Une Canadienne d'origine chinoise en attente d’être jugée pour sa croyance, famille et amis exhortent le tribunal à abandonner l’affaire à son encontre

Une Canadienne d'origine chinoise reste détenue à Pékin depuis son arrestation il y a plus d'un an pour son refus de renoncer au Falun Gong, une discipline spirituelle persécutée par le régime communiste chinois. Sa famille et ses amis ont soumis une lettre au tribunal local après une récente audience préalable au procès, exhortant les fonctionnaires du tribunal à abandonner l'affaire contre elle.


Mme Sun Qian, 52 ans, a eu une carrière couronnée de succès en tant que fondatrice de la Beijing Leadman Biochemistry Co, Ltd. Elle a figuré à deux reprises dans le rapport Hurun de la Chine sur les personnes fortunées. Son succès, cependant, s'est fait aux dépens de sa santé, et rien ne pouvait soulager ses palpitations cardiaques, ses problèmes de foie et sa dépression.


Ses symptômes ont disparu peu après qu'elle a commencé à pratiquer le Falun Gong en 2014. Cependant, sa nouvelle croyance l'a amenée en garde à vue. Mme Sun a été arrêtée à son domicile à Pékin le 19 février 2017. En raison de sa citoyenneté canadienne, son cas a suscité beaucoup d'attention en Chine et au Canada. Lorsque le gouvernement canadien a demandé sa libération, le gouvernement chinois a exercé davantage de pressions sur les avocats qui se sont engagés à défendre son droit constitutionnel à la liberté de croyance.


Pas moins de trois avocats ont été contraints de démissionner entre juin 2017 et fin mars 2018. Le tribunal local du district de Chaoyang s'est empressé d'annoncer une date d'audience, alors que sa famille se démenait pour lui trouver deux nouveaux avocats.


Les nouveaux avocats avaient encore beaucoup de dossiers à lire lorsqu'on leur a demandé d'assister à une audience préliminaire prévue pour le 23 avril 2018. Les avocats ont dit à la famille de Mme Sun qu'il y avait huit clips vidéo dans les dossiers de l'affaire qui ne fonctionnaient pas et qu'ils soupçonnaient le tribunal d'essayer d'accélérer la poursuite en justice contre Mme Sun sans leur donner suffisamment de temps pour tout examiner.


Mme Sun et ses nouveaux avocats ont assisté à l'audience préalable du procès, qui s'est tenue dans une salle du palais de justice de Wenyuhe. Ils ont entendu des huissiers parler de la façon dont Zhou Qiang (juge en chef de la Cour populaire suprême) avait visité Wenyuhe. Il n'est pas clair, cependant, si la visite de Zhou avait quelque chose à voir avec le dossier de Mme Sun.


Les avocats ont demandé pourquoi le parquet et le tribunal du district de Chaoyang n'ont pas enquêté sur le fait que Mme Sun a été torturée dans les premiers jours de son arrestation. Elle a été privée de nourriture et d'eau pendant 48 heures consécutives après son arrestation. Elle a également été aspergée de poivre et a eu les mains menottées derrière le dos pendant sa détention.


Le juge Li Yifan et le procureur Zhang Xin n'ont pas donné de réponse. Ils ont ignoré la demande des avocats pour que Li soit récusé du procès à venir.


Les avocats se demandaient aussi pourquoi le parquet envoyait encore des gens pour interroger Mme Sun après que son dossier avait déjà été transmis au tribunal. Le procureur Zhang n'a donné aucune explication.


Les avocats ont conclu qu'il n'y avait aucune base légale pour arrêter et inculper Mme Sun.

La famille et les amis de Mme Sun ont envoyé une lettre au tribunal du district de Chaoyang peu après l'audience préalable au procès. Ils ont exhorté les fonctionnaires de la cour à abandonner les poursuites en justice contre MmeSun.


La lettre soulignait également l'absence de fondement juridique dans la poursuite en justice de Mme Sun. Elle était accusée d'avoir violé l'article 300 du Code pénal, qui stipule que ceux qui utilisent une organisation sectaire pour saper l'application de la loi doivent être poursuivis en justice dans toute la mesure du possible.


La famille et les amis de Mme Sun ont soutenu qu'aucune loi en Chine ne criminalise le Falun Gong ou le qualifie de secte, et que l'ancien dictateur chinois Jiang Zemin a ordonné à la Cour populaire suprême et au Parquet populaire suprême de publier une interprétation législative de l'article 300 en novembre 1999, qui exigeait que quiconque pratiquant ou promouvait le Falun Gong soit poursuivi en justice dans toute la mesure du possible.


Une nouvelle interprétation législative qui a remplacé la version de 1999 est entrée en vigueur le 1er février 2017. La nouvelle interprétation ne fait aucune mention du Falun Gong et souligne que tout acte d'accusation contre quiconque s'engage dans une secte doit être fondé sur des motifs juridiques solides. Comme aucune loi en Chine ne qualifie le Falun Gong de secte, l'acte d'accusation contre Mme Sun n'a aucun mérite.



Juge Li Yifan, +86-18600857209

Voir également :

Une femme d’affaires canadienne maltraitée dans un centre de détention à Pékin, l’avocat s’est vu refuser les visites

La ' presse de référence' du Canada couvre le sort d'une citoyenne détenue à Pékin pour sa croyance en Falun Gong

De hauts fonctionnaires canadiens préoccupés par le sort d’une citoyenne détenue et torturée à Pékin pour sa croyance




Version chinoise :
孙茜代理律师指执法不公 亲友敦促终止追诉

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.