L’Histoire de cultivation de Bouddha Milarepa (7e partie)

 



Il y a eu tout au long de l'histoire dans les Himalayas de nombreux aspirants spirituels. La population y mène une vie simple et modeste, et tout le monde chante et danse. Ils vénèrent aussi le Fa de Bouddha. Voici presque un millénaire, il y avait dans cette région un pratiquant nommé Milarepa. Alors que la multitude de Bouddhas et de Bodhisattvas avaient nécessité de nombreuses vies et traversé de nombreuses calamités avant de cultiver jusqu'à l'accomplissement, Milarepa a atteint une vertu majestueuse équivalente en une seule vie et est devenu ultérieurement connu comme le fondateur de la Secte Blanche du Bouddhisme tibétain.


(Suite de la 6e partie)


Rechungpa a demandé au Vénérable Milarepa, " Maître, avez-vous suivi les instructions de maître Marpa et vécu là pendant quelques années? "


Le Vénérable a répondu : " Je n’y suis pas resté si longtemps. Après avoir vécu là-bas un moment, je suis retourné dans ma ville natale. Je vous raconterai la raison pour laquelle je suis retourné chez moi. "


" Tout en méditant dans l’isolement, j’ai pratiqué diligemment dans la tranquillité et fait de grands progrès. Je n’avais jamais dormi, mais un matin je suis devenu somnolent et je me suis endormi. J’ai rêvé que je retournais chez moi à Kyangatsa. J’ai vu que ma maison, celle avec quatre piliers et huit poutres, était tombée en ruine comme l’oreille d’un vieil âne. Le trésor de la famille le plus inestimable, le Soutra Maharatnakuta, était trempé et était devenu insupportablement abîmé par les eaux de pluies. La terre du Triange d’Orma était entièrement recouverte de ronces et d’herbes grimpantes. Ma mère était morte, et ma sœur était devenue une mendiante qui errait dans une région lointaine. Pensant aux tragédies que j’avais vécues depuis mon enfance et incapable de voir ma mère depuis de si nombreuses années, j’avais le coeur extrêmement affligé. J’ai pleuré et appelé : ‘Mère ! Peta ma soeur!’ Je me suis réveillé en pleurant et mes vêtements mouillés de larmes. Pensant à ma mère, je n'ai pas pu retenir mes larmes et j’ai décidé de rentrer pour la voir.


" A l’aube, j’ai descellé l’entrée de la grotte sans réfléchir et suis allé dans la chambre de mon maître pour avoir sa permission de retourner dans ma ville natale. Le Maître dormait, et je me suis agenouillé devant son lit pour le lui expliquer.


" Le Maître s’est réveillé.


" À cette heure, la lumière du matin brillait à travers la fenêtre et atteignait la tête de maître Marpa sur son oreiller. Entre temps, sa femme est entrée avec le petit-déjeuner. Maître Marpa m’a demandé : ‘ Fils, pourquoi es-tu soudainement sorti de ta méditation? Était-ce un démon perturbateur?’ Retourne rapidement pratiquer dans la tranquillité !’


" J’ai raconté mon rêve au maître et lui ai dit à quel point je pensais à ma mère.


" Le Maître a dit : ‘ Fils, la première fois que tu es arrivé ici, tu as dit que tu n’étais plus concerné par ta famille ni par les villageois. De plus, tu as quitté ta ville natale depuis de si nombreuses années. Même si tu devais y retourner, tu pourrais ne pas être en mesure de voir ta mère. Tout comme pour les autres personnes, je ne suis pas sûr que tu puisses tomber sur eux. Tu as vécu de nombreuses années à Ü-Tsang et puis pas mal années chez moi. Si tu es déterminé à y retourner, je peux t’autoriser à partir. Tu as fait mention de retourner dans ton village puis de revenir ici plus tard. Tu peux penser de la sorte, mais cela ne marchera probablement pas. Quand tu es entré, je dormais. C’est un signe que nous pourrions ne pas nous revoir dans cette vie!’


" ‘Cependant, le soleil a éclairé ma chambre, signifiant que ton dharma brille dans les dix directions tel le soleil du matin. En fait, le haut de ma tête baignait dans le soleil, signifiant que ton dharma se répandra et prospérera. Par coïncidence, Dakmema est entrée avec de la nourriture, indiquant que tu devrais être en mesure de te nourrir toi-même avec la Samaya [voeux et préceptes].


