Un article de Forbes dénonce les pratiques de prélèvement illégal d'organes du régime communiste chinois

Le 16 octobre 2018, le magazine Forbes a publié un article d'Ewelian U. Ochab intitulé "Organ Harvesting in China and The Many Questions to Be Answered". (Le prélèvement d'organes en Chine et les nombreuses questions en attente de réponses")


Dans cet article, Ochab déclare que les allégations selon lesquelles le régime communiste chinois tue des prisonniers d'opinion, et en particulier des adeptes du Falun Gong, pour fournir son industrie de prélèvement d'organes, sont étayées par des preuves substantielles.


 
Le régime communiste chinois prélève les organes des pratiquants de Falun Gong d'après Forbes


Elle souligne que la transplantation d'organes est une procédure médicale hautement réglementée, et que l'Organisation mondiale de la Santé a sorti une publication intitulée " Principes directeurs sur la transplantation de cellules, de tissus et d'organes humains " afin de clarifier les normes internationales relatives aux transplantations d'organes.


"Par exemple, le principe 1 exige le consentement du donneur au prélèvement d'organes à des fins de transplantation. Le Principe 10 exige la traçabilité des transplantations d'organes et le Principe 11 - que les activités de don soient transparentes et ouvertes à l'examen. En revanche, le prélèvement d'organes est la pratique illégale consistant à prélever des organes sur des personnes (mortes ou vivantes) sans leur consentement ", écrit Ochab.


L'article a apparemment été rédigé à la suite d'un événement organisé par le Parlement du Royaume-Uni le 16 octobre 2018 au sujet du prélèvement d'organes en Chine, lequel, selon l'auteur de Forbes, était le troisième du genre organisé au Parlement du RU. L'allégation selon laquelle le régime chinois tue des prisonniers d'opinion (en particulier des minorités religieuses, dont le Falun Gong, des bouddhistes tibétains, des musulmans ouïghours et des chrétiens non enregistrés de l'Eglise domestique) pour approvisionner son industrie du prélèvement d'organes était à l'ordre du jour des discussions.


Ochab ajoute que même si ces affirmations peuvent sembler irréalistes, la question a déjà fait l'objet d'enquêtes et d'auditions devant le Congrès américain et le Parlement européen. Elle mentionne que la Chambre des représentants des États-Unis et le Parlement européen ont tous deux adopté des résolutions condamnant le "prélèvement systématique et autorisé par l'État d'organes sur les prisonniers d'opinion non consentants".


"Les allégations relatives au prélèvement d'organes en Chine sont étayées par des preuves substantielles, y compris le rapport "Bloody Harvvest/The Slaughter" de 2016 : An Update" publié par David Kilgour, David Matas et Ethan Gutmann. Les recherches de Kilgour, Matas et Gutmann ont été présentées lors des auditions de la Commission des affaires étrangères de la Chambre des représentants, le 23 juin 2016, au Parlement britannique et de plusieurs autres auditions ", affirme Ochab.


"Les recherches de Kilgour, Matas et Gutmann mettent en lumière deux questions importantes concernant le prélèvement d'organes en Chine ", poursuit-elle.


"Premièrement, le volume des prélèvements d'organes en Chine est plus important que ce qui est indiqué dans les statistiques officielles qui concernent (très probablement) uniquement les transplantations d'organes. Le rapport indique que si les statistiques officielles du gouvernement central de la Chine indiquent qu'environ 10 000 transplantations d'organes ont lieu chaque année, leur nombre pourrait atteindre 60 000 à 100 000 greffes par an.


"Deuxièmement, le rapport suggère que des prisonniers d'opinion, y compris les Falun Gong, Ouïghours, Tibétains et chrétiens clandestins sont devenus des groupes spécifiquement ciblés pour le prélèvement d'organes. Lors d'une audition de la commission des affaires étrangères de la Chambre des représentants, M. Gutmann a expliqué comment la pratique de prélèvement d'organes a été utilisée comme méthode de persécution contre les membres du Falun Gong et pour maintenir l'offre de la demande d'organes humains ", écrit-elle.


L'article de Forbes suggère également que des enquêtes indépendantes sur le prélèvement d'organes en Chine constituent la première et la plus importante étape et pourraient servir de base pour poursuivre les personnes impliquées.

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.