Activités illégales d’officiels douteux

Activités illégales d’officiels douteux

1. Les policiers mènent à bien leur politique des « quatre-un »
Ville de Da’an, province de Jilin

Depuis le 28 janvier 2002, les officiers du « bureau 610 » [une agence spécialement créée pour persécuter le Falun Gong, ayant un pouvoir absolu sur chaque niveau d’administration du Parti et de tous les autres systèmes judiciaires] et la police de Da’an a entamé une persécution des pratiquants de Falun Dafa à travers la ville. Ils ont obligé ceux qui ont pratiqué le Falun Gong à écrire des « déclarations de repentir » afin de les faire renoncer à leurs croyances. La police a déclaré « n’espérez pas avoir un bon Festival de Printemps si vous ne vous vous soumettez pas en écrivant ces déclarations ». [Ces déclarations font dire aux pratiquants qu’ils sont désolés d’avoir pratiqué le Falun Dafa, qu’ils n’iront jamais à Pékin pour manifester pour Dafa, qu’ils ne s’associeront pas à d’autres pratiquants, et qu’ils renonceront à leur croyance en Dafa].

Les policiers chargés de l’application de ces mesures ont pillé les maisons des pratiquants de Dafa et mené à bien leur politique baptisée « Les quatre uns » : si un livre de Dafa, une cassette, un disque, un prospectus de clarification de la vérité de Dafa ou bien un morceau de papier en relation avec Falun Dafa était trouvé à son domicile, le pratiquant serait détenu pendant un mois. S’il refusait d’écrire une déclaration de repentir, il serait condamné à l’emprisonnement. La police a même fouillé de force tout passant portant un sac en plastique noir dans la rue. Tandis que le Festival de Printemps approche, règne dans la ville de Da’an un tumulte épouvantable.
Jusqu’au 3 février 2002, on savait que les policiers avaient arrêté neuf pratiquants de Falun Dafa, y compris une femme de 74 ans, de façon tout à fait illégale. Une pratiquante a été kidnappée après avoir dit à la police qui était en train de mettre sa maison sens dessus dessous « qu’y a-t-il de mal à pratiquer le Falun Gong ? »

Tout le monde se préparait à fêter le Festival du Printemps, alors que les pratiquants de Dafa au bon cœur étaient forcés de quitter leur maisons et de se séparer de leurs familles. Ils mènent une vie très difficile et certains d’entre eux sont même torturés à mort.

2. Les officiers du tribunal condamnent illégalement des pratiquants à des peines d’emprisonnement très longues.
Province de Jiangxi

Le 15 décembre 2001, les officiers du tribunal de la ville de Jiujiang, district de Lushan, ont illégalement condamné des pratiquants qui avaient été détenus pendant plus de neuf mois déjà. Les pratiquants Zhang Shu et Lu Yiming ont été respectivement condamnés à des peines de sept et quatre ans d’emprisonnement. Les pratiquants Wu Zhouyun et Liu Limo ont été condamnés respectivement à des peines d’emprisonnement de sept et quatre ans. Avant d’être jugés, ces quatre pratiquants ont été persécutés à répétitions. Le domicile de M. Zhang Shu a été pillé à plusieurs reprises. Sa femme et lui ont été expulsés de leur usine. Sa fille a du aller travailler pour gagner sa vie. Des policiers de la ville de Xiamen ont confisqué leurs seules 10 000 Yuan d’économies. [le salaire moyen en ville est de 500 Yuan]. Sa femme est aussi pratiquante. Les membres de la famille du Lu Yinming étaient sans travail ? Ils ne pouvaient pas le soutenir financièrement La femme de M. Zhouyun, également pratiquante, a du vivre en exil l’an dernier. Personne ne s’est occupé de leur fille de 10 ans, dont la vie est devenue très difficile. Mme Liu Limo menait une vie de famille harmonieuse. Sous la pression du gouvernement, son mari a divorcé. Sa fille âgée d’à peine 10 ans, a été privée de l’amour de sa mère. Mme Liu Limo, à cause de toutes les tortures imaginables qu’elle a subies lors de sa détention, est restée paralysée des membres inférieurs. Elle a été persécutée jusqu’à être proche la mort. Les policiers ont ordonné à sa famille de la ramener chez elle, car ils craignaient d’être tenus responsables de sa mort pendant sa détention. Peu de temps après avoir été libérée, Mme Liu a récupéré, sans n’avoir reçu aucun soin. Et cependant, les autorités judiciaires l’ont condamnée à quatre ans d’emprisonnement.

