L'histoire de cultivation de Bouddha Milarepa (9e partie)

 


Il y a eu tout au long de l'histoire dans les Himalayas de nombreux aspirants spirituels. La population y mène une vie simple et modeste, et tout le monde chante et danse. Ils vénèrent aussi le Fa de Bouddha. Voici presque un millénaire, il y avait dans cette région un pratiquant nommé Milarepa. Alors que la multitude de Bouddhas et de Bodhisattvas avaient nécessité de nombreuses vies et traversé de nombreuses calamités avant de parvenir à l’obtention du fruit en cultivant, Milarepa a atteint une vertu puissante équivalente en une seule vie et est resté ultérieurement connu comme le fondateur de la Secte Blanche du Bouddhisme tibétain.


(Suite de la 8e partie)


" Une autre année a passé et tous mes vêtements étaient vraiment usés. Même le manteau de cuir que ma tante m'avait donné après avoir vendu la terre ressemblait à la peau d'un cadavre. J'ai pensé les assembler pour fabriquer un coussin, mais j'ai ensuite pensé que la vie humaine était transitoire et imprévisible. Il était même possible que je puisse mourir ce soir, alors je ferais mieux de passer mon temps à pratiquer la méditation. Alors j'ai mis les vêtements usés sous moi, couvert le bas de mon corps avec quelque chose d'aléatoire et drapé un morceau du sac de farine d'orge grillé avec un morceau de tissu en lambeaux couvrant les parties nécessaires du corps. Mais le morceau de tissu était trop vieux et en lambeaux, il n'y avait aucun moyen de l'utiliser. Je pensais pouvoir le repriser, mais il n'y avait ni aiguille ni fil. À la fin, j'ai fabriqué une corde à partir de la trame pour lier ces trois choses ensemble. En les attachant autour de la partie supérieure de mon corps et de ma taille. Le bas de mon corps était aussi un peu couvert. De cette façon, j'ai réussi à continuer à rester là-bas. J'utilisais le manteau de cuir et le tapis loqueteux pour me couvrir la nuit. J'ai continué à méditer tous les jours et une autre année s'est écoulée de cette façon.


" Un jour J'ai entendu du bruit et j'ai vu beaucoup de gens se dirigeant vers la grotte. En regardant à l'intérieur de la grotte et en voyant un tas vert à forme humaine, ils ont été effrayés et ont crié : ' Fantôme! Fantôme!' Ils ont fait demi-tour et ont couru sans se retourner. Les gens qui sont venus après eux ne les ont pas crus et ont dit : ' Comment pourrait-il y avoir un fantôme en plein jour? Avez-vous bien regardé ? Allons jeter un coup d'œil. Ils se sont approchés, ont regardé à l'intérieur et ont également eu peur. Je leur ai dit : 'Je ne suis pas un fantôme. Je suis un pratiquant en train de méditer dans cette grotte.' Je leur ai alors raconté mon histoire en détail.


"Au début, ils ne m'ont pas cru. Après avoir examiné minutieusement la grotte et n’avoir trouvé rien d’autre que de l’ortie, ils m’ont cru et m’ont donné beaucoup de farine d’orge grillée et de viande. Ils m'ont dit: 'Nous admirons vraiment les pratiquants comme vous. S'il vous plaît, aidez les âmes des animaux que nous avons tués à trouver la paix et éliminez notre karma pécheur. ' Ils se sont sincèrement prosternés devant moi et sont partis.


" C’était la première fois depuis toutes ces années que j’obtenais de la nourriture préparée par des humains et j’étais très joyeux. J'ai cuit la viande et l'ai mangée et mon corps s'est immédiatement senti très à l'aise. Ma santé s'est améliorée, ma sagesse a augmenté et ma compréhension du Dharma s'est approfondie et élargie. La béatitude vide que je ressentais était aussi différente d'avant. Je pensais: 'Si quelqu'un peut fournir un bol de nourriture à un véritable pratiquant, le mérite et la vertu sont bien plus importants que de fournir de grandes quantités de trésors et d'argent aux maîtres qui vivent comme des princes dans le monde terrestre. Beaucoup de gens aident les riches inutilement, alors que peu soutiennent les pauvres dans le besoin. Quel dommage!'


"J'ai mangé la farine et la viande avec beaucoup de parcimonie. Quelque temps a passé, et la viande restante était pleine de vers. J'étais sur le point d'enlever les vers pour manger la viande. Mais en y réfléchissant un peu plus, j'ai réalisé que c'était contre les préceptes de Bodhisattva, car on ne devrait pas prendre la nourriture d'un ver pour sienne. Alors j'ai continué à manger de l'ortie.


" Un voleur est venu une nuit pour ma nourriture et mes biens. En le voyant ramper dans la grotte et à tâtons, je n’ai pu m'empêcher de rire et j'ai dit : 'Hé, mon ami, je ne trouve rien ici même pendant la journée. Comment peux-tu t'attendre à trouver quelque chose la nuit ? Le voleur a réfléchi et a ri avec moi. Il était très gêné et s’est éclipsé sans bruit.


