Le rapport annuel du département d'État américain sur les droits de l'homme exprime sa préoccupation concernant la persécution du Falun Gong en Chine

La Chine est dans " une catégorie à part en matière de violations des droits de l'homme ", a déclaré le secrétaire d'État Mike Pompeo lors de la présentation des rapports annuels du département d'État sur les pratiques en matière des droits de l'homme le 13 mars 2019.


Le rapport documente les violations dans presque 200 pays et territoires ; 120 pages concernent la Chine. La persécution du Falun Gong est mentionnée six fois.


Le rapport identifie le problème des prélèvements forcés d'organes en Chine. À ce sujet, la Chambre des représentants a adopté à l'unanimité la résolution 343 en juin 2016 : " Exprimant sa préoccupation face aux informations persistantes et crédibles faisant état d'un prélèvement systématique et autorisé par l'État des organes de prisonniers d'opinion sans consentement en République populaire de Chine, notamment de nombreux pratiquants de Falun Gong et d'autres groupes religieux et ethniques minoritaires. "


Selon le rapport : " Certains activistes et certaines organisations continuent d'accuser le gouvernement de prélever sans consentement des organes sur des prisonniers d'opinion, en particulier des membres du Falun Gong."


Deux pratiquants de Falun Gong, Bian Lichao et Ma Zhenyu, actuellement emprisonnés en Chine, sont mentionnés dans le rapport.


Bian Lichao est une professeure primée à la 10e école secondaire de Kailuan, ville de Tangshan, province du Hebei. Elle a été condamnée à douze ans de prison en 2012. Ma Zhenyu était ingénieur au 14e Institut de recherche du China Electronics Technology Group. Il a été condamné à trois ans de prison par la Cour intermédiaire de Nanjing en 2018.


Le rapport énumère plusieurs violations graves des droits de l'homme en Chine, y compris celles commises par le gouvernement : " Les exécutions arbitraires ou illégales par le gouvernement ; les disparitions forcées par le gouvernement ; la torture par le gouvernement ; la détention arbitraire par le gouvernement ; les conditions d'emprisonnement et de détention dures et dangereuses pour la vie ; les prisonniers politiques et bien d'autres. "


Le rapport explique également en détail comment les pratiquants de Falun Gong sont victimes de " torture systématique en détention " par le Parti communiste chinois.


Le rapport signale que les militants politiques et les croyants, y compris les pratiquants de Falun Gong, sont détenus dans des centres de désintoxication ; la détention la plus longue était de deux ans.


Il est aussi rapporté que certains avocats qui aident les militants politiques et les pratiquants de disciplines spirituels sont privés de leur licence professionnelle. Quelques-uns d'entre eux ont été détenus, harcelés, menacés ou interdits de rencontrer leurs clients. Quelques avocats qui ont aidé les pratiquants de Falun Gong ont même disparu. On pense qu'ils ont été secrètement emprisonnés. Un exemple est Gao Zhisheng qui n'a pas été vu depuis août 2017.


Le Bureau de la démocratie, des droits de l'homme et des affaires du travail du Département d'État publie un rapport sur les droits de l'homme chaque année. Il s'agit cette année du 43e rapport.

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.