L'histoire derrière le célèbre éventail en plumes de Zhuge Liang

 
Zhuge Liang. Illustration de Chengwei Zhao

Zhuge Liang était le stratège militaire pour l'état de Han lors de la période des Trois royaumes de la Chine (220-280 Apr. J.C.). Il a été le plus célèbre et le plus talentueux stratège militaire dans l'histoire de la Chine. Il a souvent été représenté vêtu d'une robe et arborant un éventail fait en plumes de grues.


Alors que Zhuge Liang avait 9 ans, il était encore incapable de parler. Sa famille était pauvre et son père lui demandait d'aller surveiller les moutons sur une colline d’une montagne proche. Au sommet de la montagne il y avait un temple taoïste où vivait un vieux taoïste à la tête couverte de cheveux gris. (Un taoïste est celui qui étudie le 'Tao ou'La Loi de l'Univers'). Le Taoïste flânait tous les jours en dehors du temple taoïste . Quand il rencontrait Zhuge Liang, il essayait de taquiner le garçon avec des signes de la main. Zhuge Liang prenait également plaisir " à répondre " au Taoïste avec des signes de la main. Le Taoiste se prit d’affection pour l’ adorable et intelligent Zhuge Liang. Il commença à traiter le problème de mutisme du garçon. En peu de temps, Zhuge Liang put parler !


Zhuge Liang fut enchanté quand il put finalement parler. Il monta au temple taoïste remercier le taoïste en personne. Le vieux taoïste lui dit : "Quand tu retourneras chez toi, dis à tes parents que je te considère comme un disciple et que je t'apprendrai à lire. Je t'enseignerai également l'art de l'astronomie, la géographie ainsi que les applications théoriques du Yin et du Yang dans les stratégies militaires. Si tes parents sont d'accord, tu devras venir étudier chaque jour et tu ne devras jamais manquer une seule classe!"


A partir de ce jour, Zhuge Liang devint le disciple du vieux taoïste. Par n'importe quel temps, Zhuge Liang grimpait sur la montagne afin de recevoir son éducation. C'était un garçon très intelligent et diligent qui prenait ses études au sérieux. Il avait également une mémoire photographique. Le taoïste n'avait jamais à lui expliquer une chose deux fois. Naturellement, le Taoïste avait de plus en plus d’affection pour lui.


Huit ans passèrent rapidement et Zhuge Liang devint un adolescent.


Un jour alors que Zhuge Liang redescendait de la montagne comme d'habitude, il passa devant un couvent désert situé au milieu de la montagne. Soudain un vent en rafales se leva, suivi par un orage. Zhuge Liang n'eut pas d'autre choix que de se réfugier dans le couvent désert pour échapper à la tempête. Là, une jeune femme qu'il n'avait jamais aperçue vint à sa rencontre. Elle avait de grands yeux et de fins sourcils. Elle était si belle que Zhuge Liang l'aurait presque confondue avec une déesse. Il fut immédiatement attiré par la jeune femme.


Quand la tempête se calma, la belle jeune femme le vit à la porte et lui dit avec une mimique, " Maintenant que nous nous sommes rencontrés, Vous êtes libre de venir ici pour prendre une tasse de thé chaque fois que vous souhaiterez faire une pause dans votre voyage vers la montagne ou quand vous en revenez." Comme Zhuge Liang s'éloignait du couvent, il eut des soupçons. "Pourquoi n'ai-je jamais remarqué que quelqu'un vivait dans ce couvent ?"Pensa-t-il.


A partir de ce jour, Zhuge Liang commença à fréquenter le couvent. À chaque fois la belle jeune femme le recevait avec une chaleureuse hospitalité. Elle lui cuisinait de délicieux repas et l'encourageait toujours à rester plus longtemps. Après le dîner ils causaient amicalement et jouaient aux échecs. Comparé au temple taoïste, le couvent semblait être un paradis.


Les pensées au sujet de la jeune femme détournaient souvent son attention de son apprentissage et il commença à perdre l'intérêt d'étudier. Il prêta de moins en moins d'attention aux enseignements du Taoïste. Il devint également étourdi et avait de la difficulté à apprendre de nouveaux manuels.


