Condamnation des Violations des droits de l’homme dans la campagne chinoise contre le Falun Gong

Amnesty International
Vlaanderen vzw
Kerkstraat 156
2060 Antwerpen (België)
Tel. 03/271.16.16
Fax: 03/235.78.12



A propos de l’arrestation d’un pratiquant de Falun Gong Belge sur la Place Tiananmen la semaine dernière, Amnistie Internationale veut condamner les graves violations des droits de l’homme auxquels sont souvent soumis les adhérents de mouvements spirituels comme le Falun Gong mais aussi d’autres religions reconnues, “les violations des droits de l’homme sous de nombreuses formes : arrestations arbitraires et confinements, torture, jugements iniques, confinements de longue durée sans condamnation ni audition, peines administratives sans procès légal, et souvent peine de mort ”, a déclaré Amnesty.
De récents règlements, stipulés pour la protection des activités religieuses, sont de plus en plus utilisés pour les restreindre. L’action contre le Falun Gong fait partie d’une répression générale des mouvements spirituels et religieux. Le gouvernement Chinois entreprend aussi des actions contre d’autres pratiques de “Qi Gong” et mène des campagnes systématiques “contre la superstition” qui ont des caractéristiques Bouddhiste, Islamique et Catholique. La campagne est par exemple utilisée pour éliminer toute forme de séparatisme au Tibet et au Xinjiang. De plus, les dirigeants du mouvement religieux “Eglise de Hunan” ont été condamnés à mort en début d’année parce que leur organisation pourrait saper la loi.

La répression du Falun Gong est devenue une priorité politique du gouvernement Chinois. Amnistie Internationale s’inquiète que les actions contre le mouvement n’aillent main dans la main avec de sérieuses violations des droits de l’homme et une violence excessive.
Depuis le 22 juillet 1999 des milliers de pratiquants de Falun Gong ont été arrêtés et condamnés à la prison, les peines administratives dans des camps de rééducation, ou le confinement en institutions psychiatriques. Une fois détenus, les pratiquants de Falun Gong sont souvent victimes de la torture et des mauvais traitements. La torture est utilisée comme moyen d’intimidation pour forcer les adhérents à renoncer à leur croyance et arrêter leur pratique de méditation. Pour protester contre leur situation et leurs misérables conditions de détention les membres du Falun Gong font régulièrement des grèves de la faim. A cause de cela ils deviennent extrêmement vulnérables aux mauvais traitements, par exemple être nourris de force ou un travail très dur.

Pendant longtemps les pratiquants de Falun Gong n’ont cessé d’aller à Beijing pour protester en pratiquant les exercices et la méditation en face des bâtiments officiels. Le gouvernement Chinois a réagi à cela par des actions encore plus répressives contre le mouvement. De récents rapports suggèrent en fait qu’une campagne “frapper fort” a été lancée pour en finir une fois pour toutes avec cette “[terme calomnieux utilisé par le gouvernement Chinois]”.Lors d’une telle campagne “frapper fort” il est important d’obtenir des résultats aussi rapidement que possible. En conséquence, des milliers de pratiquants de Falun Gong ont été durement arrêtés et forcés à être rééduqués. Depuis le nombre de pratiquants de Falun Gong morts en prison n’a fait qu’augmenter de 124 au début 2001 à plus de 350 à présent. La plupart des adhérents ont succombé aux blessures infligées par de graves tortures.
Amnistie Internationale s’inquiète aussi du rapport que la torture des pratiquants de Falun Gong serait depuis le début de 2001 officiellement approuvée. Ceci signifie que de telles brutalités ne sont plus considérées comme un crime lorsqu’elles sont commises contre un pratiquant de Falun gong qui refuse d’abandonner sa croyance, et que le bourreau le fait librement. Le résultat c’est que les pratiquants de Falun Gong sont maintenant systématiquement soumis à la torture dans les prisons et les camps de rééducation, ce qui explique le taux de décès en 2001.
Amnistie Internationale souhaite encourager le gouvernement Belge à faire pression sur le gouvernement Chinois afin qu’il :

1. Respecte les libertés fondamentales, telles que la liberté d’expression de sa propre opinion, le droit de liberté de religion et de croyance et la liberté de former une association.
2- Mette fin immédiatement aux nombreuses violations des droits de l’homme des adhérents d’associations comme le Falun Gong et ceux qui les soutiennent.
3- Respecte les droits culturels et la liberté religieuse au Tibet et au Xinjiang.
4- Respecte les droits de l’homme de tous les prisonniers, aussi des prisonniers de conscience et arrête immédiatement toute forme de torture à l’intérieur des prisons.


Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.