Transférer les maladies : Histoire de ‘cultivation’ du Bouddha Milarépa

 
Jetsun Milarepa


Maître Milarepa paraissait sérieusement malade. A l’époque, le docteur Caopu amena toute une variété de vins fins et de viandes afin de le soutenir. Lorsqu’il arriva devant Milarepa, il se gaussa de Maître Milarepa : " Ha ! Une personne accomplie comme vous l’êtes vous ne devriez pas être gravement malade ! Comment êtes vous tombé malade ? Si la maladie peut être divisée et donnée à d’autres, vous pouvez la distribuer à vos disciples. Si la maladie peut-être transférée, alors transférez- là moi ! Vous êtes dans une situation si embarrassante – qu’allez-vous faire ?


Maître Milarepa sourit sereinement : “En fait, je n’ai pas de maladie. Vous devriez être très clair sur la raison pour laquelle je suis malade aujourd’hui. Les raisons de la maladie d’une personne ordinaire et de celle d’un maître de yoga diffèrent. Les natures de leurs maladies sont aussi différentes. Aujourd’hui même, mon apparence d’être malade est en fait une manifestation de la solennelle nature de la Loi de Bouddha. "


Caopu pensait qu’il était peu probable que la maladie puisse être transférée, comme le disait Milarepa. Comment les maladies pourraient-elles être transférées à autrui ? Alors il dit : " Je ne suis pas sûr que la cause de la maladie du Maître soit la maladie. Si cela est causé par la possession maligne, vous devriez exercer le pouvoir de chasser le mal. Si cela est causé par la disharmonie des quatre éléments (la Terre, le Feu, l’Eau, et le Vent) vous devriez ajuster votre corps et prendre des remèdes. Si la maladie peut vraiment être transférée à autrui, alors transférez la moi. "


Maître Milarepa dit : “Il y a une personne avec de grands pêchés, et le mal dans son cœur est venu me nuire. Cela a fait que les Quatre éléments à l’intérieur de moi sont tombés dans la disharmonie et je suis tombé malade. Je ne pense pas que vous puissiez l’éliminer. Bien que je puisse transférer cette maladie sur vous, vous ne seriez pas capable de la supporter ne serait-ce qu’un moment. Alors mieux vaut ne pas le faire. "


Caopu pensa : “Il ne peut pas transférer la maladie à autrui du tout, et c’est pourquoi il trouve toutes ces excuses. Je le ridiculiserais ! " Alors il insista encore et encore pour que Milarepa lui transfère la maladie.


Maître Milarepa dit : “Puisque vous insistez, je transférerai la maladie provisoirement à cette porte là-bas. Si je la transfère sur vous, vous ne pourrez pas le supporter. Regardez ! " Puis Maître Milarepa utilisa des capacités supra-normales pour transférer la maladie à la porte. La porte commença à craquer comme si elle allait se briser, et après un moment elle se brisa vraiment en morceaux. À ce moment Maître Milarepa parut sain de nouveau.

Caopu pensa : “C’est juste une illusion qu’il a fait apparaître ! Il ne peut pas me duper. " Puis il dit : " Formidable ! c’est vraiment extraordinaire. Mais Maître, je vous prie de transférer la maladie sur moi. "


Maître Milarepa dit : “Puisque vous insistez, je transférerais sur vous la moitié de la maladie. Si je la transfère entièrement, il est certain que vous ne pourrez pas le supporter ! " Puis il transféra la moitié de la maladie sur Caopu. Caopu souffrit immédiatement une grande douleur au point qu’il s’évanouit presque. Il ne pouvait pas même trembler ou respirer. Alors qu’il se mourrait presque, Maître Milarepa reprit la plupart de la maladie et lui demanda : " Comment vous sentez-vous après que j’ai transféré moins de la moitié de la maladie sur vous ? Pouvez vous le supporter ? "


Après avoir souffert la grande douleur, Caopu commença à avoir de sincères remords. Il s’agenouilla aux pieds de Milarepa et pleura : " Maître, Maître, Sage, Sage ! Je me repens sincèrement ! Pardonnez moi je vous prie. Je veux utiliser toute ma santé pour vous rendre hommage. Maître je vous prie aidez moi avec mes pêchés et mes dettes ! " Caopu pleurait de tout son être.


Maître Milarepa vit que Caopu se repentait sincèrement, et il était très satisfait. Il reprit la maladie restante puis il dit à Caopu : " De toute ma vie, jamais je n’ai recherché l’abondance, encore moins aujourd’hui où je suis proche de la mort. Tu peux la garder pour toi. Après cela ne fais plus jamais de mauvaises choses, même au péril de ta vie. Je promets d’éliminer la rétribution karmique causée par ton pêché cette fois-ci. "


Caopu dit à Maître Milarepa : " la cause racine de mes mauvaises actions jusque là était principalement ma recherche de la richesse. A présent je n’en ai plus besoin. Bien que le Maître n’en ait pas besoin, vos disciples ont au moins besoin d’argent et de nourriture pour faire leur ‘cultivation-pratique.’ Je vous prie d’accepter mes richesses pour vos disciples. " Il eut beau supplier, Maître Milarepa n’accepta pas sa richesse. Par la suite, ses disciples acceptèrent finalement sa richesse et l’utilisèrent comme soutien pour leur congrégation. Même aujourd’hui, c’est encore une tradition de soutenir le rassemblement à Quba, au Tibet. Après quoi, Caopu renonça vraiment à son attachement de toujours à la richesse et devint un très bon pratiquant.


(Extrait choisi de "Buddha Milarepa's cultivation practice story"
http://minghui.org/mh/articles/2000/12/31/5862.html)

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.