Lettre-document adressée en 2004 aux différentes couches de la société française expliquant la nature et le danger de la persécution à l’encontre du Falun Gong

Vous avez sans doute déjà entendu parler du mouvement spirituel Falun Gong et de sa situation difficile en Chine. Comme vous le savez peut être, la persécution du Falun Gong dure depuis plus de cinq ans. Pour ceux qui la subissent, la répression a été implacable, violente et systématique.

Pendant ces cinq années, malgré le blocus des informations, le courage de nombreuses personnes en Chine a permis de rassembler quantité d’informations sur les crimes commis durant cette répression, informations en partie relayées par des Organisations de Droits de l’Homme internationales et quelques médias. Ceci nous permet aujourd’hui d’avoir de cette persécution une image globale de plus en plus claire.

Alors même qu’elle n’est pas encore terminée, par son échelle, par la mobilisation des ressources d’un état tout entier, par la violence et la cruauté déployées, et par les mensonges étendus au monde entier, la persécution du Falun Gong apparaît comme un phénomène sans précédent. On ne peut douter que les auteurs d’une telle persécution nuiront nécessairement à la société chinoise et qu’ils ne sont des collaborateurs crédibles pour personne.

Ce document vise dans une première partie à résumer et faire mieux connaître ce qu’est le Falun Gong, ses principes et son enracinement dans la sagesse chinoise traditionnelle Dans une deuxième partie, nous exposerons en détail la nature de la persécution et son danger. Enfin nous essaierons de faire comprendre l’esprit et la conviction qui motivent la résistance pacifique du Falun Gong, espérant que davantage de gens comprendront la dimension morale de cette lutte, et aideront à mettre fin à la persécution.

  • A propos du Falun Gong

Le Falun Gong, appelé également Falun Dafa, est une méthode bouddhiste chinoise très ancienne. En tant que système de méditation, il a été présenté au public en 1992 par M. Li Hongzhi. Cette méditation inclut cinq séries d’exercices doux, qui contrôlent et purifient l’énergie pour qu’elle s’harmonise avec la nature.

Outre les cinq séries d'exercices méditatifs, il enseigne les trois principes d’authenticité, de bienveillance et de tolérance dans lequel on retrouve toutes les grandes valeurs de la culture chinoise, le “ Zhen “ ou Authenticité du Taoïsme, le “ Shan “ ou Bienveillance du Bouddhisme et le “ Ren “ ou Tolérance enseigné par Confucius . De même que dans les idées d’unité du corps et de l’esprit, de rétribution du bien par le bien et du mal par le mal, et de la vie de l’esprit après la mort, on retrouve des milliers d’années de mode de vie et de pensée spirituelle chinoise. Etant une pratique traditionnelle, le Falun Gong dépasse le cadre des gymnastiques de bien-être pour offrir une réelle voie de sagesse.

Ce sont de tels principes qui ont guidé des millions de pratiquants au sein de cette persécution et qui expliquent leur détermination et leur pacifisme face à tant de cruauté. Un phénomène sans précédent au cours des quelques décennies de régime dictatorial communiste chinois et peut-être même dans toute l’histoire de la Chine

Selon des statistiques compilées par le gouvernement chinois avant la persécution, il y avait entre 70 et 100 millions de gens pratiquant le Falun Gong, des gens de toutes origines sociales. Et jusqu’en juillet 1999, le gouvernement chinois l’a promu et reconnu “pour les bénéfices qu’il apporte à la santé et pour sa contribution à l’élévation des vertus morales dans la société” (bulletin du Ministère de l’Intérieur chinois, en 1994).

Aujourd’hui, le Falun Gong est pratiqué dans une soixantaine de pays du monde et à Taiwan, qui partage avec la Chine la même culture, la même langue et les mêmes traditions, 300 000 personnes le pratiquent, 100 fois plus qu’au début de la persécution.

Le Falun Gong ne s’intéresse pas au pouvoir politique. Il n'a pas de structure hiérarchique et garde une organisation minimale (toujours sous forme d'associations sans but lucratif). Par exemple, le Falun Gong n’a pas de locaux; il n'accepte pas d’argent ; les activités sont organisées et réalisées par des bénévoles. La pratique est gratuite et libre pour tout le monde; tous les textes et documents audiovisuels peuvent être téléchargés gratuitement sur Internet (http://www.falundafa.org).