" ‘Pouah ! Il semble que je n’ai pas d’autre choix que de te laisser partir. Dakmema, s’il te plait prépare une bonne offrande.’


" Après que la femme du maître ait préparé l’offrande, le maître a créé un mandala et a exécuté un abhisheka pour moi avec le chemin mûri oralement par les dakinis. Il m’a également accordé tous les versets inédits à propos de la libération.


" Le Maître a dit : ‘Oh, ces versets étaient la prophétie du Vénérable Naropa, et il m’a demandé de te les enseigner. Tu devras suivre les prophéties des dakinis et transmettre ces versets à un disciple ayant les meilleures qualités innées jusqu’à la treizième génération.’


" ‘Si quelqu’un enseigne ce dharma pour de l’argent, le renom, le respect, ou pour des préférences personnelles, c' est en violation des instructions des dakinis. Tu devrais chérir spécialement ces enseignements oraux et pratiquer en accord avec ces versets. Si tu rencontres un disciple avec une très bonne qualité innée, même si il est pauvre sans aucun bien matériel pouvant servir d’offrande, tu devras néanmoins lui prodiguer un abhisheka et des versets, et l’aider pour qu’il puisse diffuser le dharma. Puisque toutes les sortes de tourments qu’a fait subir maître Tilopa à maître Naropa, ou toutes les sortes de souffrances auxquelles je t’ai soumis, ces méthodes ne sont d’aucun bénéfice pour ces gens de piètre qualité innée. Donc, s’il te plaît ne les utilise plus jamais. Aujourd’hui, même en Inde, la pratique du dharma s’est relâchée. Donc ces méthodes très strictes ne sont plus appropriées au Tibet.


" ‘Il y a au total neuf séries de dharma des dakinis, et je t’ai enseigné quatre d’entres elles. En ce qui concerne les cinq restantes, un de mes disciples se rendra plus tard en Inde et les apprendra des disciples de Naropa. Elles bénéficieront énormément aux êtres, et tu devrais t’efforcer de chercher ce dharma.


" ‘Tu pourrais penser : Je suis très pauvre et n’ai pas d’offrande. Est-ce que le maître m’enseignera tous ces versets? Je t'en prie n’aies pas ces doutes. Tu sais, je ne prête pas du tout attention aux offrandes matérielles. Si tu travailles dur en pratiquant et utilises cela comme offrande, c’est le genre d’offrande que j’apprécie véritablement. Tu dois faire des efforts diligents et réussir !


"‘Je t’ai enseigné tout de l’unique dharma venant de Naropa et les enseignements oraux des dakinis. Maitre Naropa n'a enseigné ces versets qu'à moi seul et a aucun autre disciple. Je te les ai transmis, comme on transfère de l’eau d’une bouteille à une autre, sans en perdre une seule goutte. Pour te montrer que ce que j’ai dit est vrai et que je n’ai pas exagéré, j’en fais maintenant la promesse devant les maîtres, tous les Bouddhas et déités.’


" Sur ces paroles, il a placé sa main sur ma tête et a dit : ‘Fils, voyant que tu t’en vas cette fois, la tristesse envahit mon cœur. Mais tous les dharma conditionnés sont de toute façon éphémères. Il n’y a rien que je puisse faire. S’il te plaît ne t’empresses pas de partir. Reste ici encore pendant quelques jours pour revoir tous les versets. Si tu as des questions, demande moi et je pourrais t’aider là-dessus’.


" Suivant les instructions du maître, je suis resté quelques jours et ai balayé toute ma confusion. Le Maître a dit : ‘Dakmema, s’il te plaît prépare la meilleure offrande pour le départ de Mila’. La femme du maître a préparé les offrandes pour les maîtres, Bouddhas, Bodhisattvas, dakinis est les gardiens divins, aussi bien qu’un festin pour les frères vajra. Le Maître a pleinement fait montre de ses capacités. Il apparaissait parfois comme les déités de Hevajra, parfois comme les déités de Chakrasamvara et parfois comme les déités de Guhyasamaja. Ses magnifiques ornements incluaient une cloche de vajra, un pilon de vajra, une roue, des joyaux, des fleurs de lotus et une épée. Rouge, blanc et bleu, les sons Om, Ah et Hum. ( les mots Om, Ah, Hum sont les fondamentaux de tous les versets secrets, avec Om en rouge, Ah en blanc et Hum en bleu.) Les trois mots ont émis une intense lumière, avec toutes sortes de manifestations inédites. Maître a dit : ‘Ceux-ci ne sont tous que de simples pouvoirs supranormaux du corps. Même si ils peuvent être montrés sur une grande échelle, ils sont néanmoins des mirages fabriqués de peu d’utilité. Je les montre maintenant, Milarepa, parce que nous avons une fête d’adieu en ton honneur.’