" Une autre année a passé. Les chasseurs de ma ville natale de Kyangatsa n'avaient rien attrapé et se trouvaient à l'entrée de ma grotte. Ils m'ont vu assis comme un squelette, recroquevillé en un tas vert rétréci, drapé dans trois morceaux de tissu. En tremblant, ils ont tendu leurs arcs dans ma direction et demandé d’une voix de trille: ' Es-tu un humain, un fantôme, un animal ou une ombre? À tous points de vue, tu ressembles à un fantôme!'


" j’ai toussé et j'ai répondu: 'Je suis un humain, pas un fantôme.'


" Ils ont entendu ma voix et une personne qui me connaissait a demandé: 'N'es-tu pas Topaga?'


" 'Oui, je suis Topaga.'


" 'Ah ! Pourrais-tu nous donner de la nourriture? Nous avons chassé toute la journée et n'avons rien attrapé. Si tu pouvais nous donner quelque chose maintenant, nous te le rendrons au centuple plus tard.'


" J'ai dit: 'Malheureusement, je n'ai rien à vous donner à manger.'


" ' Oh, c’est bon. Donne-nous simplement ce que tu manges.'


" 'Je n'ai que de l'ortie ici. Veuillez allumer un feu pour pouvoir la faire bouillir.'


" En entendant mes paroles, ils ont allumé un feu pour cuire l'ortie. ' Nous devons mettre un peu de beurre à bouillir avec ", ont-ils dit.


" 'Si seulement j’avais du beurre, mais je n'en ai pas depuis plusieurs années. De toute façon, il y a de l'huile dans l'ortie.'


" 'Alors, pourriez-vous s'il vous plaît nous donner un peu d'assaisonnement ?'

" 'Je n'ai pas utilisé d'assaisonnements depuis de nombreuses années. Il y a de la saveur dans l'ortie.'


" Les chasseurs ont dit:'Vous devez au moins nous donner un peu de sel.'


" J'ai répondu: 'je vous donnerais du sel si j'en avais. J'ai vécu sans sel pendant de nombreuses années. Il y a du sel dans l'ortie.'


" Les chasseurs m'ont dit: 'Ce que vous portez et ce que vous mangez n'a aucun sens. Ce n'est pas une vie pour un humain. Même si vous étiez le serviteur de quelqu'un, vous auriez au moins assez de nourriture pour manger et des vêtements chauds. Pouah! Pouah! Il n’y a personne au monde de plus misérable et pitoyable que vous.'


" J'ai répondu: 'S'il vous plaît, ne dites pas cela. Je suis la personne la plus chanceuse et la plus extraordinaire au monde. J'ai rencontré le grand traducteur Marpa et appris des versets pour atteindre la boddhéité en une seule vie. Vivant dans cette montagne isolée et abandonnant les pensées de désir pour cette vie, je pratique la méditation pour atteindre le Samadhi. Réputation, renommée, respect, vêtements, nourriture, argent ou avoirs - rien ne peut troubler mon cœur. C'est parce que j'ai déjà maîtrisé toutes mes préoccupations matérielles. Personne en ce monde ne pourrait être mieux décrit comme un véritable grand homme que moi. Vous vivez tous dans une nation où le dharma du Bouddha est florissant, mais vous n'éprouvez aucun intérêt à écouter le dharma, sans parler de le pratiquer. Vous passez votre vie à commettre des crimes et à faire le mal, sans vous soucier de la profondeur de l'enfer et de la durée de votre séjour là-bas. Dans ce monde, les gens comme vous sont les plus misérables et les plus pitoyables! Dans mon cœur, je suis toujours en sécurité et heureux. Maintenant laissez-moi vous chanter une chanson sur la joie de la cultivation. '


" Ils étaient tous curieux et ont écouté ma chanson avec un vif intérêt :

' Cher bienveillant maître Marpa,
je consacre toute ma vie à votre salut;
De Mila, un yogi,
vivant ici dans la grotte Drakar Taso.

' Pour rechercher l'inégalée Bodhi, j'abandonne
ma vie, mes vêtements et ma nourriture;
Un petit tapis fin sous moi procure la joie,
le manteau en coton matelassé sur moi est la joie.

' La ceinture de méditation autour de moi est la joie,
ni faim ni froid, le corps illusoire a la joie ;
La cessation des pensées fourvoyées est la joie,
libre de tout inconfort signifie la joie.

' Ici et là il y a de la joie,
pour moi tout est joie;
Base inférieure loin du dharma,
je le fais pour mon bénéfice et celui des autres.

' La cultivation est la joie ultime,
votre pitié pour moi est drôle;
Le soleil s'est déjà couché à l'ouest,
messieurs, il est temps de vite rentrer à la maison.

'Je ne sais pas quand ma vie prendra fin,
il n'y a pas de temps pour des discours absurdes;
Je suis ici pour atteindre la réalisation de la Boddhéité,
rester dans la grotte seul est ma chance.