Certains demanderont peut-être, alors si le Falun Gong est aussi bon que vous le dites, pourquoi le gouvernement chinois le réprime-il ? En fait comme nous allons le montrer, cette persécution n’a pas été la volonté du gouvernement chinois. La popularité croissante du Falun Gong au long de sept années depuis sa transmission a fait naître la Jalousie de Jiang Zemin et la crainte pour son pouvoir personnel. Il est le principal architecte de cette persécution.

  • Les raisons de la répression

L’ex-président chinois s’est senti menacé par la popularité sans cesse croissante du Falun Gong. Ses cent millions de pratiquants avaient en sept ans dépassé en nombre les membres du Parti communiste. De plus, force est de constater que depuis plus de 50 ans, l’idéologie communiste a toujours été en conflit avec la culture et les valeurs chinoises. Par exemple, la Révolution Culturelle dans les années 60 a détruit quasiment tous les temples bouddhistes, les reliques culturelles ; la campagne lancée contre Confucius en 1970 a dénoncé les philosophes classiques et aujourd’hui avec cette persécution initiée contre le Falun Gong l’espoir pour la population chinoise de retrouver ses racines culturelles a de nouveau été piétiné.

Le soir du 25 avril 1999, jour où 10 000 pratiquants de Falun Gong avaient légitimement fait appel au Bureau National d’Appel de Pékin, demandant un environnement de pratique libre, après un dialogue amical entre quelques uns d’entre eux et le Premier Ministre chinois Zhu Rongji, Jiang Zemin a insisté pour dire que les paisibles manifestants avaient “ assiégé “ le pouvoir et “ troublé l’ordre public “ Il écrivit dans une lettre aux plus hauts dirigeants du parti :

      “ Serait-il possible que la théorie marxiste de notre communisme, le matérialisme et l’athéisme dans lesquels nous croyons, ne puissent vaincre ce que promeut Falun Gong ? S’il en était ainsi, ne serait-ce pas une grosse blague ! “(1)

C’était un avertissement à la répression sanglante de Falun Gong qui devait commencer trois mois plus tard.

  • La persécution à l'encontre de Falun Gong et les dangers qu’elle représente

Une persécution illégale : en 1999, le PCC avait sept haut dirigeants (Jiang Zemin était le numéro 1 jusqu'en mars 2003) dont six étaient contre la persécution ; presque tous les organes du PCC et tous les Ministères du gouvernement chinois étaient contre la persécution. Pour justifier sa violation des droits de l’homme, Jiang Zemin n’a pas ménagé ses efforts pour donner du Falun Gong une image de "secte" et de quelque chose de très "controversé". Il a proféré le mot fatal la première fois lors d'une interview par le journal « Le Figaro » lors de sa visite en France en octobre 1999 - La diffamation n’a rien de nouveau pour le PCC, c’est une de ses pratiques habituelles lorsqu’il veut réprimer quelqu'un, largement utilisée pendant la "Révolution culturelle" et pendant ses luttes intérieures au cours de ses 83 ans d’histoire.

Cette persécution n'est validée par aucun article de la Constitution chinoise, aucune loi chinoise ni internationale, mais seulement par des pressions de Jiang Zemin et ses proches et des ordres administratifs, souvent sans trace écrite. Tout le système judiciaire chinois a été forcé de suivre la politique de Jiang Zemin dans l'affaire de la persécution à l'encontre du Falun Gong.

Une persécution qui viole les droits fondamentaux de nombreux citoyens : 100 millions de pratiquants de Falun Gong en Chine sont privés des droits de croyance, d'opinion, d'association ; ils sont privés de toute possibilité d'expression ; arrêtés et détenus de manière arbitraire ; dans presque tous les cas, ceux qui sont détenus sont privés de leur droit à un avocat, et du droit de visite des familles.

Ils sont surveillés, dénoncés par les policiers, les collègues, les voisins ; ils sont privés de promotions, d'augmentation de salaire et de primes, et souvent licenciés ; ils sont privés de leur droit à l’éducation, que ce soit à l'école ou à l'université. Toutes sortes de pressions, discriminations incitent à la haine et provoquent des conflits familiaux, ayant dans de nombreux cas mené au divorce forcé.

