Le mari d'une résidente américaine emprisonné en Chine pour ses convictions se voit refuser une rencontre avec son avocat

Un homme de 56 ans, condamné à trois ans de prison pour sa pratique du Falun Gong, s'est vu refuser le droit de rencontrer son avocat. Sans fournir de documents légaux, les autorités pénitentiaires insistent pour que son épouse, qui vit aux États-Unis, se présente en personne à la prison chinoise pour signer une procuration avant qu'une rencontre puisse être accordée.


Le Falun Gong, aussi connu sous le nom de Falun Dafa, est un système d'amélioration du corps et de l'esprit persécuté par le régime communiste depuis 1999.


Ma Zhenyu, un habitant de la ville de Nanjing, dans la province du Jiangsu et son épouse, Mme Zhang Yuhua sont tous deux pratiquants de Falun Gong. Mme Zhang, qui a fui aux États-Unis pour échapper à la persécution il y a trois ans, ne peut plus retourner en Chine.


M. Ma Zhenyu et Mme Zhang Yuhua


M. Ma a été arrêté en septembre 2017 et condamné à la prison en juin 2018, pour avoir refusé de renoncer au Falun Gong. Son avocat spécialisé en appel n'a pas pu renouveler son permis d'exercer le droit parce qu'il représentait M. Ma et d'autres pratiquants de Falun Gong.


Il a fallu cinq mois à Mme Zhang pour trouver deux nouveaux avocats qui ont accepté de le représenter et de déposer une requête pour reconsidérer son cas.


Les nouveaux avocats, Me Xie Yang et Me Wei Defeng, ont aussi été visés par les autorités pour avoir représenté des pratiquants de Falun Gong. La femme et la fille de Me Xie sont aussi en exil aux États-Unis.


Me Xie, avocat travaillant dans la province du Hunan, s'est rendu plusieurs fois à la prison de Suzhou, dans la province du Jiangsu, en novembre 2018, mais à chaque fois, on lui a refusé les rencontres avec son client. Ensuite il a reçu un avertissement du Comité des affaires politiques et juridiques de la province du Hunan, un organisme non juridique chargé de la persécution du Falun Gong, lui demandant de cesser de représenter M. Ma au risque de voir son permis d'exercer le droit révoqué. Son cabinet d'avocats a aussi reçu l'instruction de ne pas lui délivrer de lettre d'attestation d'emploi, ce qui était exigé dans sa demande pour représenter M. Ma.


Me Wei a essayé de rendre visite à M. Ma en décembre, mais les autorités ont également refusé de lui accorder des entretiens, insistant sur le fait que Mme Zhang devait se présente en personne à la prison.


Les autorités bloquent la rencontre de l'avocat avec son client

Le 12 décembre 2018 au matin, l'avocat, M e Wei, est retourné à la prison de Suzhou avec : la procuration signée par Mme Zhang, une lettre de recommandation de son cabinet d'avocats et son permis d'avocat, et a demandé à rencontrer M. Ma.


Un membre du personnel de l'administration pénitentiaire l'a reçu. Après avoir lu la procuration qui mentionnait que M. Ma avait été condamné pour avoir « sapé l'application de la loi à l'aide d'une organisation sectaire », un prétexte habituel pour criminaliser les pratiquants de Falun Gong, cette personnel a dit à l'avocat qu'il devait contacter le bureau correctionnel de l'éducation de la prison, pour demander la rencontre.


Pendant ce temps, cette employée a cherché le nom de M me Zhang dans leur base de données et a dit qu'elle ne figurait pas sur la liste des membres de la famille de M. Ma. Comme ils ne pouvaient pas confirmer sa relation avec M. Ma ni l'authentification de sa signature sur la procuration, elle a dit qu'ils ne pouvaient pas permettre à l'avocat de rencontrer M. Ma.


L'avocat lui a alors montré une photocopie notariée du certificat de mariage de M. Ma. Mais elle a répété qu'ils avaient besoin de l'original.


Pendant qu'ils parlaient, un policier du nom de Wang est entré. Il a revérifié le permis d'exercer de l'avocat et l'a pris en photo.


L'avocat a souligné que, selon la loi chinoise, les documents qu'il avait apportés étaient suffisants pour lui permettre de représenter M. Ma et de le rencontrer.


Mais le policier Wang a insisté pour exiger l'original du certificat de mariage de M. Ma ou que Mme Zhang vienne en personne signer la procuration devant eux.


Ne voulant pas continuer à argumenter avec eux, l'avocat est parti. Il a appelé l'employée quelques instants plus tard et lui a demandé quelles étaient les lois spécifiques sur lesquelles elle s'appuyait. Elle a dit que c'était l'avis n o 124 publié par le ministère de la Justice en 2017. Mais elle a refusé de fournir une copie de l'avis à l'avocat, et lui a demandé de le chercher lui-même.


L'avocat est retourné à la prison en début d'après-midi, après avoir obtenu une copie de l'avis, qui n'exigeait pas le certificat original de lien de parenté pour sa représentation.


Cette fois, il a été bloqué à l'entrée par la sécurité, qui lui a demandé de présenter l'original du certificat de mariage de ses clients avant de le laisser entrer. Quand l'avocat a demandé qui leur avait donné l'ordre, l'agent de sécurité a dit qu'il n'était pas sûr.


Après dix minutes de discussion, un agent de sécurité s'est rendu au bureau de l'administration et le policier Wang est sorti avec lui.


L'avocat a montré l'avis à Wang. Il l'a lu attentivement et a ensuite demandé à l'avocat de l'attendre pendant qu'il signalait l'affaire à son supérieur.


L'avocat a attendu de 14 h 05 à 15 h 00, mais le policier Wang n'est jamais revenu.


À 15 h 22, deux autres policiers sont sortis. L'un s'est présenté comme le chef de l'administration pénitentiaire surnommé Tan, l'autre était un directeur de la prison.


Les deux policiers ont dit que M me Zhang devait se présenter à la prison et signer une procuration devant eux avant qu'ils puissent permettre à l'avocat de rencontrer M. Ma. Ils ont dit que c'était l'exigence de la prison et ont refusé de fournir des documents juridiques à l'appui.


L'avocat a demandé si d'autres membres de la famille de M. Ma pouvaient signer la procuration et le directeur Tan a répondu que seule sa femme pouvait lui désigner un avocat. Tan a aussi dit que cette décision était finale et que l'avocat ne pouvait pas faire appeler de cette dernière.


Après le départ du directeur Tan, l'avocat a tenté de contacter le procureur chargé de la surveillance de la prison, mais le garde de la sécurité a de nouveau refusé de révéler le numéro de téléphone du procureur ou de le laisser entrer dans la prison pour trouver lui-même le procureur.

Aucun avocat n'ayant été autorisé à rencontrer M. Ma depuis son incarcération en juin 2018, M me Zhang est maintenant très inquiète pour sa sécurité.


Voir également :

Un ingénieur à nouveau emprisonné pour sa croyance dans le Falun Gong ; ses avocats soumis à des représailles pour l'avoir représenté

Une fois emprisonné pendant sept ans, un ingénieur de conception radar est encore emprisonné pour sa croyance

Un ingénieur licencié, plusieurs fois arrêté et emprisonné pour sa foi

L'ingénieur M. Ma Zhenyu a été interrogé au Centre de détention de Xiaguan

Monsieur Ma Zhenyu est détenu pour la cinquième fois

Plusieurs pratiquants de Dafa du 14e Institut de recherche de Nanjing province du Jiangsu persécutés


Version chinoise :
http://www.minghui.org/mh/article_images/2018-12-14-202010-1.jpg

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.