Les députés canadiens regardent ‘Letter from Masanjia’ et appellent à la libération de la pratiquante Sun Qian

Le documentaire Letter from Masanjia a été projeté au Parlement canadien le 5 décembre 2018.


La sénatrice Marilou McPhedran et les députés Cheryl Hardcastle et Tom Kmiec ont soutenu la projection du film. De nombreux députés présents ont dit aux bénévoles aidant à organiser la séance qu'ils admiraient le courage des pratiquants de Falun Gong. Après la projection, de nombreux députés ont appelé à prêter attention au sort des pratiquants de Falun Gong persécutés en Chine, dont celui de la citoyenne canadienne Sun Qian.

 
La sénatrice Marilou McPhedran (troisième à partir de la droite au premier rang), la députée Cheryl Hardcastle (au milieu au premier rang) et le député Tom Kmiec (deuxième à partir de la gauche au premier rang) sont photographiés avec Leon Lee, réalisateur de Letter from Masanjia (troisième à partir de la gauche au premier rang).


La sénatrice McPhedran appelle à secourir la pratiquante Sun Qian

La sénatrice McPhedran a été émue aux larmes par le film qui décrit l'histoire de Sun Yi, un pratiquant de Falun Gong détenu dans l'un des plus notoires camps de travail de la Chine. Elle s'est dite préoccupée par le sort de la pratiquante Mme Sun Qian, citoyenne canadienne, et d'autres pratiquants qui sont persécutés en Chine.


" Comme pour beaucoup de personnes dans cette pièce, cela m’a tiré des larmes ", a-t-elle dit. "Je suis profondément préoccupée par le fait que nous avons une citoyenne canadienne, Sun Qian, encore en vie, et que nous n'avons pas pu mettre en sécurité. "


 
Sun Qian, une citoyenne canadienne détenue illégalement en Chine pour avoir pratiqué le Falun Gong.


" Ce qui arrive à la citoyenne canadienne Sun Qian et aux autres pratiquants de Falun Gong est clairement une violation de la Déclaration universelle des droits de l'homme des Nations unies et de la Convention contre la torture ", a déclaré la sénatrice McPhedran, ajoutant : " Il est temps de se regrouper, d'insister et de travailler encore davantage pour la faire revenir au Canada. "

Un député salue l'incroyable persévérance et la foi

Le député Harold Albrecht a également été profondément ému par le film. " L'histoire de ce soir était très troublante, voir que les droits de l'homme sont violés à ce point dans les prisons ", a-t-il dit.


" Il [Sun Yi] a ce genre de persévérance et de croyance, très, très louable. Je pense qu'il a beaucoup à nous apprendre. Nous avons souvent l'impression d'avoir des problèmes difficiles à affronter ; il en avait certainement un qui semblait insurmontable, mais il a fait un excellent travail en vivant selon ce qu'il croyait vraiment, en restant ferme et en persévérant. "

Un député recommande à tous de voir le film

Après la projection, Leon Lee, le réalisateur, a répondu aux questions des députés.


" J'espère que l'histoire de Sun Yi deviendra populaire ", a dit M. Lee, " et qu’à travers lui les gens apprendront que beaucoup, beaucoup d'autres personnes comme lui en Chine dont nous ne connaissons pas les histoires, risquent leur vie chaque jour même en faisant le travail banal de produire un dépliant, un DVD, afin que le public sache ce qui se passe. "


Le député Steven Blaney s'est dit content d’avoir vu le film et recommande à chacun de le voir .


" C'est très inspirant. C'est une leçon de courage, d'espoir et aussi de vigilance ", a-t-il dit, ajoutant " Cela jette la lumière sur la situation des droits de l'homme en Chine, et sur les défis et le grand courage des individus qui veulent améliorer la situation. "


La députée Cheryl Hardcastle a déclaré que, bien que ces problèmes en Chine semblent énormes et qu'ils soient déchirants et angoissants, nous devrions continuer à faire des efforts pour opérer un changement.


" Je vais y repenser ce soir dans le silence " a-t-elle dit. " Un film comme celui-ci est extrêmement profond et utile pour nous. Cela nous amène tous à penser que nous ne pouvons pas abandonner. "


Arrière-plan

Le documentaire commence par une lettre manuscrite trouvée dans une boîte de décorations d'Halloween achetée dans un grand magasin américain par Julie Keith, une femme de l'Oregon. La lettre était un appel à l'aide d'un prisonnier d'opinion dans le tristement célèbre camp de travaux forcés de Masanjia à Shenyang en Chine. Mme Keith a publié la lettre sur les médias sociaux, ce qui n’a pas tardé à susciter une couverture médiatique mondiale de l'histoire et déclenché une réaction en chaîne ayant conduit à l'abolition, du moins de nom, du système de rééducation par le travail forcé en Chine en 2013.


L'auteur de la lettre, M. Sun Yi, avait été détenu dans ce camp pour sa croyance dans le Falun Gong. Il a risqué sa vie pour faire connaître son histoire au monde par le biais de la lettre clandestine et, plus récemment, il a encore risqué sa vie lors de la réalisation de ce documentaire pour révéler davantage la crise des droits de l'homme en Chine.


Alors qu'il était sous la surveillance des autorités chinoises, Sun Yi a filmé sa vie en Chine et interrogé d'autres anciens détenus de Masanjia. En plus de son histoire, Sun Yi a partagé ses dessins illustrant les sévices qu'il a subis et dont il a été témoin au camp de travail de Masanjia.


L'Académie des arts et sciences du cinéma, l'organisation hôte des Oscars, a annoncé sa liste de candidats pour le 91e Oscar du meilleur documentaire le 8 novembre 2018, Letter from Masanjia en fait partie.


Version chinoise :
加议员观看《求救信》 呼吁营救孙茜

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.