Le prélèvement forcé d’organes a eu lieu en chine à une échelle substantielle conclut un tribunal indépendant

LONDRES— Les membres d'un tribunal populaire indépendant ont conclu à l'unanimité dans un jugement provisoire que le prélèvement forcé d'organes de prisonniers d'opinion a eu lieu en Chine "à une échelle substantielle"


Le jugement provisoire, qui est inhabituel pour un tribunal populaire, a été rendu le 10 décembre dans l'espoir qu’il puisse épargner des vies innocentes en Chine.


 
Hamid Sabi conseiller juridique du tribunal et Sir Geoffrey Nice QC, le président du tribunal, le premier jour des auditions publiques à Londres, le 8 décembre 2018 (Justin Palmer)


"L'oxygène de la publicité peut permettre à l'oxygène réel de la vie de continuer pour ceux qui, autrement, pourraient être tués ", a déclaré le président du tribunal, Sir Geoffrey Nice QC, qui a précédemment dirigé les poursuites contre Slobodan Milošević au Tribunal international pour l'ex-Yougoslavie.


Le jugement final doit être rendu au printemps de l'année prochaine et doit préciser si des infractions pénales internationales ont été commises, qui en sont les auteurs et le nombre de victimes du prélèvement forcé d'organes impliquées.


D'ici là, la présentation des éléments de preuve n'est pas encore terminée, de même que l'invitation faite au régime chinois de se joindre à la procédure, pour laquelle il n'a jusqu'à présent fourni aucune réponse.


Des preuves troublantes

Les auditions publiques du tribunal chinois ont débuté le 8 décembre et ont duré trois jours, au cours desquels plus de 30 témoins, dont des réfugiés, des enquêteurs et des médecins, ont présenté des preuves troublantes.


"Les accusations sont que de nombreux groupes, y compris des pratiquants du Falun Gong, des Ouïgours, des chrétiens et des bouddhistes, ont été faits prisonniers, régulièrement examinés pour vérifier qu’ils étaient en bonne santé, puis, le moment venu, leurs organes ont été prélevés. Certaines histoires disent sans anesthésie, d'une manière très horrible, et immédiatement transplantés à un visiteur d'organe ", a déclaré Hamid Sabi, conseiller juridique du tribunal, avant que les auditions ne commencent.


En entendant les témoins raconter leurs expériences certains ont eu du mal à retenir leurs larmes.


Source Epoch Times

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.