Une femme du Heilongjiang meurt de la tuberculose après des années de torture pour n’ avoir pas renoncé à sa foi

" J'étais encore mal à l'aise hier soir. Ma poitrine était si serrée que j'avais du mal à respirer. Je ne pouvais pas du tout dormir ", a déclaré Mme Sun Libin à la fin de 2013 après avoir servi une peine de trois ans et demi pour sa foi en Falun Gong, une pratique du corps-et de l’esprit qui est persécutée par le régime communiste chinois depuis 1999. Elle avait des épisodes répétés d'oppression thoracique après sa sortie de prison.

Mme Sun Libin


Mme Sun, de la ville de Jiamusi, dans la province du Heilongjiang, a contracté la tuberculose pendant son emprisonnement, mais sa libération conditionnelle pour raisons médicales lui a été refusée parce qu'elle refusait de renoncer à sa foi.


Compte tenu de sa pension minimale, elle n'avait pas les moyens de payer des soins médicaux coûteux et son état a continué de se détériorer après sa libération.


Lorsque sa famille l'a emmenée à l'hôpital le 3 mars 2019, le médecin a déclaré que ses poumons n’étaient plus bon à rien et que rien ne pouvait être fait. Mme Sun est décédée vers 3 heures du matin le lendemain, elle avait eu 65 ans juste une semaine plus tôt.


Selon ceux qui l'ont vue pour la dernière fois, elle était émaciée, avait un teint de cendre et sa voix était faible et enrouée. Ses pieds étaient enflés et elle ne pouvait pas marcher seule. Elle avait des escarres aux fesses après avoir été alitée pendant une longue durée.


Comme elle n'avait pas les moyens de se chauffer, elle a dû porter des vestes et des pantalons d'hiver au lit. Sa famille a mis un petit radiateur portatif près de son lit, mais toutes les autres pièces étaient aussi froides qu'à l'extérieur, habituellement -20°F dans la province la plus froide de Chine.


Une vie renouvelée en pratiquant le Falun Gong

Mme Sun était la fille aînée de sa famille. Dès son plus jeune âge, elle a aidé ses parents à faire le ménage et à prendre soin de ses frères et sœurs plus jeunes. Après son mariage, elle a été victime de violence conjugale pendant huit ans, jusqu'à ce qu'elle finisse par divorcer.


Mais être une mère célibataire en travaillant n'était pas facile. Les épreuves et la pression qu'elle a subies ont eu des répercussions sur sa santé. Elle a développé des migraines et des problèmes d'estomac. Elle sentait souvent que sa poitrine était très serrée et douloureuse. Elle a essayé de nombreux médicaments, mais rien n'a fonctionné.


On lui a présenté le Falun Gong au printemps 1998 et la santé de Mme Sun s'est rapidement améliorée. Les enseignements spirituels l'ont également aidée à surmonter le traumatisme mental causé par son mariage malheureux. Elle est devenue plus positive et bien plus heureuse.


Ceux qui la connaissaient bien ont dit qu'elle avait complètement changé.


Mme Sun et sa famille persécutées pendant 20 ans

Parce qu'elle ne voulait pas renoncer à sa foi qui avait amélioré sa santé et l'avait sortie d'une profonde dépression, Mme Sun a été arrêtée cinq fois et condamnée deux fois pour un total de sept ans et demi.


Sa pension a été suspendue pendant sa détention et l'augmentation annuelle de sa pension a également été arrêtée. En 2018, elle n'a reçu qu'environ 66 % de la pension à laquelle elle avait droit. Pendant ce temps, sa famille s'est fait extorquer des milliers de yuans afin d'obtenir sa libération. Ces deux faits ont causé d'énormes difficultés financières pour elle et sa famille.


Terrifiée par la brutalité policière lors de l'arrestation et du pillage de son domicile, le 6 mars 2002, Mme Sun est tombée malade et est décédée.


Le fils de Mme Sun s'est vu proposer un poste de professeur après avoir terminé ses études, mais parce que sa mère pratiquait le Falun Gong, l'école a retiré son offre. Juste au moment où il allait se marier, Mme Sun a de nouveau été arrêtée. Sa petite amie a rompu avec lui, craignant d'être impliquée dans la persécution.


