La nature de la réalité

Sculpture flottante – Le Chakravartin est descendu dans le monde, par un disciple de Dafa


Le Falun Gong enseigne aux gens à être bons. Quoi que ce soit permettant cela est le vrai sens de la vie. Le Falun Gong est basé sur le principe de Sincérité, Bonté, Tolérance ( Zhen-Shan-Ren). On peut dire que ces trois caractéristiques incarnent les principes ultimes de la moralité.


Le Falun Gong, aussi appelé Falun Dafa, est une pratique traditionnelle chinoise de méditation. Son but fondamental est l’amélioration du caractère moral. Dans le monde moderne, l’emphase sur le caractère moral a été perdue. Les gens ne voient les choses qu'en fonction de leur intérêt personnel. La science moderne ayant créé une forme d’existence qui n’est pas viable, la seule façon de préserver notre existence est de retourner à une forme de vie traditionnelle basée sur la morale traditionnelle.


La pollution détruit notre air et notre environnement. Les hommes étant si profondément attachés à la technologie moderne, ils sont incapables, en tant que groupe, de renoncer à cette technologie et de retourner à un mode de vie harmonieux, traditionnel et non-technologique. La seule façon pour que cela arrive, et ainsi la seule façon d’éviter la dégradation de notre air et de notre environnement, est d’abandonner nos intérêts personnels et d’agir en faveur des autres, et non en notre propre faveur. En faisant cela, les hommes arrêteront de suivre le chemin du développement auto-destructeur de la société moderne.


La façon de faire cela, fondamentalement, est d’exposer au monde la persécution du Falun Gong par le PCC. Le Falun Gong enseigne Sincérité, Bonté, Tolérance ( Zhen-Shan-Ren). Ce sont les principes du Falun Gong. Ils sont purement et fondamentalement bienveillants. Le Parti communiste chinois est un gang établi sur la peur, les mensonges et la violence. Il est maléfique par nature. L’histoire a produit cet événement, le PCC persécutant les pratiquants de Falun Dafa, comme dernière et ultime chance pour les hommes de se repentir de leurs péchés, de leur méchanceté et de leur égoïsme, et de ranimer leur conscience. Cela ne pouvait arriver qu’en une période comme celle d’aujourd’hui – un temps où le caractère moral a complètement été relégué et où le mal ultime, le PCC, a pu se développer – une période où la seule chose pouvant sauver les êtres est quelque chose qui est fondamentalement pur et bienveillant : l’enseignement du Falun Gong, aussi connu sous le nom de Falun Dafa. C’est à dire l’enseignement de Sincérité, Bonté, Tolérance ( Zhen-Shan-Ren). Ainsi est-ce l’épreuve ultime permettant de voir si un être humain peut distinguer le bien du mal, peut sauver sa conscience et préserver sa propre vie. L’épreuve consiste à comprendre que le Falun Dafa est bon et à s’ opposer à sa persécution par le PCC.


De par son idéologie de haïr ce qui est bon, le Parti communiste chinois représente le mal fondamental. Aussi persécute-t-il Sincérité, Bonté, Patience ( Zhen-Shan-Ren) en persécutant le Falun Gong. Le Parti communiste chinois haït ce qui est bon car le communisme nie l’existence de Dieu. Avec ce déni, les hommes perdent tout sens de responsabilité devant les principes de l’univers. C’est à dire le principe de Sincérité,Bonté, Tolérance ( Zhen-Shan-Ren). Ces valeur définissent la moralité. Quand les hommes ne sont plus responsables des conséquences de leurs actes, ils sont libres de faire comme ils le souhaitent tant qu’ils le peuvent. Ils ne se sentent plus responsables de leurs actions à moins que la société ne les punisse. Ainsi, la morale de la société toute entière se désintègre. Cela vient de la doctrine athée du communisme. Le communisme remplace la croyance en Dieu par la croyance en la liberté de l’homme de satisfaire tous ses désirs. C’est pourtant impossible. Tous les hommes font face à la maladie et à la mort. En développant la science moderne pour échapper à cette réalité, nous avons perdu notre conscience et cessé de suivre le principe de Sincérité-Bonté-Tolérance ( Zhen-Shan-Ren). Ainsi, la seule chose que les hommes ont accompli avec leur vénération hédoniste de la technologie est de créer des catastrophes sociétales, technologiques et médicales insolubles qui créent une souffrance sans fin et un esclavage à la technologie moderne. Les hommes ne connaissent plus la joie. Ce qu’ils peuvent obtenir de plus proche est la satisfaction liée à l’accomplissement temporaire de leur poursuites égoïstes, ou au mieux de rester dans un affairement permanent afin de ne plus ressentir la souffrance. Cependant leurs vies n’ont aucun sens de but fondamental et de valeurs. Tel est le résultat de la doctrine communiste qui remplace la croyance en Dieu par la vénération de l’égoïsme humain.