M. Lanhu, sa mère et son conjoint, tous les pratiquants de Falun Dafa du district de Lushan, ont été détenus alors qu’ils clarifiaient la vérité au public. Tous leurs voisins leur témoignaient leur sympathie parce qu’ils savaient que tous les pratiquants étaient des gens bienveillants.


2.Les actes criminels des policiers de la ville de Nanchun

Pingdu City, Shandong Province
Ville de Pingdu, province de Shandong

Le 21 novembre 2001, trois pratiquants de Dafa, Wang Hongyan, Wang Caixiang and Jiang Chuiping du village de Dongwangfuzhuang, commune de Nanchun, dépendant de la ville de Pingdu, province de Shandong, ont été arrêtés alors qu’ils étaient en train de distribuer des prospectus sur Dafa clarifiant la vérité. Les policiers ne les relâcheraient pas à moins qu’ils ne remettent chacun 5 000 Yuan. Le mari de Wang Hongyan lui aussi pratiquant a refusé l’extorsion, et dans l’après-midi du 24 novembre, sept policiers sont venus chez lui et ont confisqué son tracteur. Cependant, les policiers n’ont toujours pas relâché sa femme. Nous n’avons pas de nouvelles du couple Wang Caixiang et de Jiang Chuiping.


3.Actes criminels des policiers chargés de la répression au commissariat de police d’Aimin

Ville de Mudanjiang, Province de Heilongjiang

Depuis le 10 janvier 2002, le personnel du commissariat de police d’Aimin, ville de Mudanjiang, ont illégalement et constamment arrêté plus de 30 pratiquants de Falun Dafa, détruit 12 centres où l’on produisait le matériel de clarification de la vérité sur Dafa, et sévèrement endommagé le matériel d’impression. La plupart des pratiquants qui ont été arrêtés sont maintenant détenus au 3ème étage des commissariats de police d’Aimin et de Huanghua. Chaque jour, ils endurent des tortures brutales. Après les agissements malins de Qiao Ping et Chen Liang aient été exposés, ils ont persécuté les pratiquants encore plus impitoyablement. Pour se venger, ils ont détenu les pratiquants au commissariat et les ont brutalement torturés. Ils les ont attachés au « banc du tigre » cf. l’illustration sur le site http://www.clearwisdom.net/emh/articles/2001/11/24/16156.html), leur ont attaché les mains avec de la ficelle et ont cruellement tiré leurs mains en arrière de toute leurs forces..

Ils ont attaché les pieds des pratiquants avec des chaînes en fer et les ont tiré vers l’arrière avec force, alors qu’un policier martelait les genoux des pratiquants de ses lourdes bottes de cuir. Quelques pratiquants étaient même étroitement liés avec une corde de nylon depuis l’abdomen jusqu’au cou tout en étant attachés au « banc du tigre ». Ils ont même recouvert la tête des pratiquants avec des sacs en plastique, parfois même avec quatre sacs, pour que les pratiquants suffoquent. Par exemple, un policier nommé Chen Liang et quelques uns de ses sous-fifres ont attaché une pratiquante de Falun Dafa, Mme Cao Yingchun à une chaise de métal pendant trois jours. Ils ne l’ont pas laissée dormir et l’ont battue si violemment que sa poitrine était couverte de plaies. Elle est maintenant relâchée pour traitement médical. Les tortures qui viennent d’être exposées ne sont que quelques exemples parmi les méthodes employées par les policiers.

4.Les lois établies par le régime criminel de Jiang: c’est un crime d’aider les autres à acheter des billets de train

Le 1er février, le pratiquant Zheng Jianxin a été jugé au tribunal de Wuchang, dans la ville de Wuhan, et les « chefs d’accusation » contre lui étaient qu’il avait aidé des pratiquants de Falun Gong à acheter 20 billets de train pour aller à Pékin, et déployé des banderoles à TianAnMen le 5 octobre 2000. Le tribunal contourne la loi et essaie d’abuser des gens.

Les officiels sans foi ni loi du gouvernement de la ville de Bozhou, province de An’hui sont :

Wang Zhaoyao, député secrétaire du comité du parti de la province ; numéro de telephone du “bureau 610":: 558-5525322; Huang Yazhou, secrétaire du comité de politique et des lois: 558-5525300, 558-5119817 (domicile), 139-56712998 (telephone portable); Xu Nailiang, Xu Nailiang, député secrétaire du comité de politique et des lois du district de Jiaocheng: 558-5529055, 558-5525096 (domicile), 130-63398460 (téléphone portable); Wu Wencheng, directeur du bureau 610 du district de Jiaocheng "610 office:" 558-5521063 (home).


Source: http://www.clearwisdom.net/emh/articles/2002/2/10/18590.html
Chinese version available at: http://minghui.ca/mh/articles/2002/2/6/24472.html


Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.