Le Parlement européen adopte une résolution d’urgence sur les droits humains et la liberté religieuse en Chine

Sun Qian, une pratiquante de Falun Dafa détenue illégalement en Chine sur une photo non datée.


Le 18 avril, lors de sa session plénière, le Parlement européen (PE) a adopté une résolution d’urgence, laquelle attire l’attention sur la désastreuse situation des droits humains en Chine et appelle à des mesures, notamment en faveur des minorités religieuses et ethniques.


Mme Federica Mogherini, Haute Représentante de l’Union européenne pour les affaires étrangères et la politique de sécurité et vice-présidente de la Commission européenne, a déclaré dans son discours : "Aux yeux des Européens, les droits humains ne sont pas moins importants que les intérêts économiques. Au contraire, ils sont tout aussi importants, voire plus importants, que nos intérêts économiques. " Elle a ajouté que l’UE devait trouver un moyen de coopérer avec la République populaire de Chine, mais que cette collaboration devait toujours reposer sur des mots et des principes clairs


La résolution appelle à la libération immédiate des Ouïghours, des personnalités tibétaines et des prisonniers d’opinion persécutés pour leurs croyances, dont la citoyenne canadienne Sun Qian.


Sun Qian, une résidente de Vancouver qui a obtenu la citoyenneté canadienne en 2007, s’est souvent rendue en Chine pour affaires, car elle était vice-présidente de la société de plusieurs milliards d’euros Beijing Leadman Biochemistry. Elle a été arrêtée par les autorités chinoises en février 2017 pour motif qu’elle est une pratiquante de Falun Dafa, une pratique spirituelle également connue sous le nom de Falun Gong, persécutée par les autorités chinoises depuis 1999.


Le procès de Sun Qian en septembre dernier a été qualifié de procès « spectacle« par sa sœur, Sun Zan, qui a également déclaré que seuls quatre membres de sa famille immédiate et trois représentants de l’ambassade du Canada à Pékin avaient été autorisés à assister au procès. Tout le monde s’est vu refuser l’entrée, bien qu’il s’agisse soi-disant d’un procès public.


Sun Qian aurait été torturée et maltraitée alors qu’elle était détenue dans le but de la faire renoncer à sa croyance.

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.