“Lettre de Masanjia” tire des larmes au public du Festival du film de Cambridge

Letter from Masanjia, un documentaire sur la brutalité contre les pratiquants de Falun Gong dans les camps de travail chinois, a récemment été projeté lors du Festival du film de Cambridge les 26 et 28 octobre 2018. Leon Lee. Le réalisateur a observé que le film avait ému aux larmes de nombreux spectateur.


L’organisatrice : Un message fort

Iris Ordorñez, organisatrice du festival, a dit qu'elle avait choisi Letter from Masanjia parce qu'elle avait toujours été passionnée par les sujets liés à l'humanisme, et qu'en particulier, ce documentaire relayait un message fort avec derrière lui de puissants éléments spirituels.


Mentionnant que le film parlait de gens ordinaires, dont les actions pourraient sembler insignifiantes mais ont eu un impact énorme, il pouvait pensait-elle inspirer d'autres gens à faire de bonnes choses ayant une influence positive sur la société. Elle a exprimé l'espoir qu'un plus grand nombre de personnes puissent voir le film et changer le statu quo en Chine.


Un professeur australien : La torture dépasse l’imagination

John Hodges, un professeur de neurosciences à la retraite originaire d'Australie, a déclaré avoir déjà travaillé à l'ambassade de Chine à Sydney. Ayant vu des pratiquants de Falun Gong manifester devant l'ambassade, il était heureux d'en apprendre davantage sur la situation en Chine.


Il était au courant de la répression en Chine, mais ne savait pas que la torture était si grave et brutale.


John Krich, écrivain et journaliste, a déclaré que le documentaire l'avait aidé à mieux comprendre le Falun Gong, qui avait été vilipendé par le Parti communiste chinois. Il a dit que le film décrivait une croyance spirituelle forte, qui méritait son respect envers les pratiquants de Falun Gong.


Un journaliste: Le Parti communiste est peu susceptible de changer

Philip Ward s'est dit très impressionné par le film. Sun Yi, le personnage principal de Letter from Masanjia, inspirera probablement les gens à témoigner contre les dommages causés par le communisme.


"Il est peu probable que le Parti communiste change ", a déclaré M. Ward. Bien que le système des camps de travail ait pris fin, d'autres moyens ont été utilisés par le régime pour persécuter les gens.


David, un autre membre de l'auditoire, a rappelé que le communisme est une idéologie dangereuse. "Il a forcé le peuple chinois à s'incliner devant son pouvoir par la violence et la torture. Le communisme a échoué dans de nombreux pays, et c'est une idéologie qui n'est pas viable", a-t-il ajouté.


Le réalisateur : Une petite action mais un énorme impact

 
Leon Lee, LE réalisateur de Letter from Masanjia pose à côté d'une affiche pour le documentaire pendant le Festival du Film de Cambridge.


Le réalisateur Lee a dit que beaucoup de gens lui ont demandé, après avoir vu le film, comment ils pouvaient aider. "J'ai été ému parce que cela signifie que nos efforts n'ont pas été en vain. Cela montre aussi le pouvoir de la vérité. Quand les gens me demandent comment ils peuvent aider, je sais qu'en apprenant ce qui se passe en Chine, ils veulent faire quelque chose pour régler ce problème.”


Lee a attribué les retours positifs à la persévérance de Sun, à laquelle le public a pu facilement s'identifier. D’un autre côté, même si ce que Julie, dans le film, a fait peut sembler banal, l'effet a été très bon.


Il a dit qu'il espérait qu'un plus grand nombre de personnes en seraient informées et en parleraient à d’autres. "Julie est une citoyenne américaine et c'est ce qu'elle a fait dans le film. Si vous rencontrez des situations similaires, que feriez-vous ?" "Bien sûr," a poursuivi Li " nous n'avons pas reçu une telle lettre. Mais en regardant le film et en apprenant ce qui se passe, n'est-ce pas comme si on avait aussi reçu une lettre SOS ?"


Version anglaise :
“Letter from Masanjia” Brings Tears to Audience at Cambridge Film Festival

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.