" Voyant le maître avec une vertu semblable à celle des Bouddhas, j’étais extrêmement joyeux, pensant : ‘Je vais vraiment travailler dur dans la cultivation et également réussir à obtenir des pouvoirs supranormaux comme le maître.’


“Le Maître a demandé : ‘ As-tu vu? As-tu de la détermination maintenant?’


“J’ai répondu : ‘J’ai vu, Maître ! Je ne peux que devenir déterminé. Je veux travailler dur dans la cultivation-pratique et également obtenir dans le futur des pouvoirs supranormaux comme le maître.’
'

“Le maître a dit : ‘Oui, tu dois bien faire dans la pratique. S’il te plaît souviens toi que les enseignements que tu as appris de moi sont comme des illusions et pratique jusqu’à ce que tu atteignes ton propre royaume. Pour ce qui est des endroits où faire la cultivation-pratique, tu devrais utiliser les grottes dans les montagnes enneigées, les vallées escarpées et les forêts profondes. Parmi les grottes, tu peux aller dans les endroits où les maîtres Indiens pratiquaient ou à Lapchi Gangra, l’une des vingt-quatre terres sacrées. Il y a également Yolmo Gangra comme une prédiction dans le Soutra Avatamsaka, et Chubar de Drin, où les dakinis se réunissent souvent. Tous sont de bons endroits pour la méditation. De plus, d’autres endroits reculés sans personne peuvent également faire l’affaire s’il y a là une affinité prédestinée favorable. Tu devrais parvenir au succès en pratiquant dans ces endroits.’


“ ‘Il y a également des lieux sacrés en orient, mais la relation prédestinée n’est pas encore arrivée. Quand dans l’avenir tu diffuseras le dharma, certaines personnes apparaîtront dans ces endroits et y prospéreront.


“ ‘Tu devrais aller et pratiquer dans les endroits sacrés mentionnés tout à l’heure comme c’est prophétisé. Une fois que tu auras des accomplissements, ils sont également une offrande au maître, une récompense aux parents et un bienfait pour les êtres. À part le fait d’atteindre la Boddhéité, rien d’autre ne saurait être considéré comme la meilleure offrande, l’ultime retour de gratitude et la vraie bienfaisance pour autrui. Si une personne ne peut pas réussir, même si elle vit cent ans, elle aura simplement vécu plus longtemps en commettant plus de péchés dans ce temps de vie. Par conséquent, tu dois abandonner toute avarice dans la vie et n’avoir aucun désir pour ce monde terrestre. N’entre pas en contact avec les gens qui se complaisent dans les affaires mondaines ou qui s’engagent dans des discussions oisives à propos de choses sans importance. Plutôt, tu devrais t’efforcer d’avancer de tout ton cœur dans ta cultivation !’


“ Quand le maître a dit cela, il s’est mis à pleurer. Me regardant de manière compatissante, il a continué : ‘ Fils, comme ton père, je ne serais pas en mesure de te revoir dans ce monde. Je ne t’oublierai jamais. Ne m’oublie pas non plus. Si tu es capable de suivre mes paroles, nous nous rencontrerons assurément à l’avenir dans Dhagpa Khadro (l’une des terres pures). Fils, tu devrais être heureux !


“ ‘A l’avenir, quand tu pratiqueras, tu rencontreras une obstruction grave du flux d'énergie. A ce moment-là, tu peux ouvrir ceci et le lire. S’il te plait ne l’ouvre pas avant cela.’ Le Maître m’a donné une lettre scellée avec un cachet de cire. J’ai mémorisé par cœur les paroles du maître et ai ressenti leurs bienfaits au-delà de toute description. À chaque fois que je me rappelais des enseignements de maître, ma compassion grandissait, et je faisais des progrès dans la cultivation. La profonde grâce du maître est véritablement indescriptible !