La mort tragique de Mme Sun a laissé sa mère âgée de 85 ans et son fils dans un profond désespoir.


Arrêtée pour avoir fait appel pour le Falun Gong à Beijing

Mme Sun a été arrêtée pour la première fois le 18 juin 2000, lorsqu’elle s’est rendue à Pékin pour faire appel pour le Falun Gong. Elle a été détenue au centre de détention de la ville de Jiamusi pendant deux mois et demi.


Elle est allée à Pékin faire appel de nouveau le 8 janvier 2001. La police l'a battue et insultée verbalement. Ils l'ont également électrocutée avec des matraques électriques. Elle a été détenue au centre de détention de Jiamusi pendant six semaines. La police a extorqué 2 000 yuans à sa famille avant de la libérer.


Elle a ensuite été mise sur liste noire et souvent harcelée par les autorités.


Le 17 mars 2009, à 22 heures, elle était déjà endormie lorsque des policiers ont frappé à sa porte. Quand elle a refusé d'ouvrir, ils ont crié pendant un moment puis sont partis.


Condamnée à quatre ans de prison

Mme Sun a été arrêtée le 6 mars 2002 après avoir été dénoncée pour avoir parlé du Falun Gong à des gens. La police l'a battue sur le chemin du commissariat.


Au commissariat ils l'ont attachée à une chaise en métal. Ils ont saisi la clé de sa maison et une douzaine de policiers ont fouillé sa résidence. Ses livres de Falun Gong, plusieurs photos du fondateur du Falun Gong et même du papier blanc ont été confisqués et utilisés comme preuve contre elle. Pour la tourmenter, les policiers ont forcé Mme Sun à marcher ou à s'asseoir sur la photo du fondateur du Falun Gong.


Mme Sun a été condamnée à quatre ans de prison dans la prison pour femmes du Heilongjiang en avril 2002.


Quand elle a été admise à la prison le 4 septembre 2002, Mme Sun a été forcée de s'accroupir pendant de longues heures. Les gardes l'ont giflée au visage à tour de rôle après qu’elle ait refusé d'écrire des déclarations pour renoncer au Falun Gong.


Comme elle refusait toujours d'obtempérer, les gardes l'ont mise à l’isolement. Elle a été attachée sur une chaise en métal pendant trois jours, puis sur le sol en ciment pendant sept jours.


Pendant les dix jours qui ont suivi, les détenues l'ont obligée à suivre un entraînement physique épuisant ou à se tenir au soleil du matin au soir. Le soir, elle dormait à même le sol de béton froid sans literie. Les ongles de ses gros orteils sont tombés.


Parce que Mme Sun refusait toujours d'abandonner la pratique du Falun Gong après plusieurs séances de torture, les gardes ont demandé à quatre détenues de la surveiller jour et nuit. La prison a adopté une " politique de culpabilité par association ". En d'autres termes, si Mme Sun devait être punie, les détenues recevraient le même traitement, ce qui amenait les détenues criminelles à détester les pratiquants.


Dans la 7e salle, une pratiquante a failli mourir lorsqu'une détenue l'a poussée du lit du haut. Mais au lieu d'être punie, la détenue a été récompensée pour sa "performance active".


Comme Mme Sun refusait de se conformer aux règles de la prison, les détenues la battaient souvent, la giflaient au visage ou la suspendaient par les poignets. Elle a été une fois précipitée à coups de pied dans les escaliers.


À un moment donné, elle a été battue par une douzaine de détenus. Une détenue lui a attrapé les cheveux et lui a frappé la tête contre le sol. Une autre détenue l'a frappée à l'œil gauche. Sa tête est devenue enflée et meurtrie et son visage était défiguré. Sa tension artérielle a grimpé en flèche. Elle était étourdie et avait mal partout et a dû rester au lit plus de dix jours.


Pendant que les détenues la torturaient, les gardes les ont encouragés à la battre encore plus fort.


Après quatre ans de torture continue, Mme Sun a été libérée le 5 mars 2006.


