Des pratiquants du Falun Gong sont brutalement torturés au Centre de réhabilitation mentale de Baiyun, ville de Guangzhou

Le Centre de réhabilitation mentale de Baiyun est un organisme de bienfaisance sous la supervision de la ville de Guangzhou, mais comme il est dirigé et coordonné par le Service de sécurité de Guangzhou, il est devenu un lieu de torture des pratiquants du Falun Gong.
Vous trouverez ci-dessous la liste des crimes perpétrés par le principal coupable Zhang Dazi (aussi connu sous le nom de « Dr Zhang » à l‘hôpital) au Centre de réhabilitation mentale de Baiyun.

1.
Zhang Dazy est originaire de Guangzhou, province Hubei. Le 4 mai 2001, il a dit aux pratiquants de Falun Gong : «Nous tuons des gens comme nous tuons des fourmis dans cet hôpital. Nous avons une morgue ici et personne n’a jamais enquêté les cas qui sont allés là. J’émets des certificats de décès, et personne ne saura la véritable cause du décès. »
Le 2 mai 2001, plus de dix pratiquantes ont été transférées du Centre de détention Shahe au Centre de réhabilitation mentale de Baiyun. Comme elles refusaient de révéler leur noms, elles ont été violemment battues par un groupe de drogués hommes agissant sous les ordres de Zhang Dazi. Les drogués se sont divisés en groupes, avec trois drogués frappant une pratiquante avec des bâtons de fer épais. Ils les ont battues de toute leurs forces jusqu’à ce qu’elles perdent connaissance. Elles étaient si violemment agressées qu’elles étaient couvertes de bleus, avaient la peau bleues et pourpres, et des blessures laissaient voir la chair. Les personnes qui ont été témoins de ce crime étaient complètement choquées et terrifiées par l’ampleur de cette violence. Deux pratiquantes, âgées de 60 ans et 20 ans, aux visages enflés et remplis d’ecchymoses, gisaient sans connaissance au sol. Satisfaits de leurs accomplissements, les criminels ont quitté les lieux sans se retourner.

2.
Le 13 mai 2001, Zhang Dazi a donné des instructions à huit ou neuf drogués hommes d’aller dans la section des femmes et de traîner une pratiquante qui a refusé de dire son nom. Quelques pratiquantes ont essayé de les arrêter. Ils ont alors prêté attention à ces pratiquantes. Certains ont utilisé des planches pour les frapper, certains leur ont donné des coups de pied et des coups de poing, et certains les ont jetées au sol et les ont étouffées. Ils se sont arrêtés seulement quand elles se sont écroulées au sol. Puis ces criminels ont emmené celle qui ne voulait pas s’identifier.
Cette pratiquante a été rossée quand elle a été transférée dans un autre lieu. Le soir, deux pratiquants, réprimant leur douleur causée précédemment par les coups reçus, sont allés voir la pratiquante qui était restée inconsciente au sol. Tous les jours, les cris des gens battus se faisaient entendre à partir des cellules des hommes. C’était normal d’enlever cinq à six cadavres des cellules tous les jours. Quelqu’un a mentionné qu’un pratiquant faisant les exercices a été battu à mort et son corps a été transporté hors de sa cellule. L’hôpital n’a pas divulgué toute l’information et a secrètement incinéré les corps dans le mortuaire. Personne ne sait combien de pratiquants ont été torturés à mort dans ce lieu infernal.

3.
Zhang Dazi a présenté fièrement les « résultats » au Bureau 610 de Guangzhou (un bureau créé spécifiquement par le gouvernement chinois pour persécuter le Falun Gong. Il a un pouvoir absolu sur chaque niveau d’administration dans le parti, ainsi que sur les différentes sections politique et judiciaire) et a été « reconnu » et « appuyé par le Bureau ». Le Centre de réhabilitation mentale a été converti en un lieu de torture des pratiquants et en un important centre d’apprentissage pour d’autres hôpitaux psychiatriques.
Le 9 mai 2001, Zhang Dazi a donné des instructions à son personnel de demander aux pratiquants « d’écrire une lettre de remerciement pour exprimer votre reconnaissance à l’hôpital pour avoir guéri vos maladies. Soit vous écrivez la lettre ou vous risquez d’être rossés à nouveau. »
Les pratiquants qui étaient en grève de la faim ont souffert de la torture quotidiennement. Ceux qui ont été transférés du Centre de détention Shahe sont restés ici pendant plus d’un an à ce moment.