“ Le Maître a ensuite dit à sa femme : ‘Dakmema, s’il te plaît prépare le voyage de demain de Mila Homme Puissant. Même si je me sens extrêmement triste, j'assisterai quand même à l'adieu. Fils, restons ensemble ce soir pour que nous, père et fils, puissions avoir une bonne conversation.’


“ Cette nuit-là, je suis resté dans la chambre du maître, tenant compagnie à lui et à sa femme. Sa femme était extrêmement triste et n’arrêtait pas de pleurer. Le Maître lui a dit : ‘Dakmema, pourquoi pleures-tu? Il a déjà appris du maître les versets des dakinis les plus profonds et il est sur le point d’aller méditer dans une grotte. Où y a-t-il de quoi pleurer? Les êtres sensibles ont une nature de Bouddha intrinsèque. Par ignorance, ils sont incapables de le réaliser et au lieu de cela meurent dans la douleur. En fait, ce sont ceux qui vivent dans ce monde humain mais qui ne suivent pas le dharma qui sont les plus pitoyables. C'est pour eux qu'on devrait se sentir mal. Mais si tu pleures à cause d'eux, tu devras pleurer toute la journée.’


“ La femme du maître a dit : ‘Tes paroles sont justes. Mais qui peut avoir une telle compassion ? Mon propre fils était exceptionnellement intelligent au regard du dharma tant mondain que supra mondain. Il aurait eu de grands accomplissements qui auraient bénéficié à lui et aux autres. Mais il est mort, et j’en ai été extrêmement affligée. Maintenant, avec ce disciple qui écoute toujours avec tant d’obéissance, qui n’a fait aucune erreur, et vit avec foi, sagesse et bonté, il est sur le point de partir. Je n’ai jamais eu auparavant un si bon disciple. Donc je ne peux retenir ma tristesse...' Avant qu’elle ait fini, davantage de larmes coulaient, et elle a commencé à sangloter à nouveau.


“ Je n’ai pas pu non plus m’empêcher de pleurer, et le maître utilisait continuellement sa main pour essuyer ses propres larmes. Nous ne voulions pas nous séparer, nous étions donc tous dans la peine et n’avions que peu de mots à dire. Donc cette nuit-là, en réalité, nous n’avons guère parlé.


“ Le lendemain matin, treize d’entre nous, maître et disciples, avons marché plusieurs kilomètres avec de la nourriture en offrande pour mon départ. Tout le monde était d’humeur mélancolique à cause des adieux. En arrivant à la ‘Pente de la diffusion du Dharma’, d’où on peut voir de très loin dans toutes les directions, nous nous sommes assis et nous sommes préparés pour un rituel de dévotion.


“ Le Maître m’a tenu les mains et a dit : ‘Fils, tu te diriges maintenant vers Ü-Tsang. Il y a beaucoup de voleurs dans Tsang, et j’ai pensé à envoyer quelqu’un avec toi. Mais pour des raisons karmiques, tu dois voyager tout seul. Bien que tu sois seul, je prierai pour la protection du maître, des déités, des dakinis et des gardiens. Tu n’as pas besoin de t’inquiéter et tout ira bien sur la route. Néanmoins, tu devrais être prudent.’


" ‘Tu peux tout d’abord aller chez Lama Ngokton et comparer les versets avec lui pour voir s’il y a de quelconques différences. De là, tu peux rentrer chez toi. Tu ne peux rester que sept jours dans ta ville natale. Après cela, tu devras aller méditer dans la montagne pour ton propre bénéfice et celui des autres.’


" La femme du maître a préparé des vêtements, un chapeau, des chaussures et de la nourriture pour mon voyage. Elle me les a donnés et a dit avec des larmes dans les yeux : ‘Fils, ce ne sont que des biens matériels. C’est la dernière fois que je te vois en tant que ta mère. Je te souhaite un voyage heureux et en sécurité. Promets moi s’il te plait que nous nous reverrons dans Oddiyana (la terre des dakinis) !’


" Après qu’elle ait fini de parler, la femme du maître s’est à nouveau mise à sangloter de chagrin.


Beaucoup de gens venus pour me dire au revoir étaient également en larmes. Je me suis sincèrement prosterné devant le maître et sa femme, touchant leurs pieds avec ma tête pour leur approbation, puis nous nous sommes séparés.