Une persécution qui mobilise tout l’appareil d'état : D'abord, un organe de type Gestapo appelé "Bureau 610" a été établi sous l'ordre de Jiang Zemin 40 jours avant que ne soit lancée la répression nationale le 20 juillet 1999. Ce bureau a pour seule tâche d'éradiquer le Falun Gong. Il existe à tous les niveaux du système du PCC et de celui du gouvernement, du niveau central, jusqu'aux provinces, aux villes, aux arrondissements, aux cantons, aux bourgs, aux quartiers d'agglomération, dans les ministères, dans l'armée, dans la police, dans le système judiciaire, dans les médias, dans les universités, dans les usines, dans les ambassades de Chine à l'étranger. Les "bureaux 610" ont sur le sujet du Falun Gong tout pouvoir, les plaçant au-dessus même de l’autorité hiérarchique établie.

L'armée, la police, les médias, le système judiciaire, le système d'éducation, le système des transports en commun, les milieux religieux, les milieux artistiques, les paysans, les ouvriers, les scientifiques, les retraités, les diplomates, les associations, les "ONG", les chinois à l’étranger, les espions en dehors de la Chine, même de vrais criminels sont mobilisés, motivés par des compensations financières, des menaces et des mensonges, pour participer à cette persécution.

Une persécution maintenue par toutes sortes de violences et par la dissimulation : Seulement pour les forcer à renoncer au Falun Gong, de manière organisée et systématique des milliers sont détenus dans des prisons, des camps de rééducation par le travail forcé (Lao Gai) et dans des hôpitaux psychiatriques, où ils subissent toutes sortes de tortures, de mauvais traitements et d’humiliations, injections de produits toxiques, agressions sexuelles, jusqu'au viol et au meurtre ; ils sont forcés à des travaux harassant dans des conditions difficiles pour fabriquer des produits (dont le coût est ainsi “ compétitif “) souvent exportés à l'étranger. Nombre d’entre eux ont subi des lavages de cerveau accompagnés très souvent de mauvais traitements. Des criminels sont encouragés à torturer les pratiquants afin d'obtenir une réduction de peine.

Les femmes ont été particulièrement visées dans cette campagne de persécution. Par exemple, des femmes enceintes ont été forcées à des avortements tardifs, jusqu’à huit mois de grossesse, au lieu d’être relâchées pour pouvoir accoucher. Des bébés de pratiquantes de Falun Gong ont été torturés à mort devant leur mère; Pendant les gardes à vue les pratiquantes ont souffert des agressions sexuelles, comme d’être dénudées et jetées dans des cellules de criminels - l’utilisation de divers dispositifs électriques pour pénétrer ou choquer les parties génitales, le viol collectif, sont répandus.

Tous les moyens sont permis pour dissimuler ces violences au public et aux organismes de défense des droits de l'hommes internationaux: les médias chinois sous contrôle disent au public que les policiers traitent les pratiquants comme leurs parents, leurs sœurs et frères, sont avec eux chaleureux comme "la pluie de printemps", ... ; les membres de famille des pratiquants détenus sont interdits de visite; quand des cadres se présentent pour (souvent faire semblant de) contrôler le travail des prisons et des camps, ou que des journalistes étrangers viennent, les pratiquants déterminés sont déplacés ailleurs et les autres sont forcés de jouer au basket, de lire, de regarder à la télévision, de cuisiner des raviolis avec les policiers, ...

Une persécution maintenue par toutes sortes de mensonges : les persécuteurs savent bien qu’aucun moyen légal et correct pas plus que la torture ni les menaces de mort n’obtiendront des pratiquants qu’ils abandonnent leur croyance au principe d’authenticité, de bienveillance et de tolérance. Il faut donc que tout le peuple chinois, la société entière et même les gouvernements et médias étrangers conçoivent de la haine envers le Falun Gong. Tous les livres du Falun Gong ont été brûlés en Chine pour empêcher que les gens sachent ce qu’ils contiennent réellement, et toutes sortes de mensonges ont été fabriqués. Pour provoquer la haine des bouddhistes, ils disent que le fondateur du Falun Gong prétend être Bouddha Sakyamuni ; pour les chrétiens c'est alors Jésus ; ils disent aux médecins que le Falun Gong interdit aux disciples de prendre des médicaments et a provoqué ainsi la mort de 1700 personnes en 7 ans ; des paysans pauvres hospitalisés se voient "demander" de dire devant les médias et policiers chinois qu'ils sont malades parce qu'ils pratiquent le Falun Gong qui leur interdit de prendre des médicaments (s'ils le font, leurs frais médicaux seront payés par la police, sinon ils seront chassés de l'hôpital) ; les persécuteurs disent aux patriotes que les pratiquants sont achetés par des forces étrangères anti-Chine (la CIA par exemple) pour nuire à la réputation et au développement de leur patrie ; ils disent aux scientifiques que le Falun Gong est de la superstition et s’oppose à la science.

Si tout cela n'est encore pas suffisant, alors ils disent que le Falun Gong amasse de l'argent (alors que la pratique est gratuite) ; que les pratiquants s'immolent pour "aller au ciel" (exemple de l’auto immolation mise en scène par le régime sur la place Tian'anmen en janvier 2001(2)) ; que les pratiquants tuent leurs parents et font l'amour avec des animaux ; que les pratiquants envoient de l'anthrax aux dirigeants chinois ; que le Falun Gong est interdit et réprimé dans tous les pays, ...

Une persécution qui détruit les meilleures valeurs : Il est impossible d'éliminer physiquement des dizaines de millions de pratiquants de Falun Gong, alors tous les moyens possibles sont utilisés pour les "transformer", c'est-à-dire leur faire renoncer au principe d’authenticité, de bienveillance et de tolérance. Une telle "transformation" commence souvent par la signature d’une "lettre de repentir"(3). Mais, signer une "lettre de repentir" est loin d'être suffisant pour s’assurer que quelqu’un est bien "transformé", il faut qu'ils profèrent des grossièretés, participent à en "transformer" d'autres jusqu'à devenir violents, pour montrer aux persécuteurs qu'ils abandonnent vraiment leur croyance. Beaucoup de ceux qui n’ont pas eu la force de résister à une telle persécution subissent l’extrême souffrance d’avoir trahi leur conscience.

Toutes les couches de la société doivent surveiller, dénoncer les pratiquants, moyennant compensations financières ou bonus sociaux ; les gens sont forcés de regarder des films, des séries télévisées, des pièces de théâtre et des expositions diffamant le Falun Gong. L’opinion sur le Falun Gong a même été incluse dans certaines épreuves d’admission du système éducatif.

Dans les gares, les stations routières, divers lieux publics importants et même la station de télévision de Pékin, des photos du fondateur de la méthode sont placées par terre obligeant tous ceux qui entrent à marcher dessus. Ceux qui l’évitent sont interpellés et suspectés de pratiquer le Falun Gong.

S’ils croient avoir repéré un pratiquant de Falun Gong, les policiers et agents en civil le frappent. Mais si la personne les insulte, les policiers s’excusent immédiatement, comprenant qu’il n’est pas pratiquant. Des détenus criminels ont été libérés pour emprisonner davantage de gens qui pratiquent le Falun Gong.

Les exemples ci-dessus permettent de réaliser l’ampleur et la nature de la répression : les citoyens du pays le plus peuplé du monde sont encouragés ou forcés à "transformer" ceux qui croient au Falun Gong. La propagande du régime s’infiltre dans chaque domaine, jusque dans la vie quotidienne des chinois : les films, les livres, la radio, l’éducation…

Une persécution qui touche la totalité de la société chinoise : jusqu'à aujourd'hui, des milliers de pratiquants de Falun Gong auraient été tués, dont 1060 sont déjà formellement identifiés ; entre 100 000 et 210 000 sont actuellement détenus dans des prisons ou camps de « rééducation » ; plus de 1600 ont été détenus dans des hôpitaux psychiatriques et gavés de psychotropes alors que parfaitement sains d’esprit ; 6000 pratiquants ont été illégalement condamnés à des peines de prison allant jusqu'à 18 ans; pour éviter la persécution, de très nombreux pratiquants sont obligés de quitter leur domicile et ne peuvent plus continuer leurs études ou travail, ne peuvent plus prendre soin de leurs parents âgés ou de leurs jeunes enfants ; 100 millions d’entre eux sont privés de la liberté de croyance, d'association, d'expression, de travail, d'études, etc. ; leur entourage n’est pas épargné et subit toutes sortes de pressions, les forçant souvent à dénoncer leurs proches pour ne pas devenir eux-mêmes victimes.