Deuxième peine de Prison

Mme Sun n'a pas eu une vie paisible très longtemps avant d'être de nouveau arrêtée le 17 mars 2010. Cette fois, elle a été envoyée dans un camp de travaux forcés pendant deux ans. Elle a été libérée après être devenue paralysée en raison des tortures au camp de travaux forcés pour femmes du Heilongjiang.


Elle a de nouveau été arrêtée le 22 juin 2010 pour avoir accompagné Zhao Xin, le fils de Mme Ma Chunli, âgé de 18 ans, au commissariat pour exiger la libération de Mme Ma.


Après près de sept mois de détention, Mme Sun a été condamnée à trois ans et demi d'emprisonnement par le tribunal du district de Dongfeng le 5 janvier 2011.


Alors que les gens fêtaient le nouvel an chinois 2011, Mme Sun a été emprisonnée pour la deuxième fois dans la prison pour femmes du Heilongjiang.


Les gardes ont continué à la torturer et à lui laver le cerveau afin de la forcer à renoncer à sa foi.


Tous les jours à 5 h 30, elle était forcée de s'asseoir sur un petit tabouret jusqu'à 21 h 30 sans bouger. En même temps, les gardes la forçaient à regarder des vidéos de propagande attaquant le Falun Gong. Dans la soirée, les gens lui lisaient des calomnies à propos du Falun Gong. Si elle protestait d’une façon ou d’une autre, elle était verbalement maltraitée.


Le 23 mars 2011, elle a été transférée dans une autre salle, où elle n'a plus été soumise au lavage de cerveau, mais a été physiquement torturée.


Deux détenues la surveillaient jour et nuit, y compris quand elle mangeait ou allait aux toilettes. Elle était également obligée de s'asseoir tous les jours sur un petit tabouret du matin au soir.


Sa santé a rapidement décliné à la suite des tourments physiques et mentaux. Au début du mois de mai 2011, elle a eu une forte fièvre pendant une semaine. Même si elle ne pouvait plus marcher à cause de la douleur dans ses jambes, les détenues l'ont forcée à s'asseoir tous les jours sur le petit tabouret pendant encore 13 mois.


À partir de mai 2013, Mme Sun a commencé à tousser constamment. Elle a été mise en quarantaine quelques jours plus tard après que le médecin ait découvert qu'elle était atteinte de tuberculose. Sa famille a demandé qu'elle soit libérée pour raisons médicales à plusieurs reprises, mais ils ont essuyé une refus.


Mme Sun a dit qu'elle a été presque rendue folle par la torture incessante et la contrainte physique conçues pour la forcer à abandonner sa foi.


Après sept mois passés à l'hôpital pénitentiaire, Mme Sun a été libérée le 21 décembre 2013, à la fin de sa peine. La police avait l'intention de continuer à la garder en détention, mais a ensuite cédé lorsque sa famille a protesté.


Arrêtée une cinquième fois pour avoir essayé d'assister au procès de compagnons de pratique

Mme Sun a été arrêtée pour la cinquième fois alors qu'elle se rendait à Jiansanjiang, une ville située à environ 140 km de Jiamusi, le matin du 17 décembre 2014, pour assister au procès très en vue dans "l'affaire des droits humains de Jiansanjiang ".


Dans cette affaire, sept pratiquants de Falun Gong et quatre de leurs avocats ont été arrêtés et maltraités pour avoir demandé la libération des pratiquants emprisonnés au centre de lavage de cerveau de Qinglongshan en mars 2014.


Mme Sun a été détenue au commissariat local à Jiansanjiang de 6 h à 15 h avant d'être renvoyée chez elle.


La police l'a harcelée le lendemain et à nouveau un mois plus tard, à peu près au moment de la deuxième audience dans l'affaire de Jiansanjiang en janvier 2015.


Voir également :

http://en.minghui.org/html/articles/2014/5/18/1217.htmlMs. Sun Libin's Personal Account of the Persecution She Suffered for Upholding Her Belief

http://en.minghui.org/html/articles/2010/8/23/119563.html L'appel d'une mère âgée : " Rendez-moi ma fille "


Version anglaise :
Heilongjiang Woman Dies from Tuberculosis after Years of Torture for Not Renouncing Her Faith

Version chinoise :
遭七年半冤狱-黑龙江佳木斯市孙丽彬被迫害离世(图)

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.