" Je regardais de temps en temps en arrière. e.


Tout le monde pleurait encore au moment des adieux, et je ne pouvais pas supporter de regarder en arrière. Les routes de montagne s'incurvaient lentement, et peu à peu, je n’ai plus pu voir le maître et sa femme.


" Après avoir marché pendant un moment et traversé un ruisseau, j’ai regardé en arrière. C’était trop loin pour voir clairement, mais je pouvais discerner le maître et les autres qui regardaient encore dans cette direction. Me sentant démoralisé, j’ai presque voulu revenir en courant. D’un autre côté, je savais que j’avais appris les versets pour la plénitude parfaite. Aussi longtemps que je ne commettrais pas des actes de mauvais karma, en pensant toujours au maître et en le vénérant, ce serait la même chose que si je restais avec lui. Je retrouverai assurément le maître et sa femme à Dhagpa Khadro. Cette fois, je peux d’abord rentrer chez moi et voir Mère.Je reviendrai alors rendre visite au maître, n’est-ce pas ? Donc, j’ai réprimé la tristesse dans mon cœur et j’ai marché pour aller chez Lama Ngokton.


“ Après avoir rencontré Lama Ngokton, j'ai comparé mes vers avec les siens. Il était meilleur que moi pour expliquer le Tantra et expliquer le dharma, mais je n'étais pas plus faible que lui sur les versets pour la pratique de la cultivation Surtout les enseignements oraux des dakinis, j'en savais plus que lui. Finalement, je me suis prosterné devant lui, j'ai fait un vœu et je suis rentré chez moi.


“ C’était à une distance de quinze jours de marche, mais j’y suis arrivé en trois jours. J’ai pensé : ‘L’effet de la méditation est vraiment stupéfiant!’ "


Rechungpa a demandé : " Maître, après que vous soyez revenu dans votre ville natale, était-elle similaire à celle dans le rêve? Avez-vous vu votre mère? "


Le Vénérable a répondu: “ La situation dans ma maison était la même que dans le rêve. Je n’ai pas vu ma mère. ”


Rechungpa a dit : “ À quoi cela ressemblait-il quand vous êtes revenu chez vous ? Avez-vous rencontré quelqu’un dans le village? "


“ Quand j’ai été proche de ma ville natale, je me suis arrêté à une rivière en amont du village, d’où ma maison pouvait être vue. Quelques enfants étaient là avec un mouton. Je leur ai demandé : ‘Amis, puis-je savoir qui vit dans cette grande demeure?’


" Un enfant plus âgé a répondu : ‘Elle est appelée la maison aux quatre piliers et huit poutres. À par les fantômes, personne ne vit là.’


“ ‘Est-ce que les propriétaires de la maison sont morts, ou sont-ils partis ?’


“ ‘Cette famille était auparavant la plus riche du village, et ils n’ avaient qu’un fils. Parce que le père est mort tôt et que ses dernières volontés n’ont pas été bien gérées, ceux de sa parenté ont pris à sa mort toute la richesse de la famille. Après que le fils ait grandi et demandé qu’on lui rende ses biens, ceux de sa parenté n’ont pas été disposés à le faire. Donc le fils s’est juré d’apprendre les incantations. Au moyen des incantations et d’une averse de grêle, il a tué beaucoup de gens et a apporté de graves dommages au village. Tout le monde dans notre village avait peur de ses divinités tutélaires. Nous n'osons pas jeter un coup d'œil à sa maison, encore moins la visiter ! Je pense que cette maison n'a plus maintenant que le cadavre de sa mère et des fantômes. Le fils avait une sœur cadette, très pauvre, qui a abandonné le corps de sa mère. Elle est allée mendier quelque part. Quant au fils, nous n'avons pas entendu parler de lui depuis de nombreuses années. On ne sait pas s'il est encore en vie. Quelqu'un a dit qu'il y avait beaucoup d'écritures dans la maison. Si vous êtes courageux, vous pouvez entrer et jeter un coup d’œil.’


“J’ai demandé au petit berger : ‘Depuis combien d’années tout cela s’est-t-il produit?’


“ Il a répondu : ‘Sa mère est morte il y a environ huit ans de cela. Je me souviens clairement des incantations et de l’averse de grêle. J’ai entendu les adultes dire d’autres choses quand j’étais très petit. Je ne m’en rappelle pas bien maintenant.’