" En entendant mes paroles, les chasseurs ont dit: 'Vous avez vraiment une voix magnifique ! Ces joies que vous mentionnez pourraient être réelles, mais ce n’est pas quelque chose que nous pourrions accomplir. À plus tard!' Ils sont tous redescendus de la montagne.


"Chaque année, ma ville natale, Kyangatsa, organisait une grande fête pour célébrer l'achèvement des statues de Bouddha en argile. Lors du rassemblement de cette année, ces chasseurs ont tous chanté ma chanson sur les joies de la cultivation. Tout le monde a fait l'éloge de la chanson, en disant qu'elle était vraiment bonne. Ma soeur Peta y était aussi allée mendier. En entendant les paroles, elle a dit: "Cette chanson doit avoir été écrite par un Bouddha ! "


“Un chasseur a ri et a dit : 'Ha! Ha ! Je ne sais pas si cela venait d'un Bouddha ou d'un être sensible. Mais ton osseux de frère Topaga l'a chanté alors qu'il était sur le point de mourir de faim !


“ Peta a répondu: 'Mon père et ma mère sont décédés très tôt et tous nos parents et amis sont devenus nos ennemis. Mon frère est introuvable, et il me reste le destin amer d'être une mendiante. Pourtant, vous vous moquez encore de moi. Comment pouvez-vous être si cruel ? Elle a ensuite commencé à sangloter. Dzese était également à la fête. Voyant Peta pleurer, elle a dit: ' S'il te plait, ne pleure pas. S'il te plaît ne pleure pas. Cette chanson aurait pu venir de ton frère. Je l'ai vu il y a quelques années. Pourquoi ne pas aller à la grotte Drakar Taso et y jeter un coup d'œil? Nous allons savoir si c'était lui. Je peux y aller avec toi.'


"Peta a accepté. Avec l'aumône qu'elle avait reçue des lamas, elle a pris une bouteille de vin et de la farine d'orge grillée et est venue à la grotte de Drakar Taso.


"Peta est arrivée à l'entrée de la grotte et a regardé à l'intérieur. Elle m’a vu assis là avec les yeux enfoncés comme deux fosses et les os de mon corps saillant un à un comme des montagnes. Je n'avais pas de muscle et ma peau était presque séparée de mes os. Mes cheveux étaient longs et en désordre, tombant sur mon dos et les pores de tout mon corps étaient verts. Mes mains et mes pieds étaient secs et ratatinés, comme s'ils craquaient prêts à s'ouvrir. Pensant que c'était un fantôme, Peta a pris peur et était sur le point de s'enfuir. Puis elle s’est souvenu des paroles: " Ton osseux de frère Topaga, est sur le point de mourir de faim. Alors elle a demandé a avec scepticisme: 'Es-tu un humain ou un fantôme?'


" 'Je suis Mila Topaga !'


" Reconnaissant ma voix, elle s’est précipitée à l'intérieur et m'a attrapé, criant :" Frère! Frère !' Elle s'est aussitôt évanouie.

"Voir qu'il s'agissait de soeur Peta, m'a donné des sentiments mêlés de chagrin et de joie. Il m'a fallu beaucoup de temps pour la réveiller. Elle a couvert son visage avec ses mains et a pleuré: 'Tu as tellement manqué à notre mère qu'elle est morte. Personne dans le village ne voulait m'aider. La souffrance était trop grande, et j'ai dû errer et mendier. Je pensais toujours: mon frère est-il mort ou vivant? S'il est en vie, il doit avoir une vie heureuse. Qui aurait pensé que tu deviendrais comme ça ? Y a-t-il quelqu'un de plus tragique dans ce monde que nous, frère et sœur ?' Appelant les noms de père et de mère, elle a pleuré fort, se cognant la poitrine et frappant du pied en pleurant.


" J'ai fait de mon mieux pour la consoler, mais cela n'a pas fonctionné. Avec tristesse, j'ai chanté une chanson réconfortante pour soeur Peta.


" Peta a dit : 'S'il en est ainsi, ce que tu fais est grandiose, mais je ne suis pas sûre d'y croire. Si ce que tu as dit est vrai, pourquoi les autres pratiquants du dharma ne sont-ils pas comme toi? Même s'ils ne sont pas complètement identiques à toi, il devrait au moins y avoir quelques similitudes. Je n'ai même jamais entendu parler de ce style de pratique que tu fais. Pendant ce temps, elle me donnait du vin et de la nourriture. Après avoir mangé la nourriture, j'ai immédiatement ressenti sagesse et clarté. Cette nuit-là, ma pratique s’est améliorée de façon spectaculaire.


