Surmonter les pressions du régime communiste et sensibiliser les esprits lors du Sommet du G20 en Argentine

Les pratiquants de Falun Dafa et leurs soutiens ont surmonté l’interférence du Parti communiste chinois (PCC) lors des activités de sensibilisation accompagnant le Sommet du G20 les 30 novembre et 1er décembre 2018 à Buenos Aires. Ils ont déployé leurs banderoles au bord des routes où passait le cortège du président chinois Xi Jinping.


Les banderoles affichaient trois principaux messages que les pratiquants argentins souhaitaient transmettre à Xi : " Falun Dafa est bon ", " Aidez à mettre fin à la persécution du Falun Dafa ", " Traduisez Jiang Zemin en justice ".


 
La banderole des pratiquants de Falun Dafa énonçant " Falun Dafa, Véracité-Bonté-Patience " le long de la route empruntée par le cortège automobile de Xi le 29 novembre.


Ce week-end, les pratiquants de Falun Dafa ont poursuivi leurs efforts pour sensibiliser les esprits à la persécution du PCC, dans le quartier chinois et sur d'autres sites de pratique à travers la ville.


 
Les pratiquants de Falun Dafa dans le Chinatown lors du sommet du G20
 
Deux jeunes hommes apprennent le Falun Dafa dans le Chinatown
 
 
Expliquer le Falun Dafa aux passants
 
Enseigner le Falun Dafa au public dans le centre ville

Demandes de l'ambassade de Chine

Les pratiquants argentins ont rencontré de nombreuses difficultés en demandant l'autorisation de déployer des banderoles en raison des restrictions strictes appliquées par les forces de sécurité. Ils ont essayé d'éviter tout type de protestation, chose courante lors des réunions du G20. Mais, pour le Falun Dafa, l'ambassade de Chine a exigé une restriction supplémentaire, et les autorités argentines ont accepté cette demande scandaleuse.


L’ordre donné à toute la police était que, pour les événements impliquant la Chine, seuls les vêtements et drapeaux de couleur rouge étaient autorisés et les personnes portant des vêtements jaunes et déployant des banderoles de cette couleur devaient être neutralisées.


La plus grande inquiétude de l’ambassade de Chine était que les messages des pratiquants de Falun Dafa puissent être lus par Xi et son comité. À l'arrivée de Xi au Sheraton, une petite unité de police spécifique travaillant avec l'ambassade de Chine a agressé les pratiquants. Ils ont confisqué de force leurs banderoles et arrêté neuf d'entre eux.


Mais avec des pensées droites, les pratiquants ont réussi à déployer les banderoles que Xi a pu voir à plusieurs reprises; et dans de nombreux cas, ils ont été aidés par des policiers écoutant leur conscience au lieu de respecter les ordres illégaux. Dans certains cas, les policiers ont félicité les pratiquants pour avoir réussi à atteindre leur objectif, déployer les banderoles et défendre leurs convictions.


Xi Jiping voit les bannières de Dafa

Xi Jinping est arrivé à Buenos Aires le jeudi 29 novembre et est entré dans la ville par l’avenue du 9 juillet. La première banderole qu'il a vue était sur la Plaza de la República où s'élance l'Obélisque,une des icônes de la ville. Un petit groupe de pratiquants brandissait une banderole jaune de 5 mètres de long sur laquelle était écrit: " Falun Dafa est bon - Véracité, Bonté, Patience ".


Quelques minutes avant que le cortège motorisé de Xi n'atteigne son hôtel, un autre petit groupe de pratiquants a réussi à déployer deux banderoles bien visibles et indiquant: " Stop à la persécution du Falun Dafa ' et " Falun Dafa est bon ! ".


Les pratiquants ont pu voir les visages de la délégation chinoise de Xi derrière les vitres, lisant avec attention le message . Peu après, un groupe de policiers est arrivé et leur a ordonné de présenter leurs cartes d'identité dans l'intention de les détenir.


Les pratiquants ont saisi cette opportunité pour leur clarifier les faits. Ils leur ont parlé du Falun Dafa et de ses avantages, et de l'injustice et de la cruauté de la persécution, y compris du prélèvement d'organes approuvé par l’état et dirigé par le PCC. Ils ont mentionné le procès intenté en Argentine contre l'ancien dictateur Jiang Zemin et contre Luo Gan, ancien chef du Bureau 610, pour leurs crimes contre l'humanité.


Ils leur ont également expliqué comment l'ambassade de Chine en Argentine, avec ses demandes illégales et son ingérence, étendait la persécution sur le sol argentin et que les Argentins ne devraient pas l'accepter. Les policiers ont écouté attentivement et ont exprimé leur sympathie. Finalement, ils ont salués les nobles efforts des pratiquants.


