Pourquoi a-t-il été épargné par la peste ?


Lorsqu'une épidémie frappe, les gens se mettent souvent en mode panique. Il y a eu cependant un certain nombre de cas dans l'histoire de la Chine où des personnes ont vécu avec des patients infectés, en restant en parfaite santé. En voici quelques exemples.


L’histoire de Xin Gongyi
Xin Gongyi est né à l’époque des Wei du Nord et a occupé diverses fonctions officielles sous le règne de la dynastie Sui. C'était une personne intégre dotée d’un grand sens des responsabilités.


Alors qu'il était gouverneur de Minzhou, il a remarqué que la population locale avait très peur des maladies et craignait d'être infectée. Si une personne tombait malade, les membres de sa famille allaient se réfugier ailleurs la laissant se débrouiller seule à la maison. En conséquence, de nombreux malades mouraient faute de soins appropriés.
.

Xin Gongyi a décidé de changer la situation en remplaçant la coutume dégénérée par une gentillesse aimante. Il a envoyé des subordonnés inspecter divers endroits à Minzhou et leur a dit de ramener tous les malades au Bureau du magistrat de Minzhou où il s'occupait des affaires officielles. Il a installé des lits pour malades dans le hall principal et a subvenu à la nourriture et aux besoins quotidiens des patients.


Un été, une épidémie a éclaté à Minzhou et plusieurs centaines de personnes ont été infectées. Le hall principal du lieu de travail de Xin Gongyi et son couloir étaient remplis de patients.


Il s'est installé un canapé dans le couloir et y gérait les affaires officielles, jour et nuit, parmi les malades. Lorsqu'il était fatigué, il dormait sur le canapé. Il a également utilisé son propre argent pour acheter des médicaments et louer les services de médecins et a personnellement pris soin des patients. Progressivement, tous les patients se sont rétablis les uns après les autres.


Xin Gongyi a ensuite appelé leurs familles pour qu’ils les ramènent chez eux et leur a dit : «La vie et la mort sont prédestinées, et vous ne seriez pas en danger en prenant soin de vos proches. Dans le passé, de nombreux malades sont morts parce que les membres de leur famille les ont abandonnés. Vous pouvez voir par vous-même. J'ai amené les malades ici et j'ai passé du temps avec eux jour et nuit, et pourtant je me porte toujours bien, et ils se sont tous rétablis. Désormais, vous ne devez plus abandonner les gens qui tombent malades comme vous l'avez fait par le passé. »


Les membres de famille et les proches des patients ont eu honte en entendant ses paroles. Ils l'ont remercié et sont partis. Plus tard, les gens de Minzhou sont devenus plus compatissants et attentionnés les uns envers les autres et ont abandonné leur ancienne coutume.


Yu Gun refusa d’abandonner son frère malade
Il y avait sous la dynastie Jin, un ermite appelé Yu Gun. Il était aussi l’oncle de l’impératrice Mingmu (nom patronymique Wenjun) de l’empereur Ming de Jin (299-328).


Depuis qu’il était jeune, Yu Gun avait toujours vécu une vie simple. Il aimait apprendre et était connu pour montrer de la piété filiale envers ses parents aussi bien qu’une gentillesse aimante envers sa fratrie.


Durant le règne de l’empereur Wu de Jin (275 – avril 280), une épidémie a éclaté et deux des frères aînés de Yu Gun ont été infectés et sont morts. Un autre frère ainé était aussi infecté par la peste.


La situation était dévastatrice. Les parents de Yu Gun voulaient l’emmener lui et ses jeunes frères pour échapper à la peste mais Yu Gun a refusé d’abandonner son frère malade. Il a insisté pour rester avec lui et a dit : "je n’ai pas peur de la peste. "


Sans autre choix, sa famille a dû le laisser avec son frère malade. Yu Gun a pris soin de lui jour et nuit. Il pleurait aussi parfois tristement, affligé par la perte de ses deux frères décédés.


Plus d'une centaine de jours se sont écoulés et l'épidémie a progressivement pris fin. Lorsque les membres de sa famille et d'autres villageois sont revenus, ils ont été surpris de constater que, bien que Yu Gun ait vécu avec son frère malade jour et nuit, il était en bonne santé et n’avait pas été infecté, et que son frère malade, s’était presque complètement rétabli sous ses soins.


Les aînés du village ont soupiré de surprise : "Ce garçon est étonnant ! Il a pu prendre soin des gens et s’acquitter des choses comme d’autres n’auraient pas osé le faire."


Les gens ont également réalisé que tout le monde ne serait pas infecté en cas d'épidémie et que la peste n'osait pas approcher ceux qui n'avaient pas peur de la mort, et qui insistaient pour protéger les autres.


Comme le souligne le célèbre classique chinois "Huangdi Neijing" (Le classique de la médecine de l'empereur jaune), "Avec la droiture à l'intérieur, la substance maléfique est incapable d'interférer".


Il y a toujours une issue tant que les gens persistent dans la droiture et basent leur conduite sur la vertu.


Traduit de l’anglais :
http://en.minghui.org/html/articles/2020/2/8/183152.html

Version chinoise

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.