Me cultiver en tant que coordinatrice

Bonjour vénérable Maître,
Bonjour compagnons de cultivation,


Cette année, Shen Yun s'est produit dans la ville autrichienne de Salzbourg, les 16 et 17 avril. Etant donné que nous sommes seulement quelques pratiquants dans notre petite ville, il y a eu beaucoup de travail de préparation qui m'a été confié à coordonner. Selon moi on m’avait donné la tâche la plus difficile : celle de coordonner les pratiquants. Ça n'a pas été facile de travailler constamment avec des pratiquants aux caractères et mentalités très différents. Mais du fait de ces grandes et difficiles responsabilités j'ai vraiment pu ressentir ce qu’est l'élévation et le renforcement du xinxing.


Rétrospectivement, je constate qu'il y a eu beaucoup d'omissions dans ma cultivation jusqu'à présent. Je suis infiniment reconnaissante envers le Maître pour cette occasion si précieuse pour ma cultivation. Les tensions et les épreuves s'abattaient sur moi comme des pommes qui tombaient au vent violent, parfois il me semblait même ne pas pouvoir le supporter. Parfois, les tensions étaient en même temps dans tous les domaines, dans la famille, entre pratiquants et avec les autres coordinateurs.


Au tout début, je me suis promis que je n’utiliserai toutes les épreuves et les conflits que pour regarder en moi et élever mon Xinxing. Bien sûr, il n'a pas toujours été possible de le faire facilement et rapidement, mais j'ai essayé de ne pas dévier de l'obligation que je m'étais faite et de ne pas manquer une seule situation prévue par le Maître. Chaque fois que je me demandais : quoi d'autre ai-je besoin de comprendre ? Qu'est-ce que j'ai besoin de trouver à l'intérieur ? Où s'est-il caché ? Comment l'enlever rapidement et continuer à avancer aisément ?


L'une de mes premières épreuves a été d'apprendre que tous les pratiquants allemands devaient soutenir les représentations à Bâle ou Berlin, et que les représentations à Salzbourg devaient être assurées par les pratiquants autrichiens. Cela semble logique, mais il faut noter que nous avions réussi à organiser les deux premiers spectacles de Shen Yun à Salzbourg, exclusivement avec l'aide de pratiquants de Munich et des régions environnantes. J'ai pensé qu'il n'était pas réaliste d'effectuer toute la préparation nécessaire avec nos propres forces. D'ailleurs beaucoup de nos personnes ressources sont occupées par le travail, ou n'ont pas assez de moyens financiers, ou vivent loin d'ici. Cette décision signifiait pour moi un fiasco complet de la préparation de Shen Yun à Salzbourg. Je me sentais complètement impuissante, rancunière et j'avais un sentiment d'injustice. J'ai été frappée par un flot de pensées négatives. Bien sûr, d'autres pratiquants autour de moi n'ont pas manqué d'ajouter de l'huile sur le feu, ils ont également considéré cette décision absolument illogique et mettant en doute le succès de Shen Yun à Salzbourg. J'ai commencé à remarquer que ce flux négatif de pensées lessivait mon énergie positive, je gaspillais mon énergie dans des pensées absolument inutiles au lieu de me concentrer sur la résolution du problème et des pensées positives. J’ai pris conscience que les anciennes forces veulent que nous gaspillions nos énergies dans la controverse et que nous luttions les uns contre les autres. Alors retournant ces pensées injustes je me suis dit : ça suffit ! Je vous nie ! Je ne veux plus y penser.


Dans la sixième leçon de Zhuan Falun, “La conscience principale doit être forte” Maître dit :
la plupart des gens peuvent se servir de leur puissante pensée subjective (conscience principale forte) pour le repousser et s'y opposer. Cela montre alors que cette personne est susceptible d'être sauvée et qu'elle est capable de distinguer le bien du mal, cela veut dire qu'elle a un bon sens de l'éveil et mes corps de Loi vont l'aider à éliminer la plus grande partie de ce karma des pensées.”


Peu importe la décision, je la suivrai. Critiquer et évaluer les actions des autres coordinateurs n'est pas ma tâche. Je ne fais confiance qu'aux plans du Maître, et il les a nommés coordinateurs. Je ne veux pas avoir de pensées négatives à leur sujet. Je me concentrerai uniquement sur la meilleure façon de faire mon travail - c'est ma tâche principale. Et soudain, ce courant négatif s'est arrêté. Bien sûr, quelques pensées négatives sont revenues à plusieurs reprises, essayant d'occuper mon esprit, mais toutes ces tentatives ont rencontré mon refus catégorique. Puis la situation a changé, après que Shen Yun soit complet à Bâle, de plus en plus de pratiquants allemands sont venus à Salzbourg pour aider. Et bien que nous ayons constamment ressenti le manque de ressources humaines, j'ai pu m'améliorer dans ce processus.