La police aide les pratiquants après avoir compris leur message

Le 1er décembre, Xi a rencontré le président Trump à l'hôtel où ce dernier était descendu. Sur la route où il devait passer pour retourner à son hôtel après la réunion, les pratiquants se sont tenus discrètement à différents endroits prêts à déployer les banderoles afin que Xi puisse les lire au bon moment.


Là, ils ont soudainement vu que de nombreux agents chinois les filmaient et les montraient du doigt à la police. La police les a approchés pour leur demander pourquoi ils étaient là. Les pratiquants ont saisi cette occasion pour clarifier la vérité à ces policiers. Ces derniers ont été touchés et ont décidé de protéger les pratiquants contre les ordres iniques de l'ambassade de Chine sur le sol argentin.


Soudainement, un autre officier de police d'un rang supérieur est venu ordonner aux pratiquants de quitter la zone de manière agressive. Une fois de plus, les pratiquants lui ont clarifié la vérité jusqu'à ce que son cœur soit touché - il n'était pas du tout au courant de la persécution ni de ce qu’était le Falun Dafa.


Il a décidé de les aider et leur a parlé d'une section calme de la rue où ils pourraient déployer la banderole sans interférence. Les pratiquants l'ont fait et ont réussi à montrer à Xi une grande banderole portant les mots : " Traduisez Jiang Zemin en justice ", en chinois et en espagnol.

 
Les pratiquants exhibent des banderoles le long de la route menant à l'aéroport le 2 décembre.


Le dimanche 2 décembre, Xi Jinping a rencontré Mauricio Macri, le président argentin. C'était la dernière journée de Xi à Buenos Aires et il est parti pour l'aéroport une fois la réunion terminée.


La résidence présidentielle est située à environ 20 pâtés de maisons de l’autoroute circulaire menant à l’aéroport, entre l’avenue Maipu et l’avenue Libertador. L’avenue Maipu était complètement bloquée pendant la réunion, mais les piétons étaient autorisés à circuler sur les trottoirs.


Des centaines de résidents chinois organisés par l'ambassade de Chine, vêtus de rouge et arborant drapeaux et bannières du PCC, étaient positionnés à différents endroits de l'avenue. Deux pratiquantes et un supporter du Falun Dafa attendaient dans une station-service où il n'y avait pas de police. Dès qu'ils ont vu le cortège motorisé, ils sont sortis et se sont dirigés vers l'endroit le plus visible. Les pratiquantes ont déployé une banderole jaune sur laquelle était écrit " Falun Dafa est bon " et ont dit à la police: " Nous voulons seulement que le président Xi voit la banderole. S'il vous plaît ne la cachez pas. Merci ! "


 
Deux policiers écoutent l'explication d’une pratiquante de Falun Dafa


Un petit groupe de quatre pratiquants a dû faire attention à ne pas être reconnu par le personnel chinois et a trouvé un bon emplacement à environ quatre pâtés de maisons de la résidence présidentielle pour déployer une banderole suffisamment éloignée du groupe de Chinois le plus proche.


Dès que la voiture de Xi a quitté la réunion et s’approchait de l’autoroute, ils ont pu déployer la banderole au moment même où les voitures atteignaient le virage. Leur emplacement s'est avéré idéal, juste à l'endroit où la police devait organiser un crochet de dernière minute pour permettre au cortège de prendre un virage. Ainsi, ils ont dû ralentir. Donc, lorsque le cortège motorisé de Xi est passé, il se trouvait à environ un mètre du trottoir et roulait au ralenti. Ceux qui se trouvaient à bord des véhicules ont eu suffisamment de temps pour lire la banderole et entendre les pratiquants.


Arrestation d'un Chinois figurant sur la liste des personnes recherchées

 
L'homme à la chemise rouge figurait sur la liste des personnes recherchées par le tribunal argentin pour avoir battu des pratiquants de Falun Dafa en 2004.


Pendant la visite de Xi, les pratiquants locaux ont également reconnu un voyou chinois (un immigrant de la province du Fujian) qui était sur la liste des personnes recherchées par un tribunal argentin. Le gangster avait été engagé par l'ambassade de Chine pour battre les pratiquants qui avaient manifesté pacifiquement contre Luo Gan lors de sa visite en Argentine en 2004.


Un pratiquant qui avait sur son téléphone portable la notification du tribunal a immédiatement informé le chef de la police présent. À ce moment-là, les bus de l'ambassade de Chine étaient déjà partis avec cet homme à bord. La police a poursuivi les véhicules de l'ambassade dans leur voiture, ils leur ont ordonné de s'arrêter et en ont fait descendre l'immigrant du Fujian qu’ils ont emmené au poste de police.


Version anglaise :
Overcoming Pressure by the Communist Regime, Raising Awareness During G20 Summit in Argentina


Version chinoise :
G20峰会-阿根廷法轮功学员突破干扰传真相(图)

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.