Le diplomate Chen Yonglin présente des preuves montrant que le PCC collecte les noms des pratiquants de Falun Gong à l’étranger (Photos)

Xin Yu, correspondant pour Minghui rapporte de Sydney : l’ex diplomate chinois Chen Yonglin a quitté le consulat chinois et cherché l’asile politique auprès de l’Australie en mai 2005, déclarant qu’il ne voulait plus surveiller le Falun Gong et les autres groupes dissidents. Après 43 jours à se cacher, les services de l’immigration australiens ont accordé un visa de protection permanente à M. ChenYonglin. Le 10 juillet, Chen Yonglin a assisté à une conférence de presse et un forum avec la communauté chinoise locale. Il a remercié les gens pour leur sollicitude et exposé de nouveau l’infiltration du PCC dans les communautés d’outre-mer et comment il les manipulait. Il a également présenté des preuves supplémentaires, montrant comment les informateurs à gage du PCC fournissent aux consulats chinois des informations personnelles sur les pratiquants et les activités de groupe du Falun Gong dans les pays étrangers.

Chen Yonglin assiste à une conference de presse et un forum avec la communauté chinoise Chen Yonglin indique les documents contenant des informations personnelles fournies par des informateurs du PCC sur le Falun Gong

Pour la première fois, Chen Yonglin présente des preuves montrant comment le PCC compile des listes noires de pratiquants de Falun Gong à l’étranger par le biais d’informateurs à gage

A la conférence de presse, Chen Yonglin a dit que le PCC n’était pas satisfait de contrôler et manipuler les gens en Chine et avait étendu sa portée à l’étranger. Il a exposé comment le PCC contrôle les médias d’outremer à travers les investissements, les publicités et les achats de journaux, qui ont littéralement disséminé la propagande de haine du PCC en Australie. Le public et les médias étaient sous le choc.

Chen Yonglin a aussi montré certains documents officiels du consulat chinois à la conférence de presse, prouvant l’existence d’un grand nombre d’espions chinois en Australie, ce qu’il avait indiqué auparavant. Il a de plus permis aux journalistes de photographier ces documents. Parmi les documents était détaillée l’information personnelle de Kong Huiling, pratiquante en Australie et de sa famille de Sydney, l’information sur le Falun Gong en Australie et les noms de plus de 300 pratiquants de Falun Gong que le Consulat avait collectés par différents moyens. Sur le document était apposée la signature du Consul Général adjoint (de Sydney).

Chen Yonglin avertit les espions du PCC, de s’affranchir des chaînes du PCC et de vivre avec dignité

Chen Yonglin a dit que les espions et les informateurs du PCC en Australie avaient fourni toute l’information sur les documents. A cause de son travail, il a une liste de noms d’espions et d’informateurs, mais il ne veut pas encore la rendre publique. Il a dit : « Beaucoup d’entre eux sont jeunes, certains ont agit impulsivement, et certains veulent de l’argent et d’autres intérêts personnels et ont été utilisés par le PCC. Ils ont tous une famille et des parents que je ne veux pas blesser. Cependant, tout comme l’a dit Fu Ying, les fonctionnaires du PCC fuiront comme l’eau s’échappant d’un barrage lorsque les vannes s’ouvriront. » Si le PCC s’effondre, il est vraisemblable que leurs noms et leur information personnelle seront publiés, et ils seront punis selon les lois australiennes. Je leur conseille de se libérer des chaînes du PCC le plus tôt possible et de cesser d’assister le pervers PCC, ce n’est qu’ainsi qu’ils seront sauvés. »

Chen Yonglin explique son motif derrière la défection; ne pas vouloir persécuter le Falun Gong en est une importante raison

Au forum, Chen Yonglin a expliqué en détails les raisons pour quitter le consulat et les difficultés rencontrées avant qu’il n’obtienne un visa de protection permanent. Il a dit : «Cela montre que les concepts de démocratie et de liberté sont profondément enracinés dans les cœurs du peuple australien. Le PCC a essayé en vain d’enrôler l’Australie dans sa « clique ». « Je suis très heureux ici en Australie, comme n’importe qui d’autre, de respirer l’air de la démocratie et de la liberté. C’est un sentiment d’être humain, lorsque je peux dire ce que j’ai sur le coeur et faire ce que je veux. J’espère que tous les chinois vivront avec la dignité humaine. »

Quant au sujet de sa décision de déserter, Chen Yonglin a dit que la deuxième raison pour avoir quitté le consulat était qu’il aidait les pratiquants de Falun Gong lorsqu’il était en fonction. Son successeur l’apprendra et le dénoncera et en conséquence il pourrait être persécuté en retournant en Chine.

