Un homme du Guangdong meurt un an après avoir été libéré d’une peine de prison pour sa pratique du Falun Gong

M. Jiang Hanquan est décédé début 2019, un an après avoir été libéré de prison où il se trouvait pour sa foi en Falun Gong. Il avait la soixantaine.


Le Falun Gong, également connu sous le nom de Falun Dafa, est une discipline spirituelle persécutée par le régime communiste chinois depuis 1999.


M. Jiang, un habitant de la ville de Puning, dans la province du Guangdong, a été arrêté le 1er décembre 2014 pour avoir affiché à sa porte des poèmes à propos du Falun Gong. La police a fouillé son domicile et confisqué ses articles liés au Falun Gong.


Alors qu'il était détenu au centre de détention de Puning, M. Jiang a développé de l’ hypertension artérielle, des problèmes rénaux et une hyper uricémie (taux élevé d'acide urique dans le sang). Son épouse s’est rendue au commissariat local, au parquet et au tribunal pour demander sa libération sous caution pour des raisons médicales, mais sa demande a été rejetée à chaque fois.


Le centre de détention a également proposé de le relâcher pour traitement médical, mais les autorités ont insisté pour le maintenir en détention et ont engagé des poursuites à son encontre.


M. Jiang a comparu devant le tribunal de Puning le 3 janvier 2015. Il était accusé de " saper l’application de la loi au sein d’une organisation sectaire ", un prétexte habituel utilisé par les tribunaux chinois pour emprisonner les pratiquants de Falun Gong.


Son avocat a plaidé non coupable pour lui. En plus d'insister sur le manque de base légale de la persécution, l'avocat a fait valoir que M. Jiang n'avait fait de mal à personne en affichant les mots "Sincérité, Bonté, Tolérance", le principe au coeur du Falun Gong, sur sa porte. Il a poursuivi en expliquant que tandis que le Falun Gong est persécuté en Chine, il est librement pratiqué dans de nombreuses autres régions, y compris Hong Kong, Taiwan et les États-Unis.


Le juge a fréquemment interrompu la défense de l'avocat.


M. Jiang a été condamné à trois ans et demi de prison dans la prison de Sihui le 9 avril 2015.


Le 19 octobre 2015, sa famille a reçu le rapport de son examen médical établi par l'hôpital pénitentiaire.


En plus de sa tension artérielle extrêmement élevée et persistante, le médecin a également trouvé des calculs biliaires. Mais lorsque sa famille a demandé une libération conditionnelle pour raisons médicales, les autorités pénitentiaires ont rejeté leurs demandes.


M. Jiang a été libéré de prison fin 2017. Il a dit à sa famille que la prison utilisait toutes sortes de tortures et de moyens trompeurs pour tenter de forcer les pratiquants de Falun Gong à renoncer à leurs convictions, indépendamment de leur âge ou de leur condition physique. Un autre pratiquant, M. Liu Beiping, a fait une hémorragie cérébrale et est devenu paralysé en conséquence de la torture.


M. Jiang a également raconté que les gardes de la prison prélevaient périodiquement du sang sur les pratiquants. Il soupçonnait que cela était lié au massacre de pratiquants de Falun Gong par le régime chinois pour leurs organes.


Les agents du " Bureau 610 " de Puning ont fréquemment harcelé M. Jiang après sa libération et l'ont menacé pour lui faire abandonner sa pratique du Falun Gong. Il vivait dans la peur et était soumis à une énorme pression mentale. Sa santé a continué à se détériorer. Il est décédé en janvier 2019.


Voir également (en anglais) :

Arrested for Displaying Poems on His Door, Farmer in Guangdong Province Now Critically Ill

Practitioner Arrested for Displaying Poems Celebrating the New Year


Version anglaise :
Guangdong Man Dies One Year After Release from Prison for Practicing Falun Gong

Version chinoise :
贴劝善对联入冤狱-广东江汉泉被迫害离世

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.