4.
Le 14 mai 2001, tous les pratiquants ont commencé une autre grève de la faim et ont demandé leur libération inconditionnelle. Zhang Dazi avait quelque peu peur, mais le directeur exécutif de l’hôpital a décidé de continuer à incarcérer et torturer les pratiquants. Toute information relative aux mauvais traitements infligés n’a pas été rendue publique.

5.
Sous l’apparence d’une « organisation gouvernementale », l’hôpital a officiellement établi une zone « légale » pour prendre de la drogue. Prétextant la réhabilitation, les drogués négociaient avec des « docteurs » en vendant et achetant la drogue. En même temps, les « docteurs » ont engagé des drogués pour torturer les pratiquants. Les pratiquants à l’hôpital ont perdu leurs effets personnels et leur argent au profit de ces vauriens.
Il est difficile d’estimer combien de gens ont été transférés à cet hôpital, car il y avait de nombreuses personnes qui y étaient impliquées. Chaque personne qui était libérée devait payer 600 Yuan (le salaire mensuel en moyenne des Chinois dans les régions rurales est 400 Yuan). L’hôpital a aussi vendu des certificats de décès.
Certains des pratiquants ont été libérés par l’hôpital mais ont été transférés dans des cours de lavage de cerveau ou dans des camps de travaux par le Département de la Sécurité. Certains des pratiquants ont commencé des grèves de la faim et leur poids est tombé de 60 kilos (approximativement 130 livres) à approximativement 20 kilos (environ 50 livres). Ils ressemblaient à des squelettes et étaient sur le point de mourir. Le Département de Sécurité a informé les familles de ces pratiquants de venir les prendre, tout en leur extorquant de l’argent pour leur libération. Très peu de pratiquants ont été libérés et ils ont eu la chance de faire connaître les crimes commis à l’hôpital.

6.
Une pratiquante de 60 ans a été arrêtée pour avoir clarifié la vérité sur le Dafa. Elle était tout d’abord emprisonnée au Centre de détention de Chatou, mais comme elle refusait de révéler son nom, en octobre 2001, le Département de la Sécurité de la région Yuexiu, ville de Guangzhou, l’a envoyée au Centre de détention de Tianhe. Elle a été transférée au Centre de réhabilitation mentale de Baiyun après deux jours. Elle avait gardé 950 Yuan en lieu sûr. Cela a soulevé la colère des drogués et ils l’ont menacé de la battre, mais un homme les a arrêtés. Après une période d’emprisonnement de 97 jours, elle a pu s’en échapper saine et sauf. Elle a dit que le Centre était un endroit sale où tout le monde avait des douleurs et des ulcères de peau partout sur le corps. Elle était gardée dans les mêmes cellules que les drogués. Certains des codétenus ont appris la vérité sur le Dafa. Après leur libération, ils ont communiqué avec les familles des pratiquants et leur ont demandé de payer une caution pour faire sortir les pratiquants. Même si l’hôpital a fait savoir aux gens qu’aussi longtemps qu’ils payaient, ils seraient libérés, les pratiquants de Dafa étaient des exceptions.
Nous espérons que des gens ayant bon cœur dans le monde prêteront attention à la situation en Chine et arrêteront la persécution.
Centre de réhabilitation médicale de Baiyun
Adresse : Tonghe, Guangzhou
Téléphone : 86-20-37386065, directeur exécutif : 86-20-37386119

http://www.clearwisdom.net/emh/articles/2002/5/9/21645.html
http://www.minghui.org/mh/articles/2002/4/24/28974.html

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.