Le Falun Gong est la droiture ultime, la bonté ultime, puisqu’il s’aligne et enseigne le principe ultime de Sincérité-Bonté-Tolérance ( Zhen-Shan-Ren). Cela est la Vérité fondamentale de l’univers car ce sont les principes fondamentaux de désintéressement, de bienveillance et d’altruisme. Tout autre chose, à un degré ou un autre, est polluée par l’intérêt personnel humain, et est ainsi à un degré ou un autre dans l’illusion. C’est à dire, qu’elle est privée du repère de ce qu’est la vérité authentique. Car la vérité objective est impartiale. Elle n’est pas influencée par l’intérêt personnel humain. Seul Sincérité-Bonté-Tolérance ( Zhen-Shan-Ren). est la vérité fondamentale. Seul Sincérité-Bonté-Tolérance peut révéler ce qu’est la vérité authentique.


Sincérité-Bonté-Tolérance ( Zhen-Shan-Ren). est la source de l’existence elle-même. La source de la réalité. La raison en est que l’origine ultime de la matière est métaphysique. Elle ne vient pas de la matière car la profondeur de la matière est infinie. Prenez une particule quelle qu'elle soit, elle est encore faite de quelque chose. Cela signifie que, qu’elle puisse ou non être divisée au moyen de la technologie moderne, elle est toujours divisible. Elle est indéfiniment divisible. Car chaque particule de matière divisée doit toujours être constituée de quelque chose : deux moitiés. Et chaque moitié, divisée, sera constituée de deux moitiés de plus. Et ainsi de suite, à l’infini. Nous ne pouvons dont pas détecter physiquement l’origine de la matière. Nous ne pouvons connaître son existence qu’ intellectuellement. À un certain point, nous pouvons le comprendre, une particule physique de matière apparaît. Elle vient en fait de notre conscience. La pensée est l’origine de la matière. La preuve en est simple. Lorsqu’un homme pense, certaines parties du cerveau deviennent actives. En fonction de la nature et de l’intensité de la pensée, une activité électromagnétique plus ou moins forte se produit dans le cerveau. Cela peut causer des secrétions d’hormones ou un changement dans la pression sanguine. Cela ne se réfère pas aux pensées incontrôlées lorsque des stimulus externes font naître certaines pensées. Mais plutôt au moment où un être humain s'engage intentionnellement dans la réflexion. Cette pensée produira toujours une activité physique dans le cerveau. Elle fera bouger les neurones. Cela peut causer la sécrétion d’hormones. Cela peut changer la pression sanguine. Tous ces exemples sont des réactions physiques et de l’énergie provenant du simple usage de la pensée. La pensée en elle-même est la source de toute matière, car il n’y a rien d’autre dans l’univers pouvant créer de l’énergie, de la matière, à partir de quelque chose de non-physique. C’est à dire que la conscience, une entité non-physique à l’intérieur du monde matériel, crée une énergie physique faisant bouger les neurones. Cela se manifeste par de l’énergie électromagnétique.


La base de la pensée est chaque être humain individuel. C’est à dire chaque conscience individuelle. Un homme doit volontairement s’engager à penser et seulement ainsi certaines parties du cerveau deviennent actives. Autrement, elles ne le sont pas. Vous, vous-même, êtes alors votre conscience qui lorsqu’elle est active, se manifeste par de l’activité cérébrale. Votre conscience est influencée par l’activité cérébrale, mais fondamentalement, c’est votre conscience qui la contrôle. Qui contrôle comment vous pensez ; comment votre cerveau agit. Ainsi vous, vous-même, êtes une entité qui contrôle le cerveau. Que la conscience réside ou non dans le cerveau, c’est une entité séparée qui domine le cerveau. Fondamentalement, un homme est la conscience, ou en d’autres mots, l’âme, ou l’esprit. Il n’est pas le corps. Un homme a un corps, et l’esprit de l’homme réside dans le corps pour une certaine période de temps. Une fois le corps mort, l’esprit reste. Car si la conscience amène indépendamment des pensées à se produire dans le cerveau, ce n’est pas le cerveau et ce n’est pas non plus le corps, qui est contrôlé par le cerveau au travers de la conscience. C’est simplement la conscience, ou l’esprit, l’âme. De façon à contrôler le cerveau, cette entité doit exister sous une forme qui est indépendante du corps ; autrement, la conscience elle-même, vous vous-même, ne pourriez pas causer une activité cérébrale physique. Alors cela doit être quelque chose dans une forme d’existence dans une dimension qui n’est pas à l’intérieur de notre dimension matérielle. Ainsi, lorsque le corps meurt, la conscience, vous vous-même, existez toujours dans une certaine dimension de l’espace-temps.