Tolérer les erreurs des autres

Lorsque j'ai quitté l'Ukraine pour emménager en Autriche, j'ai découvert beaucoup de facteurs communistes en moi, que je n'avais pas même remarqués lorsque j'étais encore en Ukraine. Je me suis rendue compte qu'il est bien sûr très important d'étudier les Neuf commentaires sur le Parti Communiste, mais il est encore plus important de m'améliorer, ainsi que trouver et nettoyer les choses déviées imposées par l'environnement communiste dans la famille, l'école et la société. L'un de ces facteurs était la psychologie de rechercher un coupable ou un bouc-émissaire. Mon mari m'a souvent fait remarquer cette lacune, disant que je voulais trouver les coupables dans presque tous les conflits et les situations désagréables. Au début, je n'ai pas compris de quoi il parlait, parce qu'à mon avis, pour résoudre le problème, il faut comprendre ses racines. Par conséquent, un point important à cet égard est de trouver le coupable. Mais mon mari m'a toujours dit qu'une personne qui réussit prend toujours sur elle la responsabilité, ce que j'avais lu également dans différents livres. Même après avoir commencé à pratiquer et à étudier le Fa, je n'arrivais pas à comprendre ce principe. Après tout, un pratiquant doit non seulement assumer la responsabilité pour tout et ne pas blâmer les autres, mais aussi regarder à l'intérieur et élever son Xinxing.


Mais l'idéologie soviétique enseignait exactement le contraire : il y a toujours un coupable. J'ai vu cela très clairement en discutant avec une amie ukrainienne, qui ne pratique pas Dafa. Par exemple, elle croyait que si une mère sortait avec son enfant et que celui-ci tombait malade, cela était la faute de la mère qui avait négligé la santé de son enfant. J'ai regardé cette façon de penser sous un autre angle et j'ai été horrifiée de voir la même chose en moi ; j'ai réalisé à quel point je trouve toujours des fautifs partout et en tout. Puis un jour, j'ai entendu une mère autrichienne dire à son enfant, qui s'était manifestement montré imprudent et qui, par conséquent, me semblait être le coupable : “Ne t’inquiètes pas, personne n'est à blâmer. C'est juste un accident.” J'ai été étonnée de cette différence dans la façon de penser.


Dans l'article “Correction” dans Points essentiels pour un avancement diligent, Maître nous a dit : “Attention, ne recherchez pas la responsabilité, quand un problème surgit. Il faut regarder sa propre conduite. Il n'est pas non plus nécessaire de trouver qui les a écrits. Tirez-en une leçon et faites-y attention à l'avenir.


Mais c'est plus facile à dire qu'à faire. Changer la façon de penser, imposée et formée depuis plusieurs décennies, ne semblait pas si simple en réalité. Je comprenais tout en théorie, mais dans la pratique, en me retrouvant dans la situation en question, je continuais de penser de la même façon. Une fois, j'ai entendu une histoire de la Chine ancienne, publiée sur le site "Pure Insight" sur l'importance de ne pas blâmer les autres pour ce qui est arrivé. Un grand-père surveillait son petit-fils qui jouait dans la rue. Soudain, sans le vouloir, une charrette tirée par des chevaux a heurté le garçon. Mais le vieux grand-père a dit aux gens qui étaient dans la charrette : “C'est bon, vous pouvez continuer, vous êtes pressés, vous ne l'avez pas fait exprès<>.” Lorsque les parents de l'enfant sont rentrés à la maison, le grand-père leur a dit que le garçon était très fatigué et qu'il s'était déjà endormi. Le lendemain matin, le garçon s'est réveillé comme si de rien n'était. J'ai été émue aux larmes par cette histoire.


