Entendu à Trafalgar Square : " Falun Gong montre aux gens ce qui est vraiment important dans la vie !"

Malgré le froid, les pratiquants de Falun Gong de Londres continuent de tenir des activités le week-end pour permettre aux gens de savoir que le Parti communiste chinois (PCC) continue à persécuter le Falun Gong.


Le 2 février 2019 à Trafalgar Square, ils ont distribué des brochures, fait des démonstrations des exercices et recueilli des signatures sur une pétition appelant à la fin de la persécution. Les passants ont répondu positivement, et plusieurs se sont arrêtés pour apprendre les exercices de Falun Gong.


 
 
 
Les pratiquants informent à propos du Falun Gong à Trafalgar Square.


 
Hanna a senti une énergie paisible et positive émaner des pratiquants tandis qu'elle leur parlait


Lorsqu'elle a appris les détails de la persécution, Hanna, qui est londonienne, a signé la pétition pour mettre fin aux atrocités. Elle s'est dite consternée par le comportement criminel du PCC, en particulier le prélèvement forcé d'organes sur des pratiquants de leur vivant.


Hanna a dit qu'un ami lui avait parlé du Falun Gong trois mois auparavant, après qu’il ait appris les exercices à Regent's Park. Elle a senti une énergie paisible et positive émaner des pratiquants tandis qu'elle leur parlait.


Elle a dit que le principe de Sincérité, Bonté, Patience ( Zhen-Shan-Ren) au cœur du Falun Gong résonnait très profondément en elle. "Ancrage ! Réveil ! Nous vivons dans un monde affairé. Les gens ont beaucoup de soucis, mais nous pouvons trouver la paix intérieure. Le Falun Gong montre aux gens ce qui est vraiment important dans la vie," s’est-elle réjouie.

 
Julit et Sara, deux sœurs originaires d'Espagne, visitaient Londres et se sont arrêtées pour regarder la démonstration des exercices du Falun Gong et signer la pétition?


Julit et Sara, deux sœurs originaires d'Espagne, entendaient parler du Falun Gong pour la première fois. Elles visitaient Londres et se sont arrêtées pour regarder la démonstration des exercices du Falun Gong et signer la pétition. Elles ont été attristées qu'une pratique aussi paisible soit persécutée et en particulier bouleversées en apprenant l’existence de prélèvements forcés d'organes organisés par l’état.


Julit a été impressionnée par la concentration des pratiquants qui méditaient. "Je veux être comme eux " a-t’elle commenté. Les deux sœurs se sont promis de s’informer davantage sitôt rentrées chez elles.

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.