Des pratiquants de Falun Gong allemands réclament la fin de la persécution lors de la visite du premier ministre chinois

Le 9 juillet 2018, lors de la visite du premier ministre chinois Li Keqiang à Berlin, les pratiquants du Falun Gong se sont rassemblés devant la Chancellerie pour une manifestation pacifique afin de réclamer la fin de 19 ans de persécution de la discipline spirituelle et de méditation en Chine.

Les pratiquants ont présenté les exercices de Falun Gong et tenu des bannières montrant les faits de la persécution.

 
Présentation des exercices
 
Des bannières réclament la fin de la persécution en Chine


Mme Zhou Lei, porte-parole du Falun Gong en Allemagne, a déclaré : "Nous demandons la liberté de croyance en Chine, ce qui est constitutionnel. Nous n'avons jamais modifié notre demande au cours des 19 dernières années. Nous savons clairement que la persécution a été lancée et est maintenue par l'ancien dirigeant du Parti communiste Jiang Zemin et ses partisans. "

Mme Zhou pense que de telles manifestations sont utiles pour améliorer l'environnement des droits de l'homme pour les pratiquants en Chine.

" Un élément important de la politique étrangère du Parti communiste est la lutte contre le Falun Gong à l'étranger. Sans nos manifestations, les gens, y compris le gouvernement chinois, pourraient penser que le Falun Gong a été éradiqué et que personne ne soutient le Falun Gong au sein de la communauté internationale ", a dit Mme Zhou.

" Nous avons vu qu'au début de chaque année, le gouvernement chinois émettait plusieurs annonces et politiques concernant la "lutte" contre le Falun Gong. Cela signifie que le Falun Gong est au centre de leurs politiques. Nos manifestations à l'étranger ont exercé une énorme pression sur eux. "

" Donc, je crois que ces manifestations sont utiles. Sans les 19 années de résistance pacifique et les efforts pour dire au public ce qu'est le Falun Gong, très peu de gens connaîtraient la vérité et les faits brutaux de la persécution, sans parler du mouvement pour démissionner du Parti communiste chinois. "

Un couple attire l'attention sur la mort de leur fils lors d'une campagne brutale

Parmi les manifestants de lundi se trouvait un couple plus âgé dont le fils unique, Tian Shichen, a perdu la vie dans la persécution.

M. Tian travaillait pour la Société automobile Futian à Pékin. Il a commencé à pratiquer le Falun Gong en 2010 avant d'être envoyé au Nigeria pour son travail.

Un jour, M. Tian a parlé du Falun Gong à un ami dans un quartier chinois au Nigeria sans savoir qu'il était espionné par le personnel de l'ambassade de Chine. Après une enquête, il a été rappelé à Pékin en 2011 et a été enlevé à l'aéroport dès son atterrissage dans la capitale chinoise.

Les directeurs de sa société ont eu une conversation de quatre heures avec lui, conversation qui a entraîné sa démission forcée. Seize jours plus tard, il est mort de causes inconnues. Les cendres de ses os étaient rouges. On soupçonne qu'il a été empoisonné.

Les parents de M. Tian, tous les deux pratiquants de Falun Gong, se sont enfuis en Allemagne en 2012 et ont commencé une manifestation à long terme devant l'ambassade de Chine.

 
Les parents de M. Tian à la manifestation de lundi


Son père, Tian Mingjun, a déclaré lundi : " Nos objectifs sont clairs : traduire en justice le principal auteur de la persécution, Jiang Zemin ; restaurer la réputation du Falun Gong ; et nous donner un environnement pour pratiquer librement. "


 
 
 
 
Les pratiquants s'adressent aux passants et leur demandent aux leur aide pour mettre fin à la persécution en Chine.

Un couple de Düsseldorf a été choqué d'apprendre que l'État autorisait le prélèvement forcé d'organes sur des pratiquants de Falun Gong de leur vivant en Chine. La femme a dit à un pratiquant : " C'est admirable que vous soyez si paisibles face à une persécution aussi cruelle. "

Version chinoise : 中国总理访德 法轮功呼吁制止迫害

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.