Les principaux médias finlandais couvrent un forum sur le prélèvement forcé d’organes en Chine

Plusieurs des principaux médias de Finlande ont consacré leur une au forum tenu le 19 septembre 2019 à Helsinki et abordant le prélèvement forcé d’organes en Chine. Les journaux les plus populaires de Finlande, le Helsinki Daily (Helsingin Sanomat) et HSL (le premier journal suédois en Finlande), ont rendu compte du forum.


La raison de l’augmentation du nombre des transplantations en Chine, la réponse de la communauté internationale, et l’indignation du public face au prélèvement d’organes dirigé par le Parti communiste chinois avec l’approbation de l’état sur des pratiquants de Falun Gong de leur vivant (PCC), ont été discutés lors du forum.


 
 
Les reportages imprimés et en ligne du Helsinki Daily sur le forum tenu à Helsinki le 19 Septembre 2019
 
HSL (le journal Suédois le plus vendu en Finlande) a couvert le forum.


Les reportages déclaraient que " Le PCC a commencé à persécuter le Falun Gong en 1999. Depuis lors, le taux de transplantation d'organes en Chine a augmenté rapidement. Le système de don volontaire d'organes du pays n'a cependant été mis en place qu'en 2013.


"Le PCC a reconnu l'utilisation d'organes provenant de condamnés à mort pour des transplantations d'organes et a déclaré qu'il avait cessé de le faire au début de 2015. Toutefois, le nombre d'exécutions n'a pas encore atteint un niveau à même d'expliquer le taux élevé de transplantations d'organes.


"Des avocats, des médecins et des militants des droits de l'homme enquêtant sur le prélèvement d’organes vivants ont recueilli de multiples éléments de preuve. Selon eux, la Chine procède chaque année à 60 000 à 100 000 transplantations d'organes avec des organes prélevés sur des prisonniers d'opinion. Pour la plupart des pratiquants de Falun Gong.


"Ces dernières années, les gens ont soupçonné que les organes de musulmans Ouïgours vivant dans le Xinjiang étaient volés. Les Ouïghours sont soumis à des examens de santé et à des prises de sang. D’après Enver Tohti, (un ancien chirurgien ouïghour qui a assisté au prélèvement d'organes sur des prisonniers par le régime chinois], le but des examens était de constituer une banque vivante d'organes humains avec des informations sur les Tibétains et les chrétiens des églises souterraines.


" Cependant, la plupart des preuves indiquent que les organes proviennent des pratiquants de Falun Gong. Il y a entre 800 000 et 3 millions de personnes emprisonnées dans les camps de concentrations et prisons chinoises. Le peu de transparence de ces camps signifie qu’il n’y a pas de chiffres exacts quant à la gravité du problème."


La communauté internationale se déclare préoccupée quant à la source des organes

"Le Parlement européen a adopté une résolution en 2013 affirmant que les allégations de prélèvement systématique d'organes sur les pratiquants de Falun Gong et autres prisonniers d'opinion sont crédibles. Le Parlement a déclaré que l'UE condamnerait les actions du PCC et a averti ses citoyens de ne pas se rendre en Chine pour des transplantations d'organes, car les organes peuvent provenir de prisonniers de conscience.


"Le docteur Marja Heinonen-Guzejev, qui fait partie d'une organisation de médecins socialement responsables, a déclaré que l'Espagne, Israël, l'Italie, la Norvège et Taiwan ont interdit à leurs citoyens de se rendre en Chine pour y subir une transplantation d'organes.


Heinonen-Guzejev a déclaré que la communauté internationale de la recherche a commencé à prêter attention aux aspects éthiques des articles scientifiques chinois sur la transplantation d'organes humains. Elle a mentionné qu'en août de cette année, les revues scientifiques Plos One et Transplantation avaient retiré 15 articles scientifiques chinois au motif que les chercheurs ne pouvaient expliquer la source des organes utilisés dans la recherche médicale.


Version chinoise

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.