" Après le départ de Peta le lendemain matin, mon corps et mon esprit ont fait l'expérience d'un bonheur sans précédent et d'une douleur aiguë. Toutes sortes de bons et de mauvais changements et de bons et de mauvais présages sont apparus dans mon esprit. Bien qu’ayant pratiqué dur la claire observation, cela n’a pas aidé. Quelques jours plus tard, Dzese a apporté beaucoup de beurre vieilli, de viande conservée et un pot de bon vin. Elle est venue avec Peta au moment même où j’allais sortir chercher de l'eau. En revenant de chercher de l'eau, parce que je n'avais presque pas de vêtements, juste un corps nu et verdâtre, elles se sont sentis gênées de me voir. Elles ont tourné la tête et restaient à l'écart. Elles ont commencé à pleurer.


" Après que je sois entré et que je me sois assis, elles m'ont toutes deux donné de la farine d'orge, du beurre, du vin et de la viande.


"Peta m'a dit : 'Frère, à tous points de vue, tu ne ressembles pas à un humain. Que dirais-tu de sortir et de manger de la nourriture humaine? Et je vais essayer de t’apporter des vêtements.'


" Dzese a poursuivi: 'Quoi qu'il en soit, tu dois aller chercher de la nourriture. Je vais aussi réfléchir à des moyens de te procurer des vêtements.'


" J'ai répondu: 'Je ne sais pas quand je vais mourir. Sortir pour des aumônes n’est que perte de temps et n'a pas de sens. Même si je mourais de froid ou de faim, j'aurais perdu ma vie pour le dharma et je n'aurais aucun regret. On peut abandonner sa pratique en se précipitant pour chercher des vêtements et de la nourriture et travailler dur pour accumuler une fortune. On peut bien manger, bien se vêtir, et profiter de fêtes et de boissons avec parents et amis. On peut passer une vie à chanter et discuter de sujets aléatoires, à rire et à plaisanter au fur et à mesure qu'on avance dans sa maigre existence. Ce mode de vie gaspille une précieuse vie humaine et je suis absolument contre. Donc, vous n'avez pas besoin de me trouver de vêtements, et je ne vais pas faire l'aumône. Que chacun de nous prenne soin de lui-même !'


" Peta a répondu: 'C'est pratiquement comme si tu cherchais à souffrir. Je ne sais pas comment tu seras satisfait. On dirait que tu n'as pas d'autre moyen de te tourmenter et de te faire souffrir toi-même! '


" J'ai dit : 'Ce n'est pas grave. Les trois royaumes inférieurs sont une vraie souffrance. Mais les êtres sensibles commettent facilement des actes répréhensibles. Ceux qui se font souffrir sont vraiment trop nombreux pour être mentionnés. Je suis déjà assez satisfait de ma situation actuelle.' J'ai ensuite chanté une chanson sur la satisfaction pour elles deux.


" En entendant ma chanson, Dzese a été très impressionnée et a dit: 'Ce que tu as dit plus tôt est exactement ce que tu fais maintenant. C'est vraiment admirable !'


" Peta a répondu: ' Peu importe ce que dit mon frère, mon cœur ne peut vraiment pas supporter qu'il n’ait ni vêtements ni nourriture. Je ferai tout pour te procurer un vêtement. Tu dis que tu n'iras pas chercher nourriture ou vêtements à cause de ta pratique, et que tu n'auras aucun regrets, même si tu meurs. Mais avant que tu ne meures, il me faut quand-même trouver un moyen de te procurer de la nourriture et des vêtements. '


" Elles sont ensuite parties ensemble.


" Après avoir mangé de la bonne nourriture, l'aiguillon de la souffrance et de la joie, ainsi que le dérangement venant des pensées sont devenus de plus en plus graves. Plus tard, je ne pouvais quasiment plus continuer à pratiquer. J'ai ouvert la lettre du maître et l'ai lue. Il contenait toutes sortes de versets sur la manière de supprimer les obstacles et d'augmenter les avantages, ainsi que transformer la faute en mérite et en vertu. Le Maître m'a spécifiquement rappelé que je devais manger de la bonne nourriture maintenant. Mon travail acharné dans la pratique avait amené les facteurs essentiels du corps physique (la terre, l'eau, le feu et l'air, également connus sous le nom de Quatre grands éléments) à se rassembler dans mes canaux d'énergie. Parce que ma nourriture était trop faible, je n'avais pas l'énergie pour les dissoudre.


" J'ai donc bu un peu du vin de Peta et mangé la nourriture que Dzese avait apportée. En suivant les instructions de la lettre, j'ai beaucoup travaillé pour pratiquer l'esprit, l'énergie et la visualisation. De petits canaux d'énergie se sont ouverts, de même qu'un canal d'énergie central situé près du nombril. Une sensation sans précédent de bonheur, de clarté et de non-conceptualité s'est manifestée. Le royaume était au-delà de la description. La compréhension et la réalisation distinctes du mérite et de la vertu étaient fermes et profondes, et elles pouvaient transformer la faute en mérite et en vertu. J'ai fini par comprendre clairement que tous les dharma, y compris la réincarnation et le nirvana, ont des relations karmiques. Les actes répréhensibles mènent à la réincarnation, tandis que la gentillesse et la libération aboutissent au nirvana. Un mérite et une vertu distincts commencent par des pratiques ardues et de bonnes actions, et ils sont aidés par de la nourriture et des versets avancés. Ils se confondent au fur et à mesure que les opportunités se présentent. J'ai donc acquis une grande confiance dans l'utilisation du Mantrayana. Je savais aussi profondément que le mérite et les vertus de Peta et de Dzese qui fournissaient la nourriture étaient inimaginables. Pour leur rendre hommage, j'ai fait un vœu spécifique de dévouement à la Bodhi.