Jiang Zemin a mis en place un vaste réseau d’exécutants, de médias et de polices pour mener à bien la persécution. En surface les choses peuvent sembler calmes et le développement suivre son cours en Chine, mais en vérité la vie de millions de chinois, hommes, femmes et enfants est détruite sous nos yeux. Chaque fois qu’un employé est renvoyé de son travail à cause de sa croyance, chaque fois qu’un voisin dénonce un pratiquant de Falun Gong, chaque fois qu’un enfant est forcé à dénoncer le Falun Gong afin de garder sa place à l’école, la société devient un peu plus corrompue et décadente. Rares sont ceux qui n’ont pas été affectés par cette persécution d’une manière ou d’une autre.

Enfin d’énormes ressources d'argent, de matériaux, de main-d'œuvre et de temps sont utilisées et mobilisées en Chine et à l'étranger pour maintenir cette persécution. Par exemple selon un reportage du régime chinois, dans une période de moins de 10 mois, dans l'Arrondissement Chaoyang de Pékin, 259 stages de lavage de cerveau(4) ont été organisés, plus d’un millier de membres du PCC ont participé à ce "travail", en décembre 2001, Jiang Zemin a investi 4,2 milliard de Yuans (530 million d'Euros) pour construire des structures de lavage de cerveau.

***

Le régime chinois déclare que la question des droits de l’homme va en s’améliorant et ils essaient de le prouver à travers un jeu diplomatique avec la communauté internationale en libérant par ci par là un dissident. Ne nous laissons pas tromper. Nous devons voir à travers cette persécution insidieuse. La méthode de contrôle de l’esprit, d’endoctrinement et de lavage de cerveau n’est pas moins terrifiante que les descriptions de George Orwell dans 1984. Les obscénités, la douleur, les cris sont réels.

Enfin, une persécution qui menace aussi les valeurs du monde libre : la pression diplomatique, le chantage politico-économique, les activités "culturelles", les relations personnelles, la corruption, l’utilisation d’espions et des chinois "patriotiques" à l’étranger, tous les moyens sont bons pour diffuser les mensonges à travers le monde entier, voire même participer à persécuter les pratiquants de Falun Gong dans des pays démocratiques : des entreprises occidentales implantées en Chine ont déjà refusé l’emploi à des personnes pratiquant le Falun Gong, de grandes entreprises du domaine des technologies informatiques aident le régime à développer des systèmes de blocage des informations ; on a vu des atteintes à la liberté de voyager comme dans les cas de Hong Kong et de l’Islande par l’utilisation de listes noires remises par des représentants chinois à des structures démocratiques; des pressions menant à des interdictions de manifestations pacifiques où culturelles, à des interpellations arbitraires (lors de visites officielles chinoises en Allemagne et en France par exemple.) (5)

Et tout récemment ce que personne n’aurait jamais cru possible, un pratiquant de Falun Gong a été la cible d’une fusillade lors de la visite de haut fonctionnaires chinois en Afrique du Sud. Recourir à des tueurs à gage pour éliminer quelqu’un pour ses croyances relève du terrorisme, et c’est ce que nous croyons s'être passé en Afrique du Sud sur l’ordre des fonctionnaires chinois. En est-ce vraiment arrivé là ? Se peut-il que le protégé de Jiang Zemin, le vice-président Zeng Qinghong, ait eu recours à des tueurs en Afrique du Sud pour éliminer ceux qui auraient pu ternir sa visite ? Plusieurs éléments le laissent penser, et une enquête a été ouverte pour tentative de meurtre.(6)

Environ une dizaine des organisateurs chinois des années croisées France-Chine participent activement à la persécution à l'encontre de Falun Gong, dont 2 font l'objet de plaintes pour complicité de tortures : Li Lanqing, chef du Bureau 610, et Sun Jiazheng, actuel Ministre de la Culture.