Lorsque j'ai commencé à coordonner la préparation de Shen Yun, j'ai dû faire face au fait que les pratiquants font des erreurs, et parfois de graves erreurs. Cela provoquait chaque fois chez moi beaucoup de pensées négatives et me mettait en colère. Surtout les erreurs des pratiquants avec lesquels je n'avais pas de très bonnes relations, ou ceux qui n'avaient pas de crédibilité à mes yeux pour une raison quelconque. Ainsi, une pratiquante chinoise, avec qui j'avais l'habitude d'avoir de très fortes frictions de" xinxing, "m'a envoyé un programme de concerts. Nous devions nous y rendre pour distribuer les dépliants de Shen Yun. J'ai trouvé des erreurs à plusieurs reprises sur les dépliants que nous devions distribuer, et à chaque fois, cela suscitait chez moi des pensées négatives à l'égard de cette pratiquante. Une fois, je suis allée à l'un de ces concerts avec une autre pratiquante. Il faisait très froid, nous nous tenions près de la sortie, attendant la sortie des spectateurs pour leur distribuer les dépliants de Shen Yun. À l'heure prévue, très peu de gens sont sortis. Il s'est avéré que ce n'était qu'une pause. Et la fin du concert devait avoir lieu une heure plus tard. Nous n'avons pas attendu la fin, car il était déjà très tard, il faisait froid et l'autre pratiquante était restée debout toute la journée.


Il s'est avéré que cette pratiquante avait écrit l'heure approximative, et non pas l'heure exacte de la fin du concert. J'étais déçue que nous nous soyons déplacées pour rien. Les pensées négatives et l'esprit de condamnation ont envahi mon cœur. J'ai pensé qu'elle avait des problèmes dans sa cultivation et qu'il était évident que la perversité avait trouvé des failles et faisait entrave. Mais l'autre pratiquante qui était avec moi ce soir-là m'a dit : “Nous devons nous montrer tolérant envers les erreurs des autres. Nous sommes tous des pratiquants et personne n'est à l'abri des erreurs.” Bien sûr, au début, j'ai rejeté ces paroles, car elles ne pouvaient pas pénétrer mon cœur enveloppé par le voile de la condamnation. Mais en rentrant chez moi, j'y ai réfléchi et j'ai réalisé que le Maître se servait de la bouche de cette pratiquante pour m’indiquer mes omissions, parce que ses paroles revenaient constamment à mes oreilles.


J'ai commencé à regarder à l'intérieur et à analyser pourquoi j'étais si rigide et intolérante face aux erreurs des autres ? Il s'est avéré que tout provenait de mon enfance quand mes parents me réprimandaient fortement pour n'importe quelle erreur ou omission. Mon père avait simplement pour habitude de me torturer moralement encore et encore pour certaines erreurs. Bien sûr, c'était du karma que j'éliminais, mais cela m'a aussi formaté à avoir la même attitude envers les autres. Lorsque je m'en suis rendu compte, je me suis sentie bien et toutes les pensées négatives se sont dissoutes. Je pouvais faire face plus facilement à de telles situations.


Quelques mois plus tard, nous sommes allés au théâtre pour distribuer à nouveau des dépliants. C'était le dernier grand concert juste avant Shen Yun. On était à sept dans trois voitures. Mais quand on est arrivé, il s'est avéré que tous les spectateurs étaient déjà partis. On avait une demi-heure de retard. Pour me défendre, j'ai dit aux pratiquants que les spectateurs étaient sortis plus tôt cette fois-ci, bien qu'au fond de mon cœur je soupçonnais m'être trompée de jour. En arrivant à la maison et en regardant le programme, j'ai été horrifiée de constater que j'avais juste confondu les jours et choisi la mauvaise heure. Je me suis allongée sur le canapé ; j'avais un tel poids sur le cœur que je ne voulais plus rien faire. Bien sûr, je réalisais que c'était mon omission. Je n'arrivais pas à me pardonner cette erreur tout comme je ne pardonnais pas les erreurs des autres. Comme je ne m'étais pas améliorée sur ce point, le Maître avait créé cette situation spécifiquement pour moi pour me montrer clairement que personne n'est parfait, que nous pouvions tous faire des erreurs et avoir des omissions, et que nous devons traiter les erreurs des autres avec bienveillance.


Dans Hong Yin III, le Maître écrit :

Pour qui cultive et pratique
On cherche toujours ses propres fautes
On enlève ainsi de nombreux coeurs humains de toutes sortes
Ne songez pas à échapper aux épreuves, grandes ou petites
(Dans un conflit, si vous pouvez vous souvenir :)
“C'est lui qui a raison
C'est moi qui ai tort”
Qu'y a-t-il à débattre ?
(“Qui a raison, qui a tort” extrait de Hong Yin III)

Merci Maître.
Merci compagnons de cultivation


[Partagé au Fahui européen 2018 à Prague]

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.