Le vieux Taoïste découvrit son problème. Un jour il fit venir Zhuge Liang et laissa échapper un long soupir. " Il est plus facile de ruiner un arbre que de le faire croître " déclara-t-il. "J'ai gaspillé beaucoup d'années avec toi ! "


Zhuge Liang baissa la tête de honte et dit : " Maître, je ne vous décevrai plus jamais ni ne gaspillerai votre éducation! "


"Je ne te crois pas," répliqua le vieux taoïste. "Je pensais que tu étais un garçon très intelligent, aussi ai-je voulu traiter ta maladie et te donner une instruction appropriée. Lors de ces huit années tu as été très diligent dans ton étude, ainsi j'ai pensé que ça valait la peine de travailler dur pour t'instruire. Mais maintenant tu négliges ton instruction. Peu importe combien tu es intelligent, tu n'arriveras nulle part si tu continues comme cela! Tu me promets maintenant de ne jamais plus me décevoir. Comment puis-je te croire?


Le vieux taoïste poursuivit : "Chaque chose a une cause." Alors il se dirigea vers un arbre dans la cour enveloppé jusqu'au sommet par d'épaisses vignes. "Regarde l'arbre, " dit-il. " Pourquoi à ton avis cet arbre est-il à moitié vivant et lutte pour sa croissance? "


" Les vignes liant l'arbre empêchent sa croissance! " Répondit Zhuge Liang.


"Précisément! Cet arbre a passé un moment difficile pour croître en haut de cette montagne rocheuse avec peu de terre. Mais il a pu grandir parce qu'il était déterminé à développer ses racines et ses branches. Il ne craignait ni la chaleur ni le froid. Cependant, quand les vignes se sont enroulées tout autour de lui, il n'a plus pu croître davantage. C'est drôle comme de "douces" vignes ont pu vaincre un grand arbre robuste !"


Zhuge Liang était intelligent et il sut immédiatement à quoi son Maître faisait référence. Il demanda, " Maître, vous étiez au courant de mes visites au couvent "


Le vieux taoïste dit, "En vivant près de l'eau, un homme apprendra la nature des poissons. En vivant dans la montagne, un homme connaîtra le langage des oiseaux. Je t'ai observé ainsi que ce que tu faisais. Comment ton histoire romantique pouvait-elle échapper à mon attention? "


Il fit une pause pendant un moment avant de dire à son disciple avec un regard sévère : "Laisse moi te dire la vérité à propos de cette belle jeune femme. Ce n'est pas un être humain. Elle est une grue divine dans le ciel. Elle a été jetée à coup de pied hors du palais céleste en punition après qu'elle ait volé et mangé la reine des pêches du ciel. Elle est venue dans le monde humain et a endossé l'aspect d'une belle femme. Elles est une grue divine dépravée qui ne sait que rechercher le plaisir. Tu as été séduit par son aspect, mais tu as gaspillé plus que ton temps. Si tu la laisses te faire perdre ta volonté, tu deviendras un perdant ! Qui plus est, si tu refuses de te conformer à ses souhaits, elle finira par te blesser. "


Jusque là Zhuge Liang n'avait pas réalisé la gravité de ses escapades. Il demanda anxieusement une solution à son Maître.


Le vieux taoïste dit, "La grue divine a l'habitude de reprendre sa forme d'origine à minuit et de s'envoler vers le fleuve céleste pour un bain. Pendant qu'elle sera éloignée du couvent, tu entreras dans sa chambre et tu brûleras sa robe. Elle a volé la robe longue du palais céleste. Sans robe longue, elle ne pourra plus endosser la forme d'une belle femme. "


Zhuge Liang promit de suivre les instructions de son Maître. Avant qu'il ne parte, son Maître lui remit une canne avec dessus un motif représentant la tête d'un dragon. Il dit a Zhuge Ling : " Quand la grue divine verra qu'il y a le feu dans le couvent, elle s'envolera du fleuve céleste tout de suite. Elle réalisera que tu as brûlé sa robe et elle t'attaquera. Quand cela arrivera, tu dois la frapper avec la canne ! Il est important que tu te rappelles et que tu fasses ce que je t'ai dit ! "


À minuit, Zhuge Liang alla au couvent tranquillement. Il ouvrit la chambre de la femme pour trouver seulement sa robe longue sur le lit. Il mit immédiatement le feu à la robe.


Alors que la grue divine prenait son bain dans la rivière céleste, elle ressentit soudain une douleur au coeur. Elle prit immédiatement la direction du couvent et vit qu'il était en feu. Elle se posa tout de suite et vit que c'était Zhuge Liang qui avait mis le feu à sa robe. Elle vint vers Zhuge Liang et essaya d'attaquer ses yeux avec son bec. Zhuge Liang eut un rapide réflexe. Il souleva la canne et frappa la grue divine à terre. Alors il saisit la grue par la queue. La grue divine lutta et réussît à s'échapper, mais elle perdit les plumes de sa queue au profit de Zhuge Liang.


Elle devint une grue avec une queue déplumée. Elle était gênée par son aspect, aussi elle arrêta de se baigner dans la rivière du ciel. Elle n'osa pas entrer au Palais céleste afin de voler une autre robe, ainsi elle n'eut pas d'autre choix que de rester dans le monde humain pour toujours et de vivre parmi les grues ordinaires.


Dans le but de se rappeler de cette leçon, Zhuge Liang garda les plumes de la queue de la grue.


Depuis ce jour, Zhuge Liang devint encore plus diligent. Il mémorisa toutes les choses et tous les manuels que son Maître lui enseigna. Il absorbait vraiment ce qu'il apprenait et pouvait l'appliquer clairement. Une autre année passa. Le jour même ou il avait brûlé la robe longue de la grue divine un an avant, le vieux Taoïste lui dit avec un grand sourire : " Mon disciple, tu as étudié sous ma tutelle pendant neuf années. Je t'ai enseigné tout ce que tu avais besoin d'apprendre et tu as étudié tous les manuels ici. Il existe un proverbe, ' Le Maître vous ouvre la porte, et il vous appartient de cultiver. ' Tu as 18 ans maintenant. Il est temps pour toi de partir de ta maison et de développer ta carrière!"


Quand Zhuge Liang entendit cela il avait fini son éducation, il pria son maître de lui en donner davantage. " Maître! Plus j'apprends, plus je me sens humble. Je sens que vous pouvez encore m'apprendre des choses! "


"La véritable éducation vient de la vie réelle. Tu dois apprendre à appliquer ta connaissance à la vie et concevoir différentes solutions pour différentes situations ! Par exemple, tu as appris une leçon importante de l'épisode avec la grue divine à savoir qu'on ne doit pas être tenté par la convoitise ou les émotions. Ceci est une leçon pratique d'une expérience de la vie. Avec ceci à l'esprit, tu ne dois pas être troublé par l'illusion superficielle du monde. Prends de grandes précautions dans chaque chose que tu fais. Tu dois voir toutes les choses sous leurs formes véritables. Ceci est mon conseil d'adieu. Je te quitte aujourd'hui même."


"Maître, où allez-vous?" Demanda Zhuge Liang avec étonnement. " Où puis je vous trouver ou vous rendre visite dorénavant? "


" J'errerai autour du monde et je ne me fixerai nulle part. "


Soudain de chaudes larmes coulèrent des yeux de Zhuge Liang. Il dit à son Maître, "Maître! Avant que vous ne partiez, vous devez me donner une occasion de me prosterner devant vous et de vous remercier de m'avoir instruit!"


Ensuite Zhuge Liang se prosterna devant son Maître. Quant il se releva, le taoïste avait disparu.


Le taoïste lui laissa une robe longue avec la copie des Huit Diagrammes. Zhuge Liang pensait à son maître régulièrement; en conséquence, il portait souvent la robe longue avec la copie des Huit Diagrammes parce qu'elle lui donnait le sentiment que son maître était constamment près de lui.


Zhuge Liang n'a jamais oublié le conseil de son maître, particulièrement son conseil d'adieu. Il fabriqua un éventail en plume à partir des plumes de la queue de la grue divine pour se rappeler de porter une grande attention au reste de sa vie. Telle est l'histoire derrière le célèbre éventail en plume de Zhuge Liang .

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.