Les années d'or de la grâce du Maître : Conférence internationale de Fa à Pékin

A la fin du mois d’octobre 1996, la deuxième Conférence internationale de Falun Dafa s'est tenue à Pékin. Il y avait plus de 400 participants, principalement des pratiquants étrangers. Ils venaient de Hong Kong, de Taiwan, de Singapour, des États-Unis, du Canada, d'Australie, de France, d'Allemagne, de Suède et de Suisse. Pendant la Conférence de Fa, le Maître a envoyé un message de félicitations pour célébrer le succès de la Conférence de Fa à Atlanta, USA :


Le salut à grande ampleur

Abandonnez votre esprit humain et mondain,
Le Fa obtenu, vous avez maintenant la stature divine,
Libérez-vous, et quittez ces Trois Mondes
Et montez au ciel avec un Corps de Bouddha.

Le 16 octobre 1996
(librement traduit de l’anglais)


L’esprit clair

Je propage le Fa, moi votre Maître, pour le salut de tous.
Pélerin aux quatre coins de la Terre, je conduis le vaisseau du Fa
Dans un monde plein de péché et de venin, je transmets Dafa,
En tournant le Falun, l’univers est rectifié.

Atlanta, le 16 octobre 1996
(librement traduit de l’anglais)


Le soir du 1er novembre, mon cerveau a soudain reçu ce message : “Le Maître viendrait demain ".


J'étais trop excitée pour dormir. Je ne comprenais pas vraiment les capacités supranormales parce que je venais d'obtenir le Fa, donc je n’étais pas sûre, "Le Maître viendra-t-il vraiment ?"


Le lendemain, j'ai participé aux activités à Ditan Park et j'ai demandé à un pratiquant plus ancien : "Est-ce que le Maître viendra aujourd'hui ?" Ils ont dit non parce que le Maître a déjà envoyé un message de félicitations depuis Atlanta.


Cependant, je croyais quand même que le Maître viendrait. Quand des pratiquants se sont mis à parler dans une petite cour, je regardais sans cesse la porte.


À 17 h, j'ai vu un membre du personnel organiser quelque chose en vitesse après avoir répondu à un appel téléphonique. J'étais sûr que le Maître viendrait, mais je n'osais pas le dire. J'attendais avec impatience l'arrivée du Maître.


Ils ont retardé le service à l'heure du dîner sans raison apparente. Nous avons dû continuer à bavarder. Il semblait qu'ils essayaient de retarder le dîner. J'étais nerveuse parce que je savais que le Maître venait à la salle de réunion.


“Voici le Maître !”


Tout le monde a applaudi et s'est précipité vers la porte. Un coordinateur nous a dit de retourner à nos places parce que ce n'était pas poli envers le Maître. Nous y sommes immédiatement retournés et avons salué l'arrivée du Maître.


Le Maître est arrivé avec le sourire. J'ai vu le Maître ! Le Maître était grand et gentil. Debout au milieu de la salle à manger, il a dit joyeusement : "Vous pouvez finir votre dîner et venir dans le hall. Nous aurons une conférence."


En regardant le Maître, j'ai applaudi avec beaucoup de bonheur. Le temps et l'espace semblaient se matérialiser. Soudain, j'ai découvert que le Maître ressemblait à mon père. Cette idée m'a inquiété parce que je ne comprenais pas ce qu'était le destin à l'époque. J'ai été surpris d'avoir eu une telle idée. (Plus tard, j'ai su que le Maître avait ouvert ma mémoire à ce moment-là.)


Après le dîner, tout le monde s'est rassemblé dans le hall et voulait que le Maître parle davantage. Un membre du personnel nous a dit que le Maître était venu ici directement de l'aéroport sans avoir dîné. J’étais si navrée d’apprendre cela. Le Maître était toujours si attentionnée à notre égard mais à quel moment étions nous attentionnés envers le Maître ?


Pour permettre aux pratiquants dans le fond de bien voir, le Maître a mis une chaise sur une grande table et a sauté pour s'asseoir dessus. Puis il a demandé si les pratiquants à l'arrière pouvaient le voir. Tout le monde a applaudi avec enthousiasme.


Ensuite, le Maître a donné une conférence de plus de quarante minutes. Les pratiquants retenaient leur souffle et écoutaient attentivement. Tout était très calme, seule la voix du Maître était suspendue entre ciel et terre.


Après la conférence, les pratiquants ont exprimé leur gratitude envers le Maître par de longs applaudissements chaleureux. Le Maître a serré la main des pratiquants et leur a parlé. Tous les pratiquants voulaient prolonger ce moment exceptionnel, et personne n'était prêt à laisser partir Maître.


Après plusieurs rappels du personnel, le Maître a quitté le hall. Il s’est retourné à plusieurs reprises pour nous faire signe.


Nous sommes restés en silence dans le couloir et avons regardé Maître s’éloigner dans l’obscurité.


Il était 11 h du soir quand nous avons quitté Ditan Park. Le clair de lune un peu comme l'eau, brillait sur la terre silencieuse, brillait sur la ville endormie et sur nous.


Annexe :

Pendant la pause de la conférence Fa, je discutais avec quelques pratiquants de Pékin. Un jeune initié taïwanais nous a soudain rejoints et nous a montrés du doigt : "Oh, tu as un Falun sur le visage. Le tien (bleu et bleu) est bleu, et le sien (moi) est violet." -------


Malheureusement, la batterie de mon appareil photo était déchargée ce jour-là. Je savais que le Maître allait venir, mais tous les magasins étaient fermés. Un pratiquant qui avait obtenu le Fa plus tôt m'a dit : "Ne vous inquiétez pas. Essayez encore une fois." Je n'ai pas compris et j'ai pensé que c'était futile d'essayer. Cependant, j'ai réussi à prendre 11 photos après l'arrivée du Maître.

Notre Maître compatissant est grand !!!


Traduit de l'anglais :
The Golden Years of Master's Grace: Beijing International Fa Conference



Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.