" J'ai continué à travailler dur à pratiquer la cultivation et me suis progressivement retrouvé capable de changer de corps à volonté pendant la journée. Je pouvais aussi monter dans les airs et démontrer toutes sortes de pouvoirs surnaturels. Dans les rêves la nuit, j'ai pu voyager au sommet du monde et fracasser des montagnes. Après m'être transformé en centaines de corps de transformation, je pouvais aller sur les terres pures des bouddhas pour écouter le dharma ou enseigner à d'innombrables êtres. Mon corps était capable d'entrer et de sortir de l'eau ainsi que du feu, avec toutes sortes de transformations surnaturelles inimaginables. Très heureux dans mon cœur, je les ai essayées tout en continuant à pratiquer. Peu de temps après, j'ai pu voler librement. J'ai volé au sommet d'une montagne pour méditer pour une observation claire et j'y ai produit une chaleur sans précédent de Tummo.


" Alors que je retournais à Drakar Taso en volant, je suis passé par un petit village et j'ai vu un père et son fils labourer un champ. Le père, appartenant à la même bande de canailles que mon oncle, bêchait pendant que le fils labourait avec un yak. Le fils a levé les yeux et m’a vu voler dans le ciel. Il a immédiatement appelé: 'Père, regarde ! Quelqu'un vole dans le ciel! Il a oublié de labourer et a continué à regarder comment je volais. Son père a répondu : 'Pouah! Ce n'est pas la peine de regarder. Nyangtsa Kargyen de Kyangatsa avait un fils démon. Il mourait de faim, mais il n'est pas mort de faim. Les gens l'appellent Demon Mila. Je pense que c'est lui. Ne laisse pas son ombre te couvrir et continues à labourer." Pour éviter mon ombre, le vieux bougre s’esquivait partout. Le fils a dit: 'C'est tellement amusant de voir une personne vivante voler ! Si je pouvais voler, même si je tombais et me cassais les jambes, je voudrais tout de même le faire. ' Il a donc arrêté de labourer le champ et m'a simplement regardé dans le ciel.


" À ce moment-là, j'ai eu la pensée que j'avais déjà la capacité de faire des choses pour bénéficier aux êtres, alors je devrais répandre le dharma parmi les gens. Mais une divinité s'est manifestée et m'a dit : 'Suivre les instructions du Maître pour cultiver toute votre vie est la bonne chose à faire. Il n'y a rien d'autre dans ce monde qui puisse mieux diffuser le dharma et bénéficier le plus aux êtres sensibles que votre dharma de pratiquant. ' J'ai réalisé qu'en passant toute ma vie à pratiquer, je pouvais servir d'exemple aux futurs pratiquants. Cela offrirait un grand avantage aux êtres vivants et aux méthodes d'enseignement à l'avenir. Alors j'ai décidé de continuer à méditer dans les montagnes.


" J'ai alors pensé: ' J'ai vécu ici pendant de nombreuses années. De plus en plus de gens ont appris à me connaître. Cet enfant m'a vu voler aujourd'hui et je crains que plus de gens ne commencent à venir ici. Si je continue à rester ici, je tomberais probablement dans les huit préoccupations mondaines. Tenté par les démons, la renommée et la réputation, je ne réussirais probablement pas à la fin. Il serait préférable d'aller pratiquer à Chubar, un lieu sacré prophétisé par le maître. Portant le pot en argile pour la cuisson de l'ortie, j'ai quitté Drakar Taso.


" Du fait de la pratique ascétique pendant longtemps, j'étais physiquement faible. Les vêtements déchirés que je portais traînaient par terre et je suis tombé accidentellement sur le bord de la route. La corde s'est cassée et le pot a été brisé. Un tas d'orties vertes et fraîches qui se trouvait à l'intérieur du pot était éparpillé sur le sol. Voyant cela, j'ai pensé au principe de l'impermanence et j’ai eu une plus forte détermination à quitter ce monde terrestre. Au dos d'une colline, je suis tombé sur un chasseur qui mangeait quelque chose. Il s'est approché de moi. En me voyant tenir les morceaux du pot, il a demandé: 'Le pot d’argile est déjà cassé. Pourquoi le portez-vous toujours? Votre corps est si maigre et semble verdâtre. Qu'est-il arrivé?'


