La recherche sur les crimes de prélèