants, les pratiquants ont une quantité considérable d’activation et de disparition génétique ; ces changements peuvent apparaître comme une différenciation génétique. Ces types de changements font partie des changements globaux du corps du donneur ; ce sont des changements positifs qui correspondent au corps entier. Cependant, ils ne peuvent pas être bénéfiques au récipiendaire. Par exemple, les organes de quelques donneurs ont une haute activation des gênes. Puisque ces gênes ne sont pas activés ou activés à un bas niveau chez le récipiendaire, celui ci peut développer une auto immunité suite à la greffe, parce que le corps du récipiendaire peut reconnaitre le nouvel organe comme un antigène. La science moderne n’est pas encore assez avancée pour résoudre ces questions.

Traduit de l’anglais :
http://clearwisdom.net/emh/articles/2006/4/8/71736.html

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.