Nouvelles tardives : Un homme emprisonné torturé pour sa foi, meurt plusieurs mois après sa libération pour raisons médicales

M. Wang Jicheng, un résident du canton de Xi, dans la province du Henan, a été forcé de déménager dans le canton voisin de Huangchuan après avoir été harcelé à plusieurs reprises par la police pour n'avoir pas renoncé à sa foi en Falun Gong, une pratique spirituelle et de méditation persécutée par le régime communiste chinois depuis 1999.


Il a été arrêté par des policiers de la division de sécurité intérieure de Huangchuan en avril 2014 et condamné à une peine d'emprisonnement (la durée de la peine reste à investiguer).


Pendant qu'il purgeait sa peine dans la prison Xinmi de la ville de Zhengzhou, province du Henan, M. Wang a été soumis à des coups brutaux, à des violences verbales et à d'autres mauvais traitements. Les gardes l'ont forcé à regarder des vidéos de propagande diffamant le Falun Gong. Quand il a refusé, la torture a été intensifiée.


La santé de M. Wang s'est détériorée suite aux mauvais traitements. Son état s'est aggravé au début de 2015 et il a été transporté à l'hôpital par deux détenus. C'est seulement à ce moment-là qu'il a été libéré pour raisons médicales. Son fils a reçu 7 000 yuans pour son silence lorsqu'il a tenté de tenir la prison responsable de l'état de santé induit par la torture de son père.


M. Wang est resté dans un état de délire à son retour chez lui. Il a également souffert de spasmes constants. Il est décédé plusieurs mois plus tard le 14 septembre 2015. Il avait 63 ans.


La prison de Xinmi est la plus notoire de la province pour sa persécution des pratiquants de Falun Gong

La prison de Xinmi, également connue sous le nom de prison de Zhengzhou, a persécuté le plus sévèrement les pratiquants de Falun Gong dans la province du Henan depuis 1999. Il a été rapporté que plus d'un millier de pratiquants y ont été détenus à un moment ou à un autre pour ne pas avoir renoncé à leur foi.


La plupart des pratiquants emprisonnés ont été battus, torturés et forcés à regarder des vidéos de propagande attaquant le Falun Gong. Certains ont été persécutés à mort par les gardes.


De même que M. Wang, Mr. Chen Yuemin, de la ville de Sanmenxia, a été torturé jusqu’au seuil de la mort. Ce n'est qu'alors qu'il a été libéré. Il est décédé le 26 avril 2011 à l'âge de 48 ans.


M. Li Xilu , un habitant de la ville de Zhengzhou, a été condamné à trois ans en mars 2011. Dans la prison de Xinmi, son état de santé s'est détérioré en raison des mauvais traitements et il a présenté des symptômes de diabète. Il est décédé en prison le 9 mars 2012.


M. Mei Shengxin était originaire de la ville de Zhanjiang, province du Guangdong. Il est allé travailler dans la ville de Zhengzhou, province du Henan, pour se cacher de la police. Il a été arrêté en décembre 2002 et condamné à neuf ans de prison.


Les gardes l'ont privé de sommeil et ont ordonné à plusieurs prisonniers de le surveiller à tour de rôle pendant neuf jours consécutifs en 2007. Les prisonniers le battaient chaque fois qu'il fermait les yeux. Il s'est évanoui et s'est heurté la tête contre un aquarium. Le sang couvrait son corps. Il a été transporté à l'hôpital, où il a nécessité de nombreux points de suture. Il a failli mourir de l'incident. Les gardes ont également demandé aux détenus de lui mettre des excréments dans la bouche.


M. Mei est décédé en février 2011, quelques jours avant la fin de sa peine. Les autorités pénitentiaires ont incinéré son corps avant que sa famille n'arrive pour le voir et ont menacé sa famille de ne divulguer à quiconque des informations sur sa mort.


Voir également

Falun Gong Practitioners Tortured by Zhengzhou City Prison Guards

Zhengzhou Prison Continues Attempt to Make Falun Gong Practitioners Renounce Their Faith


Version anglaise :
Belated News: Imprisoned Man Tortured for His Faith, Dies Months After Being Released on Medical ParoleVersion chinoise :
河南信阳市王继成被郑州新密监狱迫害致死近四年

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.