" Je lui ai brièvement raconté mon voyage de cultivation. Il a répondu: 'C'est magnifique! Pourquoi ne pas monter la colline et prendre un repas avec nous ? Je l’ai suivi jusqu'à la colline où plusieurs chasseurs étaient assis. L'un d'eux a dit: 'Hey, mon ami. J'ai vu que tu as de très beaux yeux. Si tu utilisais tes méthodes de pratique ascétique sur quelque chose dans la société, tu monterais certainement un joli cheval ressemblant à un lion et aurais le meilleur bétail et des serviteurs. Pendant que tu jouirais d'une grande richesse, personne n'oserait profiter de toi et tu vivrais très confortablement. Ou, du moins, tu pourrais faire des affaires pour subvenir à tes besoins et avoir une vie confortable. Même si ta malchance persistait et que tu ais à rester avec quelqu'un en tant que serviteur, tu aurais de quoi manger et des vêtements pour te garder au chaud. Ce serait bien mieux que ce que vous avez maintenant. Peut-être ne savais pas tu que faire avant, mais suis mon conseil dorénavant et ce sera assurément bien pour toi. '


" Un autre vieil homme a continué: 'Allez ! Arrête ça ! Ne dis pas de bêtises. Il semble être un vrai pratiquant et n'écoute pas les gens mondains comme nous. Arrête de jacasser. Hé, monsieur, votre voix est belle. Pourriez-vous s'il vous plaît nous chanter une chanson?'


"J'ai répondu: 'En me regardant, vous pensez que je suis le plus malheureux. Mais dans ce monde, vous ne pouvez probablement pas trouver quelqu'un qui est plus béni et a une vie plus heureuse que moi.'


" J'ai quitté les chasseurs et me suis rendu à Chubar. Après être arrivé à Dingri, je me suis arrêté au bord de la route et me suis allongé pour me reposer un moment. Plusieurs filles sont passées,
magnifiquement vêtues pour une assemblée du dharma. En voyant mon corps émacié, une fille a dit: 'Venez voir ! Quelle personne pitoyable! Nous devrions faire le vœu de ne pas avoir de tels corps dans nos prochaines incarnations.'


"Une autre fille a dit: 'Quelle pauvre personne! Quiconque le voit se sentira triste.'


" Elles ne savaient pas que je pensais en moi-même: 'Ces êtres ignorants sont si pitoyables !' Je n’ai pu retenir un fort sentiment de pitié pour elles. Je me suis levé et j'ai dit: 'Hey, s'il vous plaît, ne parlez pas comme ça. Et il n'y a pas besoin de se sentir désolé pour moi. Honnêtement, même si vous faisiez le vœu d’avoir un corps humain comme le mien, il pourrait être difficile d’en obtenir un. Vous me trouvez pitoyable? Avez-vous pitié de moi? Laissez-moi vous dire ceci, les points de vue erronés sont vraiment pitoyables et l'ignorance est vraiment pitoyable.'


" Une des filles a dit à celle qui se tenait à côté d'elle: 'C'est Milarepa ! Nous avons seulement regardé les autres et ne nous sommes pas regardées. Nous avons dit des choses inappropriées, alors demandons-lui son pardon et faisons un voeu.'


" Deux d'entre elles sont ainsi venues me voir en se prosternant et en demandant pardon. Elles m'ont offert sept coquilles en offrande. Les autres filles se sont également prosternées devant moi et m'ont demandé de leur enseigner le dharma.


" Après mon arrivée à Drin, je me suis renseigné en détail sur la situation à Chubar et Kyipuk et j'ai décidé de méditer à Kyipuk Nyima Dzong (citadelle de Pleasant Sun). J'y suis resté quelques mois et mon éveil s'est rapidement amélioré. Les habitants de Drin me donnaient souvent de la nourriture comme offrandes. De temps en temps, plusieurs personnes venaient me rendre visite. J'ai peu à peu commencé à sentir que cela pouvait entraver ma méditation, alors j'ai pensé à méditer dans une montagne éloignée, comme le maître m’en avait instruit plus tôt.


" À ce moment-là, Peta avait trouvé de la laine et tissé une balle de laine. Elle l'a apporté à Drakar Taso, mais j'étais déjà parti. Elle s'est alors renseignée à mon sujet. Quelqu'un lui a dit: 'Il y avait un yogi qui ressemble à un insecte ortie, et il s'est dirigé vers le sud.' Sachant que c'était moi, elle s'est dirigée vers le sud pour me retrouver. Sur la route, elle a vu par hasard lama Bari Lotsawa en train de tenir une assemblée du dharma. Le siège du lama avait plusieurs couches de nattes et un grande ombrelle avec des banderoles en soie colorées qui étaient suspendues au-dessus de sa tête, ondulant dans le vent. Les jeunes disciples du lama sonnaient des trompettes en coquillage triton ou buvaient du vin ou du thé. L’assemblée était animée et remplie de participants. En voyant cela, Peta a pensé : 'Quand d'autres personnes apprennent le Dharma, elles peuvent profiter de telles festivités. Mais ce que mon frère apprend est vraiment inhabituel. Hormis chercher la souffrance pour lui-même, il n'en profite pas du tout. Il est même soumis au ridicule des autres et même les membres de sa famille perdent la face. Quand je verrai mon frère cette fois, je dois vraiment avoir une bonne conversation avec lui. J'espère qu'il deviendra un disciple de ce lama.'


