La projection de " Human Harvest " à Bangalore, en Inde, expose le côté sombre de la Chine

Les pratiquants de Falun Gong, avec Prakash Belawadi, un acteur, metteur en scène et activiste connu, ont organisé le 16 septembre 2018, une projection du film Human Harvest, lauréat d’un prestigieux prix Peabody, à l'Auditorium Suchitra de Bangalore.


L'auditorium de 100 places était quasi plein, et le documentaire a laissé de nombreux spectateurs profondément inquiets et au bord des larmes.


 
Le documentaire canadien primé ‘Human Harvest’ a été projeté dans l’Auditorium Suchitra de Bangalore. [Crédit photo: Veeresh NTD India]


Réalisé par le cinéaste canadien Leon Lee, le documentaire de 2014 expose l'un des pires génocides de l'histoire humaine. Le film révèle l'implication des hôpitaux chinois dans la récolte et la vente d'organes en assassinant des milliers de prisonniers d'opinion, dont la plupart sont des pratiquants de Falun Gong.


Le film se base sur le travail d'enquête de deux nominés canadiens au prix Nobel de la paix, David Matas, et David Kilgour. Il a été salué pour son récit convaincant documentant comment des prisonniers d’opinion innocents sont utilisés comme «banque d'organes vivants».

 
La projection a été suivie d’une table ronde avec Prakash Belawadi, acteur et metteur en scène, Aakar Patel, directeur exécutif d'Amnesty International; Sanjiv Bhalla, membre de l'Association Falun Dafa de l’ Inde; et le Dr Shirdi Prasad Tekur, pédiatre réputé.


Belawadi, le modérateur, a commencé par dire: "Je veux préciser que ce n’est pas un film politique sur la Chine. Il s’agit en fait de violations des droits de l’homme."


Aakar Patel a déclaré: "J’ai trouvé le film très intéressant… Je pense que ce documentaire a montré des choses dont la Chine a beaucoup à répondre. Mais, en fin de compte, la source du pouvoir de changement de toute grande société repose en son sein, dans sa population. "

 
Sanjiv Bhalla, membre de l'Association Falun Dafa de l’ Inde et Aakar Pater, directeur exécutif d'Amnesty International [Crédit photo: Veeresh NTD India]


Le Dr Shirdi Prasad a noté " chacun de nous a un but dans la vie… être aligné sur un but et savoir que nous sommes tous dans le même bateau. Je pense que cela, en soi, va nous faire beaucoup changer d’avis, tant de gens en Chine [étant persécutés pour leur foi] cela nous fait vraiment mal aussi. Nous ne pouvons peut-être rien faire immédiatement, mais nous pouvons commencer par nous-mêmes."


Sanjiv Bhalla a déclaré: " Le peuple chinois n’a pas de droits de l’homme, mais la Chine fait partie de la Commission des droits de l’homme des Nations Unies… Il n’existe pas de solution facile… à ce sujet… Mais parfois la vérité est si horrible que les gens sont incrédules.


Prakash a ajouté que la confiance est basée sur la transparence, qu'il ne ferait pas confiance à la Chine, car il ne s'agit pas d'un État transparent, et que la dénonciation et la sensibilisation sont une arme réelle contre le manque de transparence.


Beaucoup de gens ont demandé plus d'informations sur la persécution et comment ils pouvaient aider. En se basant sur cette réponse, les pratiquants prévoient d'organiser plus de projections dans la ville.


Version anglaise:
Screening of “Human Harvest” in Bengaluru, India Exposes China’s Dark Side

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.