Une pratiquante de Falun Gong allemande révèle la menace que constituent les espions du Parti communiste chinois

Récemment, dans un dialogue avec la communauté chinoise à Sydney, Chen Yonglin a appelé ceux qui fournissent de l’information pour aider le Parti communiste chinois (PCC) à persécuter la population chinoise, à cesser d’agir ainsi. Chen qui a déserté de son poste au Consulat chinois à Sydney, a montré une paire de documents fournie par des informateurs à propos du Falun Gong en Australie. Selon Chen, les espions du PCC visent le Falun Gong non seulement en Australie mais dans le monde entier.

Une pratiquante de Falun Gong d’Allemagne du nom de Mme Li a dit dans une interview voici quelques jours qu’elle était heureuse de voir Chen Yonglin prendre les devants avec courage, en prouvant que le PCC a un réseau d’espions visant le Falun Gong et les dissidents outremer. Elle a appris avec un grand plaisir que Chen Yonglin avait reçu un visa de protection du gouvernement australien. Mme Li a dit que son expérience personnelle démontrait l’existence d’un réseau d’espions en Allemagne visant le Falun Gong. Chen Yonglin confirme la déclaration de Mme Li d’une autre perspective.

Mme Li est allée à Berlin pour assister à la Conférence de partage d’expériences de Falun Dafa européenne et à une conférence de presse accusant Jiang Zemin en novembre 2002. Elle n’a pas mentionné cela à ses parents qui vivent en Chine. Elle et un couple de pratiquants ont conduit de Dresde à Berlin. Après l’activité du week-end, ils sont rentrés ensemble à Dresde en voiture.

En consultant ses emails, une fois rentrée chez elle, elle a été surprise de trouver trois emails envoyés par son père. Le contenu en était identique et elle a pensé que quelque chose de fâcheux était arrivée chez elle. Elle a téléphoné immédiatement en Chine, à sa surprise son père lui a demandé si elle était allée à Berlin ces derniers jours. Il a également mentionné l’heure à laquelle elle était partie et revenue et avec qui elle y était allée. Le plus surprenant est que son père lui a demandé d’enlever la peinture accrochée au mur de sa chambre.

A l’époque Mme Li habitait un dortoir à l’Université, elle avait suspendu deux calligraphie qu’elle avait peinte elle-même à la brosse chinoise, l’une représentait les caractères chinois pour Vérité, Bienveillance, Tolérance et l’autre un poème du fondateur du Falun Gong. Comme Mme Li n’avait jamais parlé à ses parents de l’arrangement de sa chambre, elle s’est demandé comment ils pouvaient savoir quoi que ce soit sur ces deux peintures. Le père de Mme Li lui a dit que des officiers de la sécurité nationale avaient parlé avec lui et lui avaient demandé de dire à sa faille qu’ils en savaient bien davantage à son sujet, y compris les détails de son vol chaque fois qu’elle retournait en Chine.

Mme Li était sous le choc car elle n’avait jamais imaginé que les tentacules du Parti communiste chinois puissent s’étendre si loin. Ce qui la troublait et l’inquiétait était d’essayer de déterminer qui pouvait avoir révélé sa situation ? Pendant une période de temps après cela, Mme Li a commencé a se méfier des gens qui l’entouraient. Peu après, cependant, elle a décidé de dévoiler les mauvaises actions du PCC afin que davantage de gens tirent la leçon de ses expériences. Ce sont les mauvaises gens qui craignent la lumière du jour pas les pratiquants de Falun Gong.

Mme Li a suggéré que ceux qui travaillent pour le compte du PCC suivent l’exemple du courageux Chen Yonglin et dévoilent les crimes du PCC contre la population chinoise. En faisant ainsi, ils peuvent compenser pour leurs fautes passées et stopper l’extension de la persécution.

Mme Li n’est pas un cas isolé. Les pratiquants de Falun Gong se sont vus refuser l’extension de leurs visas et leurs demandes de nouveaux visas ont été rejetées au Consulat chinois à Berlin et à Muniche. En 2001, lorsque Jiang Zemin a visité l’Islande, du fait des mensonges, des calomnies, de la propagande et de la pression organisés par le gouvernement chinois, le gouvernement islandais a mal compris les pratiquants de Falun Gong et a refusé l’entrée en Islande à une centaine d’entre eux, venant des Etats-Unis, d’Australie, d’Asie et d’Europe, y compris dix pratiquants d’Allemagne et d’autres occidentaux. La liste noire était fournie par le PCC. Par la suite, toutefois, les pratiquants de Falun Gong ont expliqué la vérité au Gouvernement d’Islande à propos du Falun Gong et de la persécution par le PCC. Tous les pratiquants qui s’étaient vus refuser l’entrée sont entrés ouvertement et dignement. Ils ont tenu des activités de protestation contre la persécution du Falun Gong par le régime de Jiang et ont reçu un grand soutien des citoyens d’Islande.

En mars cette année quelques pratiquants de Falun Gong de différents pays du monde ont été l’objet de harcèlement téléphonique, au contenu menaçant fait de mensonges et de rumeurs. Beaucoup de ceux ayant reçu de tels appels étaient des occidentaux.

Jiang Renzheng expulsé et renvoyé en Chine début mars a été en conséquence interrogé plusieurs fois par des fonctionnaires du PCC. Jiang a découvert que ces derniers le connaissaient très bien. Ils lui ont dit qu’ils avaient les détails de son vol avant même qu’il ne prenne l’avion. Lorsque Jiang a demandé comment ils le savaient, ils lui ont menti en disant que l’information leur avait été fournie par des fonctionnaires allemands.

Les pratiquants allemands ont demandé aux fonctionnaires du gouvernement allemand de mener un enquête. Le rapport d’enquête disait : il n’y pas une seule division du gouvernement qui ait jamais fourni une information sur Jiang Renzheng. Il est manifeste que dans les coulisses un manipulateur pervers du PCC opère à travers l’Allemagne.


Version chinoise :
http://www.yuanming.net/articles/200507/43579.html

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.