Soutien au Falun Gong à Londres : C’est "une bataille entre le bien et le mal, et le bien doit l’emporter "

Les pratiquants de Falun Gong de Londres organisent souvent des activités devant le British Museum afin de présenter l’ancienne pratique spirituelle et informer les gens de la persécution à laquelle elle fait face en Chine.


Une telle activité a eu lieu l’après-midi du 13 février lors de laquelle les pratiquants ont distribué des dépliant d’information, fait des démonstrations des exercices et recueilli des signatures pour une pétition appelant à mettre fin à la persécution perpétrée par le régime communiste en Chine.


 
 
Beaucoup de gens se sont arrêtés pour s’informer davantage pendant la démonstration des exercices.
 
Recueillir des signatures pour appeler à mettre fin à la persécution du Falun Gong.


De nombreuses personnes ont signé la pétition, consternées d'apprendre le crime de prélèvement forcé d'organes sur des pratiquants de leur vivant.


Alors que deux femmes sortaient du musée, elles se sont arrêtées pour s’informer sur le crime de prélèvement forcé d'organes. Après avoir signé la pétition, l'une d'elles a déclaré: " Nous ne devrions pas laisser de telles choses se produisent ! Cela doit cesser !"


Un couple, mari et femme, a dit qu'ils travaillaient en Chine et avaient personnellement été témoins de la persécution. Tous deux lisaient le chinois et n’ignoraient rien de la dégradation de la situation des droits de l'homme en Chine. Ils ont été encouragés d'apprendre que plus de 100 millions de personnes avaient quitté les organisations communistes et que le Falun Gong était aujourd’hui pratiqué dans plus de 100 pays à travers le monde. Ils ont posé beaucoup de questions sur la pratique et sont repartis avec des documents en Chinois à lire.


Les efforts pour faire cesser la persécution méritent notre soutien

Lorsqu'une Taïwanaise qui avait travaillé en Chine a signé la pétition, elle a dit qu'elle était au courant à propos du Falun Gong, mais qu'elle n'avait jamais voulu entendre parler de la persécution. Elle a réfléchi par la suite à comment le régime communiste persécutait de nombreuses personnes et groupes innocents et a estimé qu'il fallait soutenir les efforts déployés par les pratiquants pour mettre fin aux persécutions. " Je pense qu'il est important de le faire savoir à un plus grand nombre de personnes. Tant de gens souffrent de cette persécution ! Ça ne devrait pas arriver !" a-t-elle dit.


 
Jash, un étudiant venant d’Irlande signe la pétition.


Jash, un étudiant en biologie venant d’Irlande, s’est dit très intéressé par la spiritualité. En apprenant que le Falun Gong est une ancienne pratique de raffinement de l'esprit et du corps, guidée par le principe Sincérité-Bonté-Patience, il a dit : "C'est dans votre cœur. Vous savez, cela détend votre esprit, calme votre ego."


Jash a dit que la persécution du Falun Gong par le Parti communiste était une répression des anciennes culture et sagesse de la Chine. "La Chine est un pays ancien. Elle a une merveilleuse culture, mais le mal la sabote et la vole ", a-t-il dit.


 
Roger et Cathy des Etats-Unis. Signent la pétition condamnant la persécution.


Roger, professeur américain de sociologie, et son épouse Cathy ont signé la pétition. Roger a dit qu'il savait que le régime communiste n’a cessé de détruire la culture et les croyances traditionnelles et qu'il s'agit d'une dictature qui ne se soucie pas des gens. Il pensait que le prélèvement d'organes à grande échelle était un crime terrible contre l'humanité. Il a dit : "Leur comportement ne mérite pas d'être qualifié d'humain. C'est une tragédie, un crime contre l'humanité !"


Il a dit que les principes de Sincérité-Bonté-Patience du Falun Gong sont des valeurs universelles importantes, et que ces crimes doivent prendre fin. Roger et Cathy ont souhaité bonne chance aux pratiquants dans leurs efforts. Ils sont repartis décidés à s'informer davantage et voir ce qu'ils pouvaient faire pour aider.


 
Morris de Birmingham signe la pétition condamnant la persécution.


Morris de Birmingham était l'une des dernières personnes à sortir du British Museum ce jour-là. Après avoir lu l'information, il a signé la pétition " C'est un crime barbare et militarisé, comme les Nazis. Les Chinois aiment naturellement la méditation. Ça fait partie de la culture chinoise. Il ne peut pas être supprimé." a-t-il dit.


Il a dit que le combat des pratiquants contre la persécution du régime communiste était une bataille entre le bien et le mal, et que le bien doit l’emporter. Il a ajouté que la société internationale ne devrait pas se faire d'illusions sur le Parti communiste : " Les communistes ne se soucient pas des droits de l'homme. Ils corrompent la société par le lavage de cerveau. Nous devons y mettre fin. Le communisme ne changera pas. Il faut l'éliminer."


Version originale

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.