Mme Jiang Chunxian meurt de la torture soufferte dans la prison pour femmes de Heizuizi

Mme Jiang Chunxiang habitait la ville de Dehui dans la province de Jilin. Elle avait 34 ans. Elle avait été condamnée à 8 ans de prison le 15 janvier 2004, et envoyé à la prison de Heizuizi à Changchun le même jour. La prison refusa de l’accepter parce qu’elle avait une péritonite tuberculeuse. Au mépris total de sa vie, le Tribunal de Dehui a donné l’ordre de l’envoyer en prison le 16 janvier. Elle est morte le 19 février 2004 de la persécution.

Après avoir découvert où elle se trouvait, sa famille est allée lui rendre visite en prison le 30 janvier. Elle était relativement bien, mais très pâle, en particulier ses lèvres, et avait eu du sang dans les selles. Sa famille est retournée la voir le 6 février et l’a trouvée très malade. S’inquiétant pour elle, ils sont revenus la voir une troisième fois le 18 février, alors qu’elle était gravement malade et devait être poussée dans une chaise roulante, elle parlait d’une voix faible. Les membres de sa famille ont insisté auprès de deux officiers de police pour qu’ils la relâchent sur parole médicale, mais cela leur a été refusé pour la raison qu’elle n’avait fait que la moitié de sa peine.

Aux environs de minuit le 19 février, la police de la prison a notifié sa famille que mme Jiang était morte. Ils ont dit qu’elle avait été envoyée à l’hôpital du Collège Médical de Baiquien vers 4h l’après-midi du 19 février, et elle es morte subitement une demie heure plus tard d’un arrêt cardiaque.

L’officier de Santé de la prison, Gong Yunxia, a dit aux membres de sa famille que mme Jiang avait été envoyée en salle d’urgence à l’hôpital l’après-midi du 19 février, mais sa famille a trouvé son corps encore dans la prison. La questions demeure de savoir si mme Jiang est morte à l’hôpital où dans la prison.

Mme Jiang n’avait jamais eu de problèmes cardiaques, le fait que l’administration de la prison ait dit qu’elle était morte d’une défaillance cardiaque, apparemment en falsifiant le rapport médical, ne convainc personne.

Sa famille a découvert qu’il y avait à l’arrière de son corps, une grande mare de sang, et deux zones rouges à l’intérieur de ses cuisses. Ces blessures prouvent que mme Jiang a été torturée, peut-être avec un bâton électrique.

En seulement deux semaines, la condition physique de mme Jiang a rapidement change. Elle n’était plus capable de marcher seule et devait être poussée dans une chaise roulante lorsque sa famille lui a rendu visite pour la dernière fois. Quel genre de tortures physiques et mentales a-t-elle subies pendant ce temps ? Il doit y avoir enquête sur le fait qu’on l’ait ou non forcée à renoncer à sa pratique.

L’administration de la prison a répondu aux questions de sa famille par des mensonges, évitant les faits et essayant de dissimuler la vérité. Ils ont forcé la famille à faire incinérer son corps rapidement avant qu’il puisse avoir une autopsie.

Avant qu’elle ne soit envoyée à la prison de Heizuizi, mme Jiang avait été arrêtée le 7 novembre 2002, et torturée mentalement et physiquement pendant plus de 400 jours. Elle a été torturée avec la méthode de la « Grande suspension », brutalement nourrie par la force, choquée à l’électricité, et battue de bien des façons. Puis elle a été torturée à mort. Cela a eu lieu en l’espace d’un mois. La famille a envoyé son enfant de dix ans chez les parents du père qui sont des paysans et malades.

Parties directement responsables et numéros de téléphone:

La Prison Provinciale Jilin de Femmes dans le Heizuizu à la ville de Changcun

Le Directeur Xu Guangsheng, 86-431-5375001;

Gao Mingya, 86-431-5375002;

Wang Jie, 86-431-5375003.

Vice Directeur Wu Zeyun, 86-431-5375004.

L’Officier Dirigeant la Torture Tang Yajuan, 86-431-5375010.

Sous-chef de Section de Politique de Prison Li Jian, 86-431-5375007.

Officier de Discipline Ma, 86-431-5375066.

Directeur de la Région Zhang, 86-431-5375020.


Version chinoise disponible à:
http://www.minghui.ca/mh/articles/2004/2/23/68328.html


Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.