CIEFG: La propagande communiste chinoise continue à trouver une audience involontaire en occident

Déclaration de presse – le 21 janvier 2005 Centre d’Information Européen du Falun Gong
 

LONDRES – Des informations déformées et concoctées par le Ministère de la propagande chinois pour son agenda de persécutions à venir, se sont, ces quelques dernières années, parfois frayé un chemin jusqu'aux endroits à priori les plus improbalbes – des articles de médias occidentaux crédibles.

Ce dimanche 23 janvier 2005 marque La quatrième année depuis que cinq individus se sont soi-disant auto immolés sur la Place Tienanmen de Beijing. A peine quelques heures après l’incident et jusqu’à aujourd’hui le Ministère de la propagande chinoise a lancé une propagande de haine déclarant que les immolés étaient des pratiquants de Falun Gong – afin d’essayer de justifier la violente répression de la pratique qui a débuté en juillet 1999 sous le régime de Jiang Zemin.

Aujourd’hui l’un des medias les plus éminents d’Europe rapporte dans son calendrier historique du 23 janvier que cinq individus "adeptes du mouvement spirituel interdit Falun Gong se sont auto immolés sur la Place Tienanmen de Beijing lors d'une tentative de suicide collectif. " Il n'est donné aucune source sur l’information, ni de point de vue alternatif.

C’est un exemple malheureux d'un phénomène trop courant – les medias traitent les nouvelles venant des agences de presses chinoises contrôlées par l’état comme des sources crédibles sur le Falun Gong ou pire encore reprennent les informations comme des faits indéniables.

Comme dans la plupart des nouvelles sur l’”auto immolation”, le fait que pendant plus d’une année après l’incident, aucune tierce partie – medias ou autre – n'a eu la possibilité d’approcher les individus soit disant impliqués, alors que les médias chinois contrôlés par l’état continuent de débiter un reportage après l’autre sur l’incident n'y est pas mentionné.

Que le seul journaliste occidental connu qui a enquêté sur l’histoire, un reporter du Washington Post basé à Beijing, a découvert qu’aucune personne de la ville natale de deux présumés immolés ne les avait jamais vu pratiquer le Falun Gong n'y est pas mentionné.

Qu' un documentaire récompensé [Regarder en ligne : hi-res / lo-res], et qui a enquêté sur l’incident, a identifié de criantes contradictions dans les informations publiés par les agences de presses contrôlés par l’état, amenant les observateurs chinois et au moins un membre d’une organisation des Nations Unis à conclure que l’incident avait été mis en scène par les fonctionnaires chinois pour tourner l’opinion publique contre le Falun Gong, n'y est pas mentionné.

Que l’acte de suicide en lui même s'oppose aux enseignements du Falun Gong, qui dit que toute forme de meurtre, y compris le suicide est un pêché, ou comme il est stipulé en termes bouddhistes, créé de grandes quantités de mauvais karma, n'y est pas mentionné.

Que pendant les six premiers mois de la persécution, les medias contrôlés par l’état ont publié plus de 300 000 rapports attaquant le Falun Gong afin de convaincre la population chinoise et la communauté internationale que la persécution du Falun Gong n’existe pas tout en dépeignant en même temps le Falun Gong comme ‘dangereux’ ou comme une ‘menace’ afin de contrecarrer les critiques contre la persécution n'y est pas mentionné. Les informations diffusées par l’état sur l’incident de l’auto immolation sont au coeur de cette campagne pour salir le Falun Gong

Alors, pourquoi une aussi grande partie de l’histoire manque-t-elle souvent dans les medias internationaux, alors que la ligne du Parti Communiste chinois est toujours en bonne place, et dans certains cas de façon unilatérale ?

Dans le contexte des atrocités contre les pratiquants du Falun Gong largement répandues à travers la Chine, nous ne pouvons pas prendre les informations des médias contrôlées par l’état sur le Falun Gong comme des nouvelles fiables, en ne couvrant que peu ou pas la crédibilité de leurs sources, ni à quel point leurs informations sont soutenues par des faits véritables. En effet, il faut user de circonspection et d'une juste vigilence en reprenant les nouvelles des agences de presse chinoises qui sont entièrement contrôlés par le leadership communiste.

Nous ne suggérons pas une censure de leurs nouvelles liées au Falun Gong. Au contraire : Nous appelons les médias internationaux à creuser davantage cette histoire, et à ne pas couvrir seulement ce que disent les dirigeants du Parti Communiste Chinois sur le Falun Gong (à travers leurs "agences de presse" porte-paroles), mais pourquoi ils le disent, qu’est ce qu’ils essaient de cacher et plus important encore qu’est ce qui arrive en Chine à plus de 100 millions de personnes qui pratiquent le Falun Gong.

Bien que les rapports et déclarations des propagandistes communistes chinois valent la peine d’être consultés, nous croyons que la véritable histoire se trouve derrière les murs des milliers de camps de travail, centres de détentions, postes de police et centres de lavage de cerveau chinois d’où continuent de sortir chaque jour des histoires poignantes d’abus, de tortures, de viols et de tueries de pratiquants de Falun Gong.

La communauté internationale doit comprendre toute l’histoire du Falun Gong en Chine. Nous pensons que les agences de presse crédibles du monde prendront la responsabilité de rapporter cette histoire, sans tenir compte de la pression qui pourrait – et c’est souvent le cas – venir du leadership chinois pour les empêcher de parler, ou pour les plier à sa ligne.


###

ACTUALITÉS Jan. 17, 2005
European Falun Gong Information Centrewww.clearharmony.net

Rappel

Le Falun Gong, ou Falun Dafa, est une méthode de méditation et d’exercices avec un enseignement basé sur le principe universel « Authenticité – Bienveillance – Patience ». C’est une méthode qui a été enseignée en privé pendant des milliers d’années avant d’être rendue publique en 1992 par Me. Li Hongzhi. Falun Gong prend ses racines dans la culture chinoise traditionnelle, mais est différent du bouddhisme et du taoïsme. Depuis son introduction en 1992, la méthode s’est transmise rapidement de bouche à oreille à travers la Chine, et on la pratique maintenant dans plus de 50 pays.

D’après les estimations du gouvernement, le nombre de pratiquants ayant atteint les 70-80 millions, le dirigeant chinois Jiang Zemin a interdit cette pratique pacifique en juillet 1999 (rapport), de peur qu’elle n’ait plus de succès au sein du peuple que le Parti Communiste lui-même. Mais, dans l’incapacité d’ébranler les convictions de millions de personnes qui avaient bénéficié de la pratique du Falun Gong dans leur vie quotidienne, le régime de Jiang a intensifié la propagande pour tourner l’opinion publique contre cette méthode et ainsi pouvoir tranquillement emprisonner, torturer et même tuer ceux qui la pratiquent.

Le Centre d’Information du Falun Dafa a pu documenter plus de 1290 cas de morts (rapport / sources) depuis le début de la persécution du Falun Gong en Chine en 1999. Cependant, les dirigeants chinois rapportent que le nombre de morts dépasse les 1 600 et des experts estiment que le chiffre doit être beaucoup plus élevé. Des centaines de milliers de personnes sont détenues, dont plus de 100 000 ont été condamnées aux camps de travaux forcés, souvent de manière arbitraire.



POUR DE PLUS AMPLES INFORMATIONS VEUILLEZ CONTACTER LE CENTRE D INFORMATION EUROPEEN DE FALUN GONG
Levi Browde + 1 914-720-0963 Peter Jauhal + 44 (0) 7719 508 268 Nicolas Schols +32 47 98 75 734
Autres contacts : http://www.falungonginfo.net/europe.htm
Mail: europe@falungonginfo.net

Publié en anglais sur : //www.clearharmony.net/articles/200501/24472.html

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.