Alors qu’est-ce qui créé la conscience ? Sincérité-Bonté-Tolérance ( Zhen-Shan-Ren). Comment ? Parce que Sincérité-Bonté-Tolérance est la source de la réalité. C’est la vérité ultime. Comment cela ? La réalité elle-même est trois choses. Elle est la forme, la substance et l’existence. Ce sont trois éléments intrinsèques de la réalité. Chacun contient les deux autres. C’est comme les trois dimensions de l’espace-temps. Mais fondamentalement, ces éléments proviennent de Sincérité-Bonté-Tolérance. Sans aucun conflit, règne l’harmonie parfaite. Le conflit est une perturbation de l’harmonie. Ainsi, l’harmonie elle-même est la véritable nature des choses. La façon dont les choses fonctionnent réellement. C’est l’existence elle-même. Dès que quelque chose perturbe l’harmonie, cela perturbe l’existence. Ainsi les conflits entre les gens détruisent l’existence des relations. La discordance dans le corps détruit le corps. La discordance psychologique neutralise la capacité de quelqu’un à penser. Elle est la nature véritable de la compassion. Il ne s'agit pas d' une poursuite intentionnelle de faire le “bien”. C’est la manifestation inhérente de l’harmonie – un état sans conflit. La même chose vaut pour la sincérité et la tolérance. Ce ne sont pas non plus des actions intentionnelles, ce sont les manifestations inhérentes d’un état d’harmonie pur, un état sans conflit. Pour arriver à cet état, il faut cultiver l’honnêteté, la gentillesse et la tolérance. Cela met l’emphase sur la tolérance. Cela doit être fait avec une détermination semblable au diamant ! C’est seulement ainsi que quelqu’un peut atteindre l’état d’harmonie où tout arrive de lui-même. Dans un monde plein de conflit, c’est la discordance elle-même qui permet à quelqu’un de cultiver l’harmonie. Car lorsqu’on rencontre un conflit, c’est seulement ainsi qu’on peut s’abstenir et cultiver Sincérité-Bonté-Tolérance, et ainsi s'aligner avec les principes de la réalité, et devenir harmonieux.


Comme Sincérité-Bonté-Tolérance ( Zhen-Shan-Ren).est la nature même de la réalité, la source même et l’origine de toute réalité, c’est certainement le créateur de notre conscience, de nos esprits, également. Ainsi, nous sommes en mesure de percevoir la vérité fondamentale à l’intérieur de nos esprits. Cependant, c’est ce qui est dévié qui réside dans nos pensées, qui va à l’encontre de la caractéristique cosmique de Sincérité-Bonté-Tolérance qui créé les illusions dans nos esprits et nous fait suivre de fausses pensés. Ces pensées ne sont pas notre moi véritable. Elles sont la manifestation de la perversité qui existe dans nos esprits, laquelle provient de l’égoïsme. La perversité dans nos esprits est créé par des pensés égoïstes, des pensées perverses, et des pensées et des actions déviées. C’est ce que le Bouddhisme appelle le karma. Elle se manifeste dans une autre dimension comme une substance noire qui vous sépare de Sincérité-Bonté-Tolérance. Dans cette dimension ses manifestations sont la maladie, les conflits et les tribulations. Son effet est de faire souffrir. C’est toujours son effet. Ainsi, il est intrinsèquement maléfique. C’est l’anti-existence.


De l’autre côté, la droiture dans nos pensées est l’harmonie pure, quelque chose qui est purement assimilé à la caractéristique cosmique, Sincérité-Bonté-Tolérance ( Zhen-Shan-Ren). Pour donner un nom à ce concept, c’est la vertu. La vertu est fondamentalement assimilée à Sincérité-Bonté-Tolérance. Ainsi, c’est le reflet de la Vérité fondamentale de l’univers. La vertu est un reflet de la réalité authentique de l’univers. En termes de substance, elle existe dans d’autres dimensions comme une substance pure et blanche. C’est l’essence véritable de la matière. Plus quelque chose possède de vertu, plus elle sera pure. Dans le monde humain, cela se manifeste par de grandes bénédictions, compétences, forces et bien-être.


Sincérité-Bonté-Tolérance ( Zhen-Shan-Ren).est la réalité fondamentale elle-même. Elle n’a pu provenir que d’une source inconcevable qui est au-delà de toute conception humaine et n’a aucune forme dont on puisse parler, susceptible d'être saisie avec un esprit humain.


Cette source ultime vient de Dieu. En étant capable de percevoir cette Vérité fondamentale, l’esprit humain est connecté à la Vérité ultime, qui est reliée à Dieu. Si dans l’esprit on se ferme volontairement à cette vérité, on se tournera vers l’égoïsme et la vénération de son propre ego. Il n’y a simplement nulle part d’autre où aller – soit vers Dieu soit vers l’égoïsme. Cet égoïsme est le créateur de l’Enfer. C’est à nous de décider quel chemin prendre. Cependant les choses présentées ici sont basées sur la raison. Sincérité-Bonté-Tolérance définit intrinsèquement le bien et le mal. Quelqu’un ne peut que se blâmer lui-même s’il choisit ce qui est intrinsèquement mauvais. Et la conséquence intrinsèque en sera la souffrance. C’est la nature de la réalité elle-même.


Le choix fondamental de l'endroit où l'on ira revient à comprendre que le Falun Gong est bon et que le PCC est mauvais. Le PCC est la manifestation de l'égoïsme ultime, du mal réel, sur terre. Le Falun Gong est l'enseignement de Sincérité-Bonté-Tolérance ( Zhen-Shan-Ren), le principe qui a créé l'univers et toutes choses.


Version en anglais :
https://www.pureinsight.org/node/6567

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.