“ J’ai pensé : ‘Les villageois ont été effrayés par mes divinités tutélaires et n’ont pas osé me faire du mal’. J’ai également appris que Mère était morte et que ma sœur était partie errer en faisant la mendicité. J’éprouvais dans mon cœur une profonde tristesse.


" À la nuit tombante, quand il n’y avait personne dans les environs, je suis allé à la rivière et j’ai pleuré pendant un long moment. Une fois l’obscurité tombée, j’ai marché dans le village, et tout était comme dans le rêve. Le champ à l’extérieur était rempli d’herbes et de ronces. La splendide maison et le hall familial d’antan pour l’adoration du Bouddha étaient déjà en ruine. En entrant à l’intérieur, j’ai trouvé les écrits du Soutra Maharatnakuta endommagés par les eaux de pluie avec des débris du mur et des fientes d’oiseaux dessus. Les écritures étaient presque devenues un nid pour les souris et les oiseaux.


“ Voyant tout cela et me rappelant ce qui s’était produit dans le passé, un fort sentiment de tristesse m’a envahi l’esprit. Je me suis approché de la porte et j'ai vu un gros monticule de terre recouvert de mauvaises herbes et enveloppé dans des vêtements déchirés. J'ai déplacé une partie du tas de terre avec mes mains et j'ai remarqué un tas d'os humains en dessous. J'étais initialement confus, puis j'ai réalisé que c'étaient les os de Mère. Ma gorge a été suffoquée par le chagrin, et mon cœur était en proie à une extrême douleur. Je me suis évanoui. Je suis revenu à moi peu après et me suis immédiatement souvenu des versets du maître. Par la visualisation, j'ai fusionné l'âme de la Mère avec mon cœur, et avec la sagesse des maîtres de la lignée orale. En plaçant ma tête sur les os de ma mère, j'ai entièrement concentré mon corps, ma parole et mon esprit sur le Mahamoudra Samadhi, n'osant pas rompre la concentration même légèrement. Cela a duré sept jours et sept nuits, et j'ai vu alors Père et Mère s'éloigner des royaumes inférieurs de la souffrance et se transcender en terres pures.


“ Après sept jours, je suis sorti de Samadhi. En y réfléchissant, j’ai réalisé que tout le dharma de la réincarnation était dénué de sens, puisque toute chose de ce monde est dénuée de sens. J’ai pensé à construire une statue de Bouddha avec les os de Mère et de placer le Soutra Maharatnakuta devant en offrande. Je voulais ensuite aller dans la grotte de Drakar Taso (la cave de la dent de Cheval en pierre blanche) pour travailler dur dans la cultivation nuit et jour. Si je n’étais pas déterminé et me laissais distraire par les Huit vents mondains (tristesse et joie, perte et gain, blâme et louange, succès et échec), je préférerais mourir que d’être tenté. Si mon cœur avait un tant soi peu de recherche de confort ou de bonheur, j’espérais que les dakinis et les gardiens divins prendraient ma vie. Je me le suis juré à moi-même résolument de nombreuses fois.


“ A la fin, j’ai ramassé les restes de mère, et après avoir nettoyé les fientes d’oiseaux sur le Soutra Maharatnakuta, j’ai trouvé que les dommages des eaux de pluie n’étaient pas si graves et que le texte était encore lisible. Transportant les os de Mère et le Soutra Maharatnakuta sur mon dos, mon cœur était dans une désolation extrême, et j’ai senti une forte détermination à quitter ce monde de réincarnation. J’ai décidé d’abandonner ce monde et de pratiquer diligemment le dharma juste. Passant la porte, mon cœur était rempli de tristesse. Tout en marchant, je chantais une chanson à propos d’être clair s'agissant de ce monde terrestre.


“ J’ai continué de chanter et de marcher jusqu’à atteindre la maison de l’enseignant qui m’avait appris à lire. Mais il était déjà décédé. J’ai donné la totalité des écrits du Soutra Maharatnakuta à son fils en tant qu’offrande et ai dit : ‘Ces écritures sont mon offrande pour vous. Pourriez-vous, s’il vous plaît créer une statue de Bouddha avec les restes de ma mère ?’