  • La résistance et l’esprit de paix du Falun Gong

Malgré tout, les pratiquants en Chine tiennent toujours bon. A part leur fermeté extraordinaire, ce qui est remarquable est qu’ils sont restés non violents. Ils ne rendent pas coup pour coup. Ils savent qu’on ne combat pas le mal par le mal. Des observateurs ont noté que la Chine n’a jamais connu un tel courant de résistance pacifique dans toute son histoire. Et toutes ces personnes veulent dire au gouvernement que le Falun Gong est un grand héritage de la culture chinoise, et que le gouvernement ne devrait pas les priver de leurs droits constitutionnels à la liberté de conscience, d’expression et d’association.

Sortant de sept mois de détention dans les prisons chinoises un homme pratiquant le Falun Gong a dit :

      ”Même aujourd’hui, beaucoup de gens continuent à me demander pourquoi je n’ai pas écrit une “Déclaration de Garantie” ou une ”Déclaration de Repentir”(7) De cette façon j’aurais pu être relâché plus tôt. Je leur dis qu’étant en détention, même si mon corps était enfermé, mon esprit était libre. Si j’avais écrit quelque chose trahissant mon âme, peut-être que mon corps serait libre, cependant, mon âme serait dorénavant enchaînée. Ce que je veux c’est une vraie liberté, sans réserve, parce que je suis innocent.”

Un autre, Wang Jinguo, professeur d’art, est mort de lésions internes suite à 200 jours de torture dans une prison chinoise, et a laissé pour dernières volontés ces quelques mots :

      ” Si je meurs, ce sera en résultat de leurs mauvais traitements et de la torture. Mais même s’il n’y a qu’un faible espoir qu’ils puissent revenir à la bonté, vous devez tout faire pour les y aider, y compris ceux qui ont directement participé à me persécuter.”

C’est un tel esprit qui anime les efforts contre la persécution de tous ceux qui pratiquent le Falun Gong en Chine et en dehors.

En chine continentale, courant toutes sortes de risques, ils expliquent les faits à leur famille, leurs voisins, leurs amis, leurs collègues, aux gens dans la rue, à leurs supérieurs et aux autorités concernées, même aux policiers et criminels qui les torturent ; ils utilisent leur propre argent pour fabriquer les tracts et les documents audiovisuels et les distribuent partout ; ils tendent des banderoles enjambant les autoroutes, les chemins de fer ; ils utilisent des haut-parleurs chronométrés dans des quartiers des grandes agglomérations, à proximité des camps de concentration ; ils interceptent même les signaux de la télévision chinoise et les utilisent pour que le peuple chinois apprenne la vérité à grande échelle. Récemment, les pratiquants torturés et emprisonnés en Chine ont commencé à recourir à des moyens légaux pour demander justice.

En dehors de la Chine continentale, ils expliquent les faits aux gouvernements, Députés, Maires, organismes des droits de l'homme, aux intellectuels, artistes, syndicats, entreprises, aux gens dans la rue et aux chinois qui sortent de la Chine continentale ; ils font des manifestations pacifiques dans des lieux publics, devant les ambassades ou consulats de Chine dans certains pays jour et nuit, jour après jour.

Les pratiquants de Falun Gong à travers le monde ont poursuivi en justice le principal responsable, le dictateur chinois Jiang Zemin et ses principaux complices –. en Allemagne, Arménie, Autriche, Belgique, Canada, Espagne, Etats-Unis, Finlande, France, Grèce, Moldavie, Pologne, Russie, Taiwan, Tanzanie(8) …– pour torture, génocide et crimes contre l’humanité - ces poursuites ont été un véritable frein pour ceux qui exécutent les ordres de Jiang Zemin et semblent aider à empêcher certains incidents de torture et de mauvais traitements sur le continent chinois.

  • Les soutiens dans le monde et notre espoir

Nous apprécions beaucoup le soutien de la communauté internationale ces cinq dernières années y compris celui de beaucoup de gouvernements, d’ONG comme Amnesty International et d’individus de tous horizons. Pour n’en citer que quelques uns :

Jack Lang à l’Association France Falun Gong : ”Toute ma sympathie vous est acquise et j’aimerais pouvoir convaincre beaucoup d’autres personnes de s’associer à moi pour vous soutenir.”

