La cultivation dépend du pratiquant

Un pratiquant sait qu'il est important d'avoir un esprit calme en étudiant le Fa. On ne devrait pas avoir l'esprit de recherche pour comprendre le Fa. Nous devons garder l'esprit ouvert, être vigilants et supprimer les pensées distrayantes. Les principes de Dafa se manifesteront alors automatiquement.


Bien que les principes de cultivationexistent, ils ne sont pas vôtres à moins que vous ne les cultiviez. Une fois sur le chemin de la cultivation, vous comprendrez la signification des principes. Pour moi, l'élimination des distractions et l'étude sincère et diligente du Fa sont la cultivation véritable.


Récemment, j’en suis venu à comprendre la signification de ce principe de cultivation :" La cultivation dépend de soi, le gong dépend du maître. " (Zhuan Falun)


Il s'est manifesté dans tous les aspects de ma cultivation.


Ne pas cultiver véritablement

En cultivant, je sentais que je n'avais rien appris après avoir lu une conférence du Zhuan Falun. Je me sentais très mal et j'ai utilisé inconsciemment ce " sentiment " pour mesurer la qualité de mon étude du Fa. Mais je me suis senti mieux quand j'ai compris pourquoi.


Ce sentiment s'est également manifesté lorsque j'ai clarifié les faits concernant Dafa aux Chinois et leur ai demandé de démissionner du Parti communiste chinois (PCC) et de ses organisations de jeunesse.


J'étais très insistant quand j'essayais de persuader les gens de démissionner du PCC. Plus j'insistais, plus le résultat était mauvais. Malgré les mauvais résultats, je me sentais quand même bien et me réconfortais en me disant : " Je l'ai fait pour eux. De toute façon, il y a toujours des gens qui ne peuvent pas être sauvés ! "


Puis, quand j'étais un peu de meilleure humeur, j'ai regardé à l'intérieur pour trouver mes insuffisances et j'ai pensé : " J'étais peut-être trop anxieux et je parlais à un niveau trop profond et je ne pouvais donc pas être compris. J'ai peut-être un attachement à vouloir obtenir quelque chose ou un esprit combattif. "


Alors que je continuais de regarder à l'intérieur, je me suis rendu compte que j'avais complètement oublié le principe :

" La cultivation dépend de soi, le gong dépend du maître. " (Zhuan Falun)


Je me considérais comme celui, et non le Maître [Li Hongzhi, le fondateur du Falun Dafa], qui sauvait les gens. Je ne cultivais pas véritablement.


Une lacune dans la cultivation

Il est essentiel que nous nous assimilions à ce principe de cultivation avec notre cœur, pas seulement avec notre bouche. Alors notre niveau de cultivation s'élèvera. Sincèrement, nous croyons en Dafa et laissons le reste au Maître.


Ce qui suit illustre davantage ce principe.


Ayant eu une compréhension du Fa, un pratiquant taïwanais âgé a refusé de faire un pontage cardiaque la veille de l'opération prévue. Il a dit : " À mon âge, ça va si je meurs. Je validerai le Fa si je survis. " Il croyait que le Maître le sauverait. Il est toujours en vie aujourd'hui.


J'ai lutté pendant quatre semaines avant de passer une épreuve de karma de maladie. J'étais attaché à me rétablir rapidement. J'avais aussi une conception humaine de résister à l'épreuve et j'ai essayé de trouver du soutien dans le Fa du Maître pour ma pensée. Les forces anciennes ont tiré avantage de mes lacunes dans la cultivation. Je ne me rendais pas compte que le karma fournit une occasion d’ élever xinxing
.


J'ai enfin eu une idée : " Je cultive depuis plus de vingt ans. Je ne vais pas penser à la maladie et je la laisserai au Maître. Si je meurs, ce sera une plénitude parfaite. "


Quand j'ai raconté mon expérience lors d'une rencontre de partage d'expériences, un pratiquant a cité ce que le Maître a dit pour me rappeler ma pensée concernant la " mort ".
" …les disciples pendant la période de la rectification de Fa doivent partir seulement après l'achèvement de la rectification de Fa. " (Points essentiels pour avancer avec diligence II)


J'ai compris : " Il est difficile pour quiconque de ne pas chercher d'excuses pour “ne pas éliminer la pensée de la vie et de la mort.” Vous n’avez qu’à cultiver résolument bien, regarder à l'intérieur pour s'élever et laisser le reste au Maître. »


Avoir un objectif de cultivation n'est pas un attachement. Ce n'est pas non plus un attachement à vouloir améliorer sa vie. Mais c'est un attachement à vouloir obtenir quelque chose si on y pense trop. Regarder fréquemment à l'intérieur et bien se cultiver sont les clés pour s'améliorer.


On devrait toujours se rappeler ce principe de cultivation et se concentrer uniquement sur la cultivation, sans penser à une mission à accomplir ou à son résultat. Le Maître vous aidera à réaliser les missions.


Version anglaise :
Cultivation Is Up to the Practitioner

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.