Paisible au-revoir – partagé à la Conférence de Partages d’Expériences Européenne de Vienne- 2004

Honorable Maître, chers compagnons de pratique,

Merci, Maître respecté, pour la chance que j’ai de partager avec vous mon expérience. Mon nom est Sylvia Schwaiger. J’ai obtenu Zhuan Falun par une amie durant l’été 1999. A ce moment là, je n’avais aucune idée que j’avais en main la chose la plus précieuse de toute ma vie et donc, j’ai transporté le livre avec moi pendant 6 mois, sans le lire. En Février 2000, j’ai soudainement réalisé tout cela très clairement et mes pensées ont été profondément secouées tout en pensant en moi-même : « si Zhen, Shan, Ren (Authenticité, Compassion, Patience ) existe vraiment en toutes choses, alors tout tournera vraiment en bien.

J’ai alors beaucoup pleuré sans savoir pourquoi. A partir de là, ma cultivation a commencé.
Mon fils et ma fille aînée ont aussi commencé eux aussi à pratiquer le Falun Gong. Mon mari ne pratique pas, mais il me soutient et comprend très bien nos activités et mon engagement pour le Falun Gong.

Presque 5 ans ont passé depuis que j’ai reçu Zhuan Falun. Durant ces années, beaucoup de choses sont arrivées, le chemin de retour est très cahoteux et couvert d’amertume, mais aussi de précieuses réalisations. Encore et encore je me demande si j’atteins les exigences d’un disciple de Dafa de la période le la Rectification de la Loi.

Dans Enseignement de la Loi à la conférence de Loi à Atlanta 2003, notre Maître a dit :
« Aujourd’hui, tout ce que font les disciples de Dafa, tout ce que vous rencontrez dans la société, je vous le dis, vous êtes en train d’apporter le salut aux êtres ». Clarifier les faits à tous ceux avec qui nous entrons en contact est une des exigences pour chaque disciple de Dafa et j’ai eu l’occasion de faire cela à Paques lorsque ma belle mère est décédée.

Depuis presque un an, ma belle-mère était alitée et ne pouvait se lever que pour quelques moments. Mais elle ne souffrait pas et était contente de pouvoir rester dans sa maison. Je suis infirmière diplômée et ainsi, c’était une question bien sûr de l’aider à prendre soin de son corps. Ma fille aînée lui fournissait la nourriture puisqu’elle vivait aussi dans la même maison. De cette façon, nous avons pu la remercier de beaucoup de choses, puisqu’elle s’était occupée avec affection de mes trois enfants pendant que je travaillais.

La semaine précédant Pâques, ma belle-mère a été admise à l’hôpital pour des convulsions cérébrales. Elle ne pouvait plus ni parler, ni manger, ni boire. Son état empira rapidement. Lorsque mon fils et moi sommes entrés dans sa chambre d’hôpital à 4 heures du matin, je me suis rendue compte du sérieux de son état.

Nous avons décidé de rester tous avec elle. J’ai pris dans ma voiture Zhuan Falun et la musique de Dafa. J’ai alors commencé à lire le premier chapitre. Je me suis rendue compte comme jamais auparavant, que déjà le premier chapitre contient le livre entier, tout correspond à la situation actuelle.

Ma belle-mère respirait avec difficulté tout en étant dans un état de profonde inconscience. Nous avons continué à lire et j’ai remarqué qu’elle devenait plus paisible et calme. Notre lecture a seulement été interrompue par les infirmières venues pour tourner ma belle-mère sur l’autre côté. Pendant le soin, les infirmières ont pu écouter la musique de Dafa et voir le magazine de Falun Gong sur la table.

Quand nous avons pu revenir, les infirmières ont dit qu’elles n’avaient jamais ressenti une atmosphère aussi agréable autour d’une personne mourante, avec une si belle musique. Ma belle-mère était de nouveau allongée sur le dos, sa respiration était difficile et bruyante et nous avons commencé le second chapitre, lisant un paragraphe après l’autre, tout en observant son visage. J’ai remarqué soudainement un changement dans son visage. J’ai arrêté de lire. Mon fils a dit « maman, il n’y a pas de paragraphe, pourquoi t’arrêtes-tu de lire ? » Je lui ai expliqué que le temps était venu pour sa grand-mère de mourir. Sébastien a commencé alors à chanter le chant « Je suis venu pour vous » puisqu’il est membre du chœur européen. Malgré avoir entendu ce chant très souvent, je n’avais chanté. C’était si solennel et je l’ai simplement accompagné à voix haute. Ma belle-mère en fait est décédée à ce moment-là. Elle semblait dormir paisiblement, sans lutte, et j’ai eu l’impression que des anges étaient dans la pièce. C’était une situation particulièrement solennelle. Il était alors 22h30 et nous avons averti les infirmières. Elles nous ont remercié en disant : « Vous êtes une famille exemplaire ». Ensuite, nous avons eu bien sûr l’occasion de leur parler du Falun Gong et de la persécution. Nous leur avons donné un magazine du Falun Gong qui les a beaucoup intéressées.

Cet événement très spécial m’a permis de me rendre compte de l’infinie compassion de notre Maître qui arrange notre chemin, nous donnant encore et encore la chance de valider la Loi à tous ceux que nous rencontrons dans la société et de sauver les êtres vivants.

Merci Maître, merci pour tout.

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.