Chen Yonglin a déclaré, "Habituellement, le gouvernement du PCC considère les pratiquants de Falun Gong comme des personnes dangereuses et refuse de leur délivrer des extensions de visas. Ils confisquaient aussi leurs passeports. Selon les politiques du PCC, un passeport est la propriété du gouvernement et peut être confisqué si nécessaire. Le but du PCC est de rendre la vie difficile aux pratiquants, autrement dit, c’est une persécution. Lorsque l’activiste des droits civils, M. Yuan Hongbin est pour la première fois arrivé à Sydney, le Consul Général adjoint et Fu Yong, l’ambassadeur chinois à Camberra, ont fait pression sur le Ministère des Affaires étrangères et le Département australien de l’immigration pour qu’ils refusent un visa à Yuan Hongbin. Leur logique était que Yuan demandait un visa de touriste ; comme il y a tant de touristes chinois chaque année, si Yuan Hongbin obtenait un visa, l’Australie pourrait elle gérer beaucoup plus de Chinois (prenant sa suite) ? C’est le même raisonnement qu’elle (Mme Fu Ying, actuelle ambassadeur de Chine en Australie ) a utilisé voici quelques jours lorsqu’elle a averti le gouvernement australien qu’il ouvrait les vannes en m’accordant un visa. Ils ont fait pression sur le gouvernement australien pour qu’il n’accorde pas de visa à Yuan Hongbing. Tout ce qu’ils voulaient était juste de créer des difficultés dans la vie de Yuan, de lui donner un sentiment d’insécurité et d’alourdir son esprit. Voilà son (Mme Fu Ying) véritable but. »

Chen Yonglin a dit que le nom de son successeur est Gao Li, et il lui a parlé au téléphone avant qu’elle n’arrive en Australie. « Elle aurait dû arriver début juin, et si elle reprend mon travail elle découvrira vite ce que j’ai fait, en particulier parce qu’il y avait une liste de 800 pratiquants de Falun Gong. La plupart des noms n’ont pas les détails des passeports et des informations de naissances attachés, et la liste devait être vérifiée par le consulat général. J’ai effacé ces noms de l’ordinateur au consulat général et ces pratiquants ne devraient plus avoir de difficultés à obtenir un visa. J’ai eu des relations avec les pratiquants de Falun Gong et je sympathise avec eux parce qu’ils suivent l’Authenticité, la Bienveillance et la Tolérance. Je ressens particulièrement leur honnêteté et leur gentillesse. La raison pour laquelle le PCC pense que le Falun Gong est facile à contrôler et à persécuter est parce que les pratiquants sont très honnêtes. Lorsqu’ils viennent au consulat demander ces visas et que nous leur demandons s’ils pratiquent le Falun Gong, ou ils répondent oui ou ils ne disent rien. Il est par conséquent facile de le savoir, parce qu’ils ne mentent pas.

“En 2003, Yuan Jing, le directeur adjoint du Bureau central pour Prévenir et Traiter le culte ****, m’a dit qu’en ce moment 60 000 pratiquants de Falun Gong étaient en train d’être persécutés. Parmi eux 30 000, étaient détenus dans les prisons, les camps de travail, et 30 000 subissaient un lavage de cerveau et étaient sous la surveillance du gouvernement local, le gouvernement de district, et le Comité de Rue du Parti. Ces nombres m’ont effaré. Le PCC déclare habituellement qu’il recourt à la politique d’unir, éduquer et réformer’ en traitant les pratiquants de Falun Gong. Les soi-disant ‘unir et éduquer’ signifient le lavage de cerveau, et c’est le nom de la même méthode qui est utilisée sur les membres du PCC. Depuis le massacre du 4 juin 1989, le PCC a lavé le cerveau des gens avec des théories visant spécifiquement les droits civils. Plus tard, les « Trois discours » et les « Trois représentants » et l’ « Education maintenant le progrès » de Hu Jintao sont sortis. A la fin de l’année dernière, le consulat général à Sydney m’a dit d’écrire un rapport de synthèse, dont l’essentiel est, le consulat général à Sydney a fait beaucoup de progrès avec son Education maintenant le progrès, et nous allons mettre fin à cette période d’Education maintenant le progrès. Tout ceci indique la véritable nature du PCC. »

Chen Yonglin a dit qu’il pourrait soumettre une liste d’espions du PCC au gouvernement australien

On a appris que Chen Yonglin avait soumis une liste de noms de pratiquants de Falun Gong locaux au gouvernement australien. Chen Yonglin dit que cette liste est suffisante pour prouver que le gouvernement australien a dispatché ou payé de nombreux informateurs dans les communautés chinoises dans toute l’Australie.

Selon l’ Australia Broadcast Company (ABC), Chen Yonglin a dit aussi avoir une liste d’espions du PCC en Australie et qu’il la publierait si nécessaire. Il a dit qu’il y a deux types de diplomates chinois en Australie : le premier s’occupe des affaires étrangères et des tâches administratives, et les autres collectent l’information.

Chen Yonglin a appelé ces espions à vite renoncer à leur job et à devenir vraiment part d’une société démocratique. Chen Yonglin a dit que beaucoup de ces espions avaient des familles et il espère qu’ils peuvent cesser de participer aux activités d’espionnage afin de ne pas se faire du tort à eux-mêmes et à leur famille.

On dit que les Services secrets en Australie ont exprimé leur intérêt pour les déclarations de Chen Yonglin et resteront en contact avec lui.

Version chinoise :
http://minghui.org/mh/articles/2005/7/12/105988.html

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.