" À l'assemblée, Peta a demandé où je me trouvais et quelqu'un lui a dit que j'étais à Kyipuk. Elle a voyagé à travers Drin et m'a trouvé à Kyipuk. Au moment où elle m'a vu, Peta a dit: 'Frère, le dharma que tu étudies ne donne rien à manger à personne ni aucun vêtement à porter. C'est très honteux et je me sens disgraciée. Entre autres choses, tu n’as rien pour couvrir le bas de votre corps. Ça a l’air très laid. Maintenant, s'il te plaît, prends cette laine et fais-en un tablier !’


" 'Regarde ceux qui apprennent le dharma. Regarde Lama Bari, qui a un siège avec plusieurs couches de tapis et qui était couvert d’une grande ombrelle. Il porte de la soie et du satin et boit du thé et du vin. L'assemblée a attiré une foule bruyante et ses disciples soufflaient dans des coquilles de triton entourés d'innombrables offrandes. Cela profitera vraiment aux êtres, à la famille et aux amis, et tout le monde sera satisfait. Je pense donc qu'il est le meilleur pratiquant du dharma parmi tous les pratiquants. Peux-tu essayer de devenir son apprenti ? Même si tu étais le lama le plus jeune, tu vivrais confortablement. Sinon, mon frère, pense à ton dharma et à ma vie. Je crains que nous deux, frère et sœur, ne vivions pas longtemps.' À ces mots, elle se mit à sangloter bruyamment.


" J'ai dit à Peta: 'S'il te plaît, ne dis plus ça. Toi et les autres pouvez penser qu'il est honteux pour moi d'être nu. Mais je pense que c'est le corps que tout le monde a, et l'exposer n'est pas honteux. J'étais comme ça quand mes parents m'ont amené dans ce monde, alors pourquoi est-ce honteux? Certaines personnes savent qu'il y a des crimes que nous devrions éviter mais continuent à commettre des actes répréhensibles et à inquiéter leurs parents. Ils volent les biens des Trois Joyaux. Pour satisfaire leurs désirs égoïstes, ils emploient toutes sortes de méthodes pour tromper les êtres vivants, en se blessant et en blessant les autres. Les dieux méprisent les gens comme eux et ce type de conduite est vraiment honteuse. Ils sont pécheurs non seulement dans cette vie, mais aussi dans le futur. De plus, tu penses que le corps venant de nos parents est honteux, mais lorsque nos parents t'ont amené dans ce monde, ta poitrine n'avait pas ces deux gros seins. Pourquoi as-tu aussi honte de ces seins maintenant ?


" 'Tu penses que j'ai pratiqué dans des conditions ascétiques, sans nourriture ni vêtement, parce que je ne pouvais pas trouver de nourriture ni de vêtements. C'est faux. La raison pour laquelle je pratique de cette façon est que, premièrement, j'ai peur de souffrir dans les Trois Royaumes inférieurs deuxièmement, je considère la réincarnation comme effrayante comme jeter une personne vivante dans un gouffre de feu. Le chaos dans ce monde terrestre, avec des gens qui se disputent la gloire et le gain, et ces huit préoccupations mondaines, me dégoûte. Pour moi, ils sont aussi détestables et nauséabonds que la puanteur de la nourriture vomie par un patient malade. Quand je vois ces choses, c'est comme voir la chair de ses propres parents assassinés et mon cœur est rempli d'un chagrin indescriptible. La troisième raison est que maître Marpa m'a demandé d’abandonner les huit préoccupations mondaines et le chaos, quels que soient la nourriture, les vêtements, et les commentaires des autres. Il m'a demandé de vivre dans une montagne inhabitée et isolée et d'abandonner tout espoir et toute pensée pour cette vie, en me consacrant à la cultivation. Donc, ma pratique ascétique suit en réalité les enseignements du maître.


" Tout en obéissant aux instructions du maître de pratiquer, je bénéficie non seulement à moi-même, mais également à tous les êtres dans le long terme. Nous vivons dans ce monde et pouvons mourir à tout moment. Plutôt que d'être dérangé par les huit préoccupations mondaines, je préférerais chercher la libération ultime. Devenir un apprenti de Lama Bari, comme tu l’as dit, est en effet ridicule. Si je voulais accomplir quelque chose dans cette société, je serais au moins aussi bon que Lama Bari. Parce que je veux atteindre la boddhéité dans cette vie, j'ai choisi la pratique ascétique. Soeur Peta, tu devrais également oublier les huit préoccupations mondaines et bien étudier le dharma. Viens avec ton frère cultiver dans les montagnes enneigées. À l'avenir, les avantages pour nous et les autres êtres sensibles illumineront partout comme le soleil. '


