Le groupe du Falun Dafa participe aux célébrations de la Fête de la Reine sur la place Dam d'Amsterdam

Le 27 avril était le Koninginnedag (Jour de la Reine), une fête traditionnelle pour la population locale et les visiteurs d’Amsterdam. Les pratiquants de Falun Dafa néerlandais ont participé aux célébrations sur la place Dam, distribuant des dépliants et en sensibilisant les gens à propos du Falun Dafa, également appelé Falun Gong, et de la persécution en Chine.


 
 
Les pratiquants de Falun Dafa participent au Koninginnedag annuel à Amsterdam.
 
 
Des touristes signent une pétition contre la persécution du Falun Gong.

Décorations pour le jour de la Reine

La fête de la Reine est un jour férié national. Le nom de la famille royale actuel est Oranje, donc la couleur orange représente la famille royale en Hollande. Pendant cette fête, beaucoup de gens accrochent le drapeau national, ainsi qu'une bande orange à l'extérieur de leur maison, et les gens portent vêtements, chapeaux et guirlande de couleur orange.


C'est aussi une journée sans taxe, alors que tant de gens vendent des produits ménagers dans les marchés des différentes villes.


L'Association Falun Dafa d'Amsterdam a l’autorisation annuelle de promouvoir Falun Dafa sur la place Dam au centre-ville. Le jour du Queens Day, un pratiquant a acheté des guirlandes orange. Les pratiquants ont installé une table, des panneaux d'affichage et des bannières et les ont décorés de guirlandes oranges. Ils ont distribué des dépliants présentant le Falun Dafa, dénonçant les faits de la persécution brutale en Chine et le crime de prélèvement forcé d'organes sur des pratiquants de Falun Gong et d'autres dissidents, de leur vivant.


Raisons de la persécution

Les pratiquants ont fait la démonstration des exercices et distribué des dépliants. De nombreuses personnes ont signé la pétition appelant à mettre fin au prélèvement forcé d'organes.


Deux jeunes hommes des États-Unis ont demandé à un des pratiquants pourquoi le régime chinois persécutait le Falun Gong. Ce dernier leur a expliqué que le principe au cœur du Falun Gong était Sincérité-Bonté-Tolérance. Il enseigne aux pratiquants à être bons et honnêtes. De 1992 à 1999, ce xiulian avait conquis plus de 100 millions de pratiquants en Chine.


Le Parti communiste chinois comptait 60 millions de membres. Le Parti s’est édifié sur le mensonge et la violence pour maintenir son contrôle, de sorte qu'il ne pouvait permettre que davantage de gens fassent leur le principe de Sincérité-Bonté-Tolérance. Par jalousie, le chef du Parti de l’époque, Jiang Zemin, a lancé en juillet 1999 une "répression" nationale contre le Falun Gong.


Depuis lors, des millions de pratiquants du Falun Gong ont été arrêtés, détenus, condamnés aux travaux forcés et emprisonnés. Certains sont morts sous la torture, tandis que le PCC a autorisé le prélèvement forcé d'organes sur des pratiquants de leur vivant vivants, pour les vendre à des fins lucratives.


Rendre compte de tests sanguins pour l'appariement des tissus

La pratiquante a raconté leur persécution à deux jeunes Américains : "J'étais l'une des plus de 2 000 pratiquantes incarcérées à la prison des femmes de la province du Liaoning en mai 2005.


Un jour, toutes les détenus ont dû s’aligner pour subir un test sanguin." Elle a dit : "Nous avions un numéro à gauche de la poitrine, et nous sommes entrées dans le bâtiment administratif de la prison par la porte ouest. Dans le hall, il y avait une longue rangée de tables, avec plus de 30 membres du personnel médical assis derrière les tables."


Les détenues ont été forcées de donner de leur sang prélevé dans leurs oreilles et leurs veines. Deux pratiquantes de Falun Gong ont refusé, mais les gardes les ont alors forcées à s’y soumettre. Par la suite, les détenues ont quitté le bâtiment par la porte est.


" Je ne comprenais pas pourquoi il y avait un test sanguin à grande échelle dans une prison à l'époque. Ce n'est qu'après ma libération que j'ai appris le prélèvement forcé d'organes par d'autres pratiquants. J’ai alors compris que le test sanguin visait à créer une base de données pour la compatibilité des tissus." s’est-elle souvenue.


Les deux jeunes hommes étaient choqués. Ils ont serré la pratiquante dans leurs bras et ont signé la pétition.


L'un des deux a déclaré : "J'ai vu un grand défilé du Falun Gong à Washington DC. Vous avez été formidables ! Vive le Falun Gong !"


Interférence de l'antagoniste chinois

Un jeune homme est venu au kiosque et voulait faire un don. Il a dit : "Je sais que le Parti communiste est très mauvais. Je crois que le prélèvement forcé d'organes est un fait. Je veux faire quelque chose pour vous." Il a sorti sa carte bancaire.


Un pratiquant lui a dit qu'ils n'acceptaient pas les dons et lui a demandé de signer la pétition à la place.


Un homme qui semblait être chinois s'est arrêté alors que les pratiquants parlaient à plusieurs passants, dont un mari et sa femme. Le Chinois les a interrompus et a dit : "N'écoutez pas le Falun Gong."


L'épouse a semblé ennuyée et a déclaré : "Tout le monde peut parler ici. Nous avons la liberté d'expression. Pourquoi nous empêchez-vous d'écouter ?"


L'interférence a renforcé la curiosité du couple concernant le Falun Gong. Ils en ont ainsi appris davantage tant sur le Falun Gong que sur la persécution en cours en Chine qu'ils ne l’auraient fait sans cette interruption. Ils ont signé la pétition.


Version chinoise

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.