“Le fils de l’enseignant a répondu : ‘Non! Je ne peux pas accepter vos écrits parce qu’il y a des divinités tutélaires derrière eux. Mais je peux sculpter la statue de Bouddha pour vous.’


“ J’ai dit : ‘S’il vous plait ne vous inquiétez pas. Je vous l’ai donné personnellement en tant qu’offrande. Les divinités tutélaires ne vous embêteront pas.’


“ Il a dit : ‘Je suis alors rassuré’. Il a ensuite créé une statue de Bouddha avec les os de ma mère et de l’argile. Après un rituel de consécration, il l’a placée à l’intérieur d’une tour. Une fois tout cela terminé, il a dit : ‘S’il vous plaît restez ici quelques jours, et nous pourrons avons une bonne discussion’.


“ J’ai répondu : ‘Je n’ai pas le temps de parler avec vous trop longtemps. Je veux de toute urgence aller cultiver’.


“ Il a dit : ‘Et que diriez vous si je vous invite juste à rester ici avec moi pour une nuit ? Je dois encore vous approvisionner demain en nourriture pour votre cultivation-pratique’. J’ai donc accepté de rester là pour une nuit. Il a demandé : ‘Quand vous étiez jeune, vous avez appris des incantations et des sorts. Maintenant vous étudiez le dharma juste. C’est très bien, et vous aurez assurément dans le futur de grandes réussites. Pouvez-vous me dire quel genre de maîtres avez-vous rencontré et qu’avez-vous appris ?’


“ Je lui ai raconté en détail comment au début j’avais suivi la Branche Rouge du Lamaïsme et avais obtenu le Dzogchen dharma (la grande perfection) et avais plus tard appris de maître Marpa.


“ Il a entendu cela et a dit : ‘C’est stupéfiant. Si tel est le cas, vous pouviez suivre l’exemple de Marpa de trouver une maison et prendre votre fiancée Dzese pour femme. N’est-ce pas une bonne chose que de suivre la tradition de votre maître?’


“ J’ai répondu : ‘Maître Marpa s’est marié parce qu’il voulait que les êtres bénéficient de cette façon. Je n’ai pas cette aptitude.’ ‘Dans un endroit où un lion bondit, si un lapin surestime ses capacités et essaie de bondir, il fera assurément une chute à mort’. De plus, j’ai en horreur ce monde de réincarnation. À part les versets et le dharma de mon maître, je ne veux rien de ce monde. Aller méditer dans une grotte est la meilleure offrande au maître. De cette manière, j’hérite de la tradition, et c’est aussi le meilleur moyen de rendre le maître heureux. Si on veut en faire bénéficier les autres et répandre le dharma de Bouddha, cela ne peut être atteint que par la cultivation-pratique — il en va de même pour offrir le salut aux parents ou s’aider soi-même. À part pratiquer le dharma, je n’ai aucun savoir et ne souhaite m’occuper ni n’ai d’intérêt pour quoique ce soit d’autre’.


“ ‘En revenant chez moi cette fois, j’ai vu ma maison désertée et une famille brisée. Cela m’a profondément fait comprendre que cette vie est éphémère et imprévisible. Les gens travaillent très dur pour faire de l’argent ou accumuler des richesses. Mais à la fin, c’est pareil à un rêve. Je suis par conséquent disposé à quitter ce monde plus que jamais’.


“ ‘Un foyer est comme une maison en feu. Ceux qui y ont encore à souffrir, ou ceux qui oublient que nous mourrons plus tard et ferons face aux tribulations dans les règnes inférieurs durant la réincarnation, chercheront les plaisirs dans ce monde terrestre. Mais j’ai percé tout cela. Peu importe la pauvreté, la faim, ou le ridicule venant des autres, j’userai ma vie pour cultiver, pour moi-même et pour les êtres vivants’.


“ Le déclin de ma maison, la mort de ma mère, et le départ de ma sœur m’ont donné une leçon inoubliable et une profonde compréhension de l’impermanence. Je ne pourrais m’empêcher de crier de façon répétée : ‘Va méditer au fin fond des montagnes’. Dans les plus grandes profondeurs de mon cœur, encore et encore, je suis déterminé à renoncer à tout plaisir, à épuiser ma vie et passer tout mon temps à pratiquer le dharma ”.

(À suivre)


Version chinoise :

密勒日巴佛修炼故事(七)

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.