Une femme du Liaoning défend son innocence en pratiquant le Falun Gong

Par un correspondant de la Province du Liaoning, Chine
 

Une pratiquante de Falun Gong et son avocat ont défendu son droit constitutionnel de liberté de croyance lors de sa comparution au Tribunal du Canton de Chaoyang, le 31 août 2018, pour répondre des accusations concernant sa foi.


Mme Liu Yonglan a dit n’avoir enfreint aucune loi ni causé aucun tort à qui que ce soit en pratiquant le Falun Gong pour améliorer sa santé et en suivant son principe d’ Authenticité, Bonté, Patience afin d’être une meilleure personne.


Falun Gong, également connu sous le nom de Falun Dafa, est une pratique du corps et de l’esprit persécutée par le régime communiste depuis 1999.


Mme Liu est devenue émotive quand elle a témoigné de comment le Falun Gong l’avait tirée hors de l’abime du désespoir. Son mari et sa fille étant décédés de maladies en phase terminales elle-même, était aussi également gravement malade,et incapable de travailler et comptait sur la maigre retraite de sa mère pour s’en sortir. C’est le Falun Gong qui lui a rendu la santé et lui a donné l’espoir de continuer.


Le procureur, cependant, n’a pas cessé de lui demander la provenance de ses livres du Falun Gong et des autres documents.


Son avocat a répondu que ses livres du Falun Gong étaient des supports d’étude nécessaires pour la pratique de cette discipline spirituelle, et sa liberté de croyance, laquelle est protégée par la loi.


L’avocat a également mentionné l’annonce faite par l'Administration chinoise de la presse et des publications qui abrogeait son interdiction de publier des livres de Falun Gong en Chine.


Dans l’incapacité de réfuter l’annonce à laquelle l’avocat faisait référence, le procureur a alors accusé Mme Liu de « saboter l’exécution de la loi », un prétexte standard pour criminaliser le Falun Gong. Lui, par contre, a échoué à fournir des preuves démontrant que Mme Liu avait causé un quelconque préjudice à la société ou à quiconque spécifiquement du fait de sa pratique du Falun Gong.


L’avocat a aussi questionné la police pour avoir falsifié la signature du secrétaire du Parti du village sur la liste des objets confisqués, alors qu’il n’était pas présent lors de la fouille de la maison.


Le juge a ajourné le procès sans avoir prononcé de verdict. Son avocat a demandé son acquittement.


Le Procès de Mme Liu est survenu trois mois après son arrestation le 12 mai 2018. La police avait fouillé sa maison et confisqué son ordinateur, son imprimante et des documents du Falun Gong. Elle avait été envoyée dans un centre de détention le jour de son arrestation et y était détenue depuis.


Version chinoise :
辽宁朝阳县善良妇女刘永兰被构陷开庭


Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.