Lord Jonathan Moyne, Royaume Uni : ”Le Falun Gong va non seulement donner une conscience à la Chine qui en a un urgent besoin, mais aussi sauver la Chine contre elle-même.”

Mr. Darko Lubi. Ministre de la Défense slovène : ”Il est dans la nature humaine de choisir son propre chemin de vie, et si les croyances et les actes de quelqu'un n'empiètent pas sur les libertés d'un autre être humain, personne n'a le droit de le restreindre pour cela. Aussi, Parce que cette philosophie est basée sur la vérité, la bonté et la tolérance mutuelle, sans aucun doute elle influence positivement le bien-être du peuple, aussi bien que la santé physique et morale. Seuls des individus satisfaits peuvent créer une société démocratique et saine, laquelle permet l'accroissement et le développement complet de chaque individu. De plus la croyance est un des éléments les plus importants de base de la dignité humaine, et conformément à cela, est inaliénable.”

Irwin Cotler, membre du Parlement canadien, actuel ministre de la Justice : ”…Il faudrait que nous regardions le Falun Gong comme un modèle de gens qui expriment le meilleur de la civilisation chinoise.”

Le Rabbin David Saperstein, ex-président, US Commission on International Religious Freedom : ”Le Falun Gong est presque devenu un symbole de lutte pour les libertés religieuses. Et quand des milliers et des milliers de gens sont arrêtés, emprisonnés, torturés, quand des gens meurent en prison, ils est impossible aux pays qui disent être très engagés pour les droits de l’homme de rester silencieux.”

* * *

Malgré toutes les informations que nous avons pu réunir, cette persécution est si complexe qu’il nous est difficile de tout dire dans ces quelques pages. Ajoutons toutefois qu’elle n'est pas la volonté du peuple chinois, ni du gouvernement chinois, et que dans le gouvernement chinois actuel et futur, personne ne voudra endosser les dettes sanglantes contractées par Jiang Zemin et quelques uns de ses proches. Quand cette persécution prendra fin, tous les crimes commis, tous les mensonges fabriqués et toutes les ruses utilisées par eux seront exposés au grand jour ; on connaîtra alors toutes les souffrances que les pratiquants de Falun Gong endurent aujourd'hui pour préserver les valeurs universelles d’authenticité, de bienveillance et de tolérance dont notre monde ne peut se passer .

Notre espoir est que ce document encourage davantage de gens à apporter aussi leur soutien pour mettre fin à cette atrocité des temps modernes qui se déroule en Chine. Bien que les choses semblent difficiles, chaque fois qu’une personne décide de défendre ce qui est juste, cette personne apporte courage et lumière. Cela pourrait être la meilleure arme pour combattre l’indifférence et l’égoïsme que chacun de nous peut porter, malgré lui, dans son cœur.

Nous sommes à votre disposition pour toute discussion, rencontre, ou davantage de documentation.



note :

(1)Extrait de ‘’ Lettre du Camarade Jiang Zemin aux Membres Permanents du Bureau politique (du Comité central du Parti communiste chinois)" et Autres Dirigeants Correspondants’’

(2)Le rapport d’analyse et d’enquête de l’Organisation Mondiale pour Enquêter sur la Persécution du Falun Gong (WOIPFG) sur l’incident de l’auto-immolation de Tiananmen révèle au moins 14 contradictions et des conspirations flagrantes ainsi que des comptes de faux témoignages cités par le rapport du gouvernement. On peut trouver le rapport complet sur http://www.upholdjustice.org

(3)Lettre de repentir : Lettre disant que l’on abandonne la pratique, ne lira plus les livres du Falun Gong, n’ira plus faire appel pour le Falun Gong.

(4) "Lavage de cerveau" : lire l’article du Washington Post : Un groupe systématiquement éradiqué par la Chine à http://fr.clearharmony.net/articles/200311/10704.html

(5) Résumé et liste de violations de droits civils, des lois et de la souveraineté en Europe par les fonctionnaires chinois : http://fr.clearharmony.net/articles/200402/11872.html

(6) La fusillade en Afrique du Sud se conforme à un modèle inquiétant : http://fr.clearharmony.net/articles/200407/14673.html

(7)[disant qu’on a des remords d’avoir pratiqué le Falun Gong et qu’on ne le pratiquera plus]

(8)Voir flgjustice.org


Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.