Rapport annuel 2018 du CECC- La persécution du Falun Gong continue en Chine

La Commission exécutive du Congrès sur la Chine (CECC) a publié le 10 octobre son rapport annuel 2018, soulignant la détérioration de la situation des droits humains en Chine. En particulier, le régime communiste continue de réprimer les adeptes du Falun Gong, les avocats des droits de l'homme tels que Gao Zhisheng et les minorités ethniques.


Le prélèvement forcé d'organes a également été mentionné. "Plusieurs organisations internationales se sont déclarées préoccupées par les informations selon lesquelles de nombreuses transplantations d'organes en Chine auraient utilisé les organes de prisonniers détenus, y compris des pratiquants de Falun Gong ", a cité le rapport de 324 pages, qui est disponible sur le site Internet du CECC.


 
Le sénateur américain Marco Rubio (à droite) et le représentant américain Chris Smith (à gauche), président et coprésident du CECC, ont présenté le rapport annuel 2018 du CECC le 10 octobre 2018.

"Audacieusement répressif"

Le sénateur américain Marco Rubio et le représentant américain Chris Smith, président et coprésident du CECC, ont présenté le rapport lors d'une conférence de presse ce jour-là. "Le Parti communiste a considérablement accru son contrôle sur le gouvernement, la société et les affaires et utilise impitoyablement la technologie pour atteindre ses objectifs. Alors que les décideurs politiques américains réexaminent de plus en plus les hypothèses erronées qui ont inspiré les relations américano-chinoises, nous devons être lucides sur les implications mondiales de la répression intérieure chinoise ", a fait remarquer M. Rubio.


Il a déclaré que la répression des groupes religieux par le parti communiste compromettait également les relations entre la Chine et les États-Unis. Le parti communiste doit adhérer à des valeurs universelles, non seulement pour la sécurité des Etats-Unis, les intérêts nationaux et les valeurs morales, mais aussi pour être cohérent avec les espoirs des citoyens chinois qui cherchent la protection de leurs droits fondamentaux et de véritables réformes politiques.


Il a appelé à des sanctions contre les responsables communistes. Il a dit que la censure du comité vise le Parti communiste chinois et non le peuple chinois. En fait, le peuple chinois et la culture chinoise ont apporté de grandes contributions à la civilisation humaine.


"Ce rapport met en lumière le non-respect des normes universelles par le gouvernement chinois ; il met en lumière les cas de prisonniers politiques torturés et maltraités ", a expliqué M. Smith, " Même selon les normes inférieures du Parti communiste chinois cette année a été audacieusement répressive. Il a déclaré que la répression des groupes religieux, des minorités ethniques et des avocats des droits de l'homme est la plus sévère depuis la Révolution culturelle.


Il a dit que l'inclusion du prélèvement d'organes dans le rapport annuel signifie qu'il faut prendre des mesures contre cette pratique déplorable.


La persécution du Falun Gong

Citation tirée du rapport : "Comme les années précédentes, les autorités ont continué à détenir les adeptes du Falun Gong et à les soumettre à des traitements sévères, les organisations de défense des droits humains et les adeptes du Falun Gong ont documenté des pratiques coercitives et violentes contre eux pendant leur détention, notamment la violence physique, l'administration forcée de drogues, la privation de sommeil et autres formes de torture".


L'organisation à but non lucratif américaine Dui Hua Foundation a constaté que les adeptes du Falun Gong représentaient la majorité des 800 personnes condamnées en vertu de l'article 300 du Code pénal chinois. Ces affaires, à partir de 2017, sont disponibles dans les bases de données judiciaires.


Parmi eux, Deng Cuiping, de la ville de Yuxi, dans la province de Yunan, est actuellement en prison pour une peine de six ans. Bian Lichao, de Tangshan City, dans la province du Hebei, a été condamné à 12 ans de prison. Zhang Ming et Li Quanchen, de la ville de Dandong, dans la province du Liaoning, ont également été arrêtés fin juin.


Même des citoyens d'autres nationalités ont été touchés. Le 5 janvier 2018, le tribunal intermédiaire de Shenzhen, dans la province de Guangdong, a confirmé la condamnation de Miew Cheu Siang (un an et six mois), un citoyen malaisien, et de son épouse Yu Linglan (cinq ans). Ils sont accusés de possession et de distribution de matériel de Falun Gong.


En décembre 2017, Epoch Times, une organisation de presse basée aux Etats-Unis, a rapporté 29 décès confirmés de pratiquants de Falun Gong en 2017 dus à des abus commis par des responsables.


Appel à une enquête du FBI

Le rapport a également constaté que le parti communiste " s’immisçait à nouveau dans la vie privée des citoyens chinois à travers la collecte accrue de données biométriques, l'expansion des réseaux de surveillance et le développement continu du système de crédit social ".


Rubio et Smith ont également publié une lettre demandant au FBI de rendre compte de comment il s'attaque à l'intimidation " inacceptable " et aux menaces visant les communautés de la diaspora chinoise, ouïghoure et tibétaine vivant aux États-Unis.


"L'autoritarisme de la Chine chez elle menace directement nos libertés ainsi que nos valeurs et nos intérêts nationaux les plus profonds ", note le rapport dans son résumé analytique.


Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.