“L’Art de Zhen, Shan, Ren” visite les villes bulgares de Plodiv et de Varna

Du 9 mai au 15 juin, l’exposition internationale " L’Art de Zhen, Shan, Ren " (Authenticité, Bonté, Tolérance) a visité Plodiv et Varna, deux plus grandes villes de Bulgarie après Sofia.


 


Large écho auprès du public de la ville de Plovdiv

La ville de Plodiv a accueilli l’exposition entre le 9 et le 27 mai dans le bâtiment du Conseil municipal en coopération avec l’Association des Artistes de Plodiv. Deux réunions municipales ont été tenues durant cette période de temps, offrant à de nombreux responsables, commissaires municipaux et gestionnaires de district la possibilité de voir les œuvres et d’être informés sur les violations des droits de l’homme en Chine. Beaucoup ont refusé de partager leurs retours mais la Présidente du Conseil municipal a fait savoir que ses collègues avaient été bouleversés par les scènes de violence brutale dans certains tableaux, amenant la plupart à demander davantage d’information à propos de la répression à l’encontre du Falun Gong en Chine.


Le médiateur de Plodiv, le conseiller George Halachev, a été très impressionné par l’exposition et a manifesté un grand intérêt pour la pratique spirituelle du Falun Dafa. Il voulait apprendre les exercices et lire Zhuan Falun – l’ouvrage principal de ce système de cultivation. En plus de cela, il a pris très à coeur les efforts pour clarifier les faits et a exprimé son admiration pour la diligence et le dévouement des pratiquants. Il les a remerciés pour avoir choisi la ville de Plodiv ; " Je n’avais encore jamais vu une telle affluence dans cette galerie ! Cette exposition devrait être présentée de nouveau lors du Forum ' Plodiv- capitale européenne de la culture 2019' " a-t-il dit.


 
 

Outre les responsables municipaux, il y avait aussi de nombreux citoyens locaux et de touristes parmi les invités. Il y a eu des étudiants, des mères avec leurs enfants et des personnes âgées, qui se sont arrêtés après une promenade dans le beau Jardin du Tsar Siméon, pour revenir quelques jours plus tard avec des amis. Beaucoup ont admis que leur raison de revenir était de revoir la toile de la statue de Bouddha, les accueillant avec un sourire sincère. " Nous voulons de nouveau ressentir la chaleur, la lumière, la bonté et la compassion qu’elle dégage … C’est extraordinaire ".


 


Les plus âgés parmi eux ont été impressionnés par le fait que l’exposition soir réaliste, dépeignant des histoires personnelles de la vie réelle. Ils sont restés un certain temps à discuter de ce à quoi les pratiquants du Falun Dafa en Chine étaient soumis La plupart ont comparé ce qu’ils venaient de voir avec les répressions du Parti communiste bulgare à leur encontre et celle de leurs familles, ajoutant que "Malheureusement nous n’avions pas ici d’artistes aussi courageux pour dépeindre la répression du communisme bulgare ".


Quantité d’invités ont été surpris d’apprendre l’existence d’un pareil génocide de nos jours et que personne n’ait osé en parler. Certains voulaient connaitre les faits, présentés dans le rapport " Bloody Harvest " des activistes canadiens des droits humains David Matas et David Kilgour et ont remercié les organisateurs de fournir une information aussi précieuse.


 

Le jeune public a été captivé par l’art. Le premier jour l’exposition a été visitée par des élèves de l’École nationale pour les Arts de la Scène et de l’écran , et l’ÉcoleTsanko Lavrenov. Le directeur de l’école d’art Svetlozar Chavdarov, un artiste qui a visité la Chine, a été impressionné par le niveau artistique des œuvres. Les élèves ont également partagé combien ils avaient aimé les peintures. " De nos jours on ne voit pas souvent des techniques aussi précises, les yeux des personnages vous suivent partout quel que soit l’angle d’où vous regardez le tableau ; " Ils ont dit qu’ils trouvaient difficile de concevoir l’art d’aujourd’hui, et de comprendre pourquoi leurs professeurs utilisaient des techniques aussi peu réalistes, trouvant difficile d’appréhender les expositions abstraites. " Il n’y a plus d’art aujourd’hui," ont-ils commenté. Un d’entre eux était si impressionné par les peintures qu’il est revenu trois fois à la galerie. Il a dit que s’il pouvait, il serait allé à New York pour voir les originaux.


 


De nombreux visiteurs ont dit avoir appris l’exposition par leurs amis dans la ville de Bourgas, tandis que d’autres ont promis de la recommander à leurs mis et leurs familles dans les villes de tara Zagora et de Sofia.


Choqués par les crimes du communisme

L’intérêt suscité par les œuvres n’a pas été moindre dans la ville de Varna qui a accueilli l’exposition du 31 mai au 15 juin, à la Galerie d’Art 'Graffiti '. Des professeurs de l’Ecole d’art et des Ecoles de sports ont visité l’exposition et y ont ensuite amené leurs étudiants. De nombreux habitants de Varna et des touristes sont venus regarder les peintures et ont laissé des commentaires dans le livre d’or. La plupart ont été profondément touchés. Ils ont commenté le puissant élément social de l’exposition et ont été scandalisés par les brutales violations des droits humains et les atrocités perpétrées à l’encontre des pratiquants en Chine.


Les invités ont été impressionnés par la pureté et l’harmonie se dégageant des œuvres. Un artiste local a commenté "ce ne sont pas des toiles à accrocher dans votre chambre ", il a partagé que sa famille avait aussi été soumise aux répressions communistes en Bulgarie et a dit qu’il n’avait pas oublié ce qui était arrivé aux innocents, accusés de crimes contre le régime."


 

L’ancien maire de Varna et membre du Parlement Hristo Kirchev a assisté au vernissage et a été profondément touché par les œuvres et les histoires derrière


Version originale :
„Изкуството на Истинност, Доброта, Търпение“ гостува в Пловдив и Варна

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.