Un brillant homme d'affaires de Shanghai prend 4 ans pour ses convictions

Il y a un an, M. Deng Chenglian, brillant homme d’affaires de Shanghai, a été arrêté à son domicile. Il a été condamné à une peine de quatre ans de prison assortie d'une amende de 8000 yuans.


Le 16 avril 2019, M. Deng a été amené en fauteuil roulant devant le tribunal de Fengxian. Sa santé s'était détériorée en raison de la torture et des mauvais traitements psychologiques durant sa détention.


Deux avocats engagés par sa famille ont plaidé " non coupable " en son nom. Ils ont aussi mis en avant que les policiers avaient fouillé son domicile sans mandat de perquisition alors que M. Deng n'était pas chez lui et que la police n'avait pas fourni de liste des biens confisqués.

 
M. Deng Chenglian a été récemment condamné à quatre ans de prison pour sa pratique du Falun Gong.

Les avocats ont également remis une lettre des habitants du village natal de M. Deng dans la province du Hubei. Les villageois avaient signé une lettre demandant sa libération.


Ils ont écrit : " La pratique du Falun Gong l'a changé [M. Deng] en un meilleur citoyen qui est d'une grande aide pour le village. Nous espérons qu'il sera bientôt remis en liberté. "


280 000 yuans donnés pour la construction de routes

M. Deng, âgé de 48 ans, a grandi dans le canton de Qichun, province du Hubei. Il est allé plus tard à Shanghai et a monté une entreprise florissante. Toutefois, sous l’influence de ses amis, M. Deng a développé de nombreuses mauvaises habitudes. Sa femme l'a quitté et il a fait une dépression nerveuse et souffrait de graves maux d'estomac.


Plusieurs mois après avoir commencé à pratiquer le Falun Gong, il a abandonné ses mauvaises habitudes. Il s'est remis de ses maladies digestives et de sa prostatite. Sa famille et ses amis ont été impressionnés et l'ont soutenu dans sa cultivation.


Voyant son village natal isolé des autres communes en raison d'un réseau routier inadéquat, il a donné 280 000 yuans en 2010, pour construire plusieurs routes reliant le village aux communes voisines. Chaque fois qu'il retournait dans son village, il rendait visite aux familles dans le besoin et les aidait.


Arrestation, torture et humiliation

Le 23 mars 2018, la police du district de Minhang a arrêté M. Deng à son domicile sans présenter ni mandat d'arrestation ni pièce d'identité. Ils l'ont emmené au département de police pour l'interroger. On ne lui a donné ni à manger ni à boire de toute la journée.


Après avoir été détenu au centre de détention de Minhang, il a refusé d'abandonner sa croyance. Les gardes l'ont menotté, ils lui ont mis des chaînes aux pieds et l'ont torturé. Quand il a entrepris une grève de la faim pour protester contre la torture, il a été envoyé à l'Hôpital général de la prison de Shanghai et on l'a ligoté à un lit pendant onze jours sans qu'il puisse bouger ni aller aux toilettes. Un mandat d’arrêt officiel a été émis le 27 avril 2018.


En juin 2018, Xu Junmin, un policier du centre de détention, a donné l'ordre à six détenus de le torturer. Ils lui ont rasé la tête pour l'humilier. Deux jours plus tard, les gardes l'ont menotté et lui ont mis des chaînes aux pieds. Fin juin, quand M. Deng a entrepris une deuxième grève de la faim, les gardes l’ont gavé au moyen d’une sonde urinaire. Cela a entraîné un gonflement de ses parties intimes et une plaie purulente au niveau des voies urinaires. Ils l'ont ensuite attaché à un lit pendant près d'un mois.

 
Illustration de torture : Gavé en étant ligoté à un lit

Le 3 juillet 2018, M. Deng a été envoyé à l'hôpital de la prison et a été ligoté à un lit pendant dix-sept jours. Ses quatre membres étaient attachés et une sangle traversait sa poitrine pour le maintenir immobile. Il était gavé par le nez, ce qui a entraîné un gonflement de la gorge et du nez. Il a développé des douleurs thoraciques et des escarres dans le dos.


Audience

Le 23 juillet 2018, quand les policiers ont présenté l'affaire de M. Deng devant le tribunal de Fengxian, ils ont affirmé avoir trouvé trois téléphones portables au domicile de M. Deng. Ils ont dit qu'il les utilisait pour envoyer des messages en rapport avec le Falun Gong à des groupes sur WeChat.


Le 3 septembre 2018, M. Deng a averti les responsables du centre de détention qu'il ne pouvait pas travailler sur le quart de nuit à cause de son mauvais état de santé, alors ils l'ont placé en cellule d'isolement. Le 4 septembre, après avoir commencé sa troisième grève de la faim, M. Deng a continué à être détenu en cellule d'isolement la nuit puis ligoté à un lit pour être gavé de force pendant la journée. Ce n'est que le 17 septembre qu'on l'a transféré dans une cellule commune.


Efforts de secours de son village natal au complet

La troisième grève de la faim de M. Deng a duré plus de sept mois et il est extrêmement faible. Les autorités lui ont également administré des injections contre sa volonté.


En réponse à la torture, M. Deng a travaillé avec des avocats pour poursuivre en justice les responsables du centre de détention.


Dans son village natal, les villageois ont recueilli des noms sur une pétition demandant qu'il soit libéré. Ils ont tous signé la pétition. Le comité du village, qui avait reçu de nombreuses donations de la part de M. Deng, a également appuyé la pétition.


Ils ont écrit sur la pétition : " Nous avons constaté combien M. Deng est devenu une meilleure personne grâce au Falun Gong et nous sommes heureux pour lui. Nous lui sommes aussi reconnaissants pour ses grandes contributions à notre village. Nous devons aider et soutenir les personnes innocentes comme lui. "


Version anglaise :
http://en.minghui.org/html/articles/2019/4/20/176564.html

Version chinoise :
http://www.minghui.org/mh/articles/2019/4/18/385264.html

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.