" Entendant mes paroles, Peta a répondu : 'Les huit préoccupations mondaines que tu as mentionnées sont le bonheur dans ce monde humain! Nous, frère et sœur, n'avons pas besoin de les abandonner! Tu sais clairement que tu ne peux pas obtenir ce dont dispose Lama Bari, mais tu as délibérément formulé de nombreuses remarques grandioses pour le dissimuler. Tu veux que je gèle dans les sommets enneigés, sans nourriture à manger et sans vêtements à porter? Je ne ferai pas ça ! Je ne sais pas où je vais aller dans le futur. Mais frère, s'il te plaît, ne cours pas partout comme un cerf paniqué poursuivi par un chien. Pourquoi ne pas simplement rester ici? Tu peux cultiver et je pourrai te trouver facilement. Les gens ici semblent croire en toi. Le mieux est donc de vivre ici pendant longtemps. Ou s'il te plaît, reste au moins quelques jours ici et commence par faire un tablier avec la laine pour couvrir le bas de ton corps. Je vais partir maintenant et reviendrais d’ici quelques jours.’


" De cette manière, j'ai promis à Peta de rester là quelques jours de plus. Elle est sortie pour mendier de la nourriture à Drin.


" Après le départ de Peta, j'ai divisé le tissu de laine en quelques morceaux. À partir d’un gros morceau, j’ai fabriqué un grand chapeau qui pourrait couvrir toute ma tête. Avec un autre morceau j'ai fait une paire de chaussures. J'ai transformé le troisième morceau en vingt fourreaux, dix pour mes doigts et dix pour mes orteils. J'ai également fabriqué une gaine pour mes parties intimes.


" Quelques jours plus tard, Peta est revenue et m'a demandé si j'avais cousu les vêtements. J'ai dit que c'était fait et je lui ai montré les gaines.


" Elle les a vues et a crié: 'Frère! Tu n'es pratiquement même pas humain! Tu n’as pas honte ! J'ai travaillé si dur pour mendier de la nourriture, puis j'ai échangé cette nourriture contre du tissu de laine et tu l'as transformée en lambeaux. Tu as tout gâché! Parfois, tu sembles si occupé à pratiquer que tu n’as pas de temps libre. Où as-tu trouvé le temps pour une telle blague? Pouah! Tu n’as vraiment rien d’un humain.'


" J'ai répondu: 'Je suis une personne droite et qui fait quelque chose de significatif. Je sais très clairement ce qui est honteux, alors j’ai bien obéi à tous les préceptes et serments. Tu penses, sœur, que mes parties intimes exposées, ça n’a pas l’air beau et tu as honte, mais je ne peux pas les couper. Donc, bien que cela ait pris une partie de mon temps consacré à la cultivation, j'ai patiemment fabriqué ces gaines pour te satisfaire. Je pensais aussi que si exposer les parties saillantes de la partie inférieure de mon corps était honteux, alors tous mes doigts, pieds, orteils et tête, toutes ces parties saillantes, seraient également honteuses si elles étaient exposées. Alors j'ai fait des gaines pour toutes. Je n'ai pas gaspillé la laine. J’ai juste utilisé la laine pour fabriquer des gaines couvrant la honte. En fait, tu sembles savoir mieux que moi ce qui est honteux. Si mes parties intimes sont honteuses, alors qu’en est-il des tiennes ? Qu'en est-il de ces gens qui accumulent une fortune honteuse? En entendant mes mots, elle n'a rien dit. Elle était tellement en colère que son visage est devenu bleu et un peu grisâtre.


" J'ai poursuivi: ' Les gens de ce monde considèrent ce qui n’est pas honteux comme honteux et ce qui est honteux comme normal. Ils blessent et trompent les gens, commettant du karma et pêchant, et ne pensent pas que c'est honteux. '


" Le visage de Peta était toujours bleu et grisâtre. En me remettant la nourriture et le beurre de sa mendicité, elle a dit: ' Tu n'acceptes jamais de faire ce que je te dis de faire. Mais je ne peux toujours pas laisser mon frère ici comme ça. S'il te plaît, mange ça et je descends la montagne pour avoir plus de nourriture. Elle était sur le point de partir et je me suis dit: le cœur de Peta ne peut-il vraiment pas être sauvé par le dharma ?' Alors je lui ai dit: ' Ne sois pas pressée. Tu peux rester ici jusqu'à ce que cette nourriture soit terminée. Pendant le temps que tu resteras ici, même si tu ne pratiques pas le dharma, tu peux éviter de commettre du karma en bas de la montagne. Restes ici quelques jours, s'il te plaît.'


" Ainsi Peta est restée. Durant ces jours, j'ai fait de mon mieux pour lui expliquer le principe des bonnes actions et des récompenses, ainsi que du karma et de la rétribution. Elle a progressivement commencé à comprendre le dharma bouddhiste. Son humeur a également un peu changé. "


(À suivre)


Version chinoise :
密勒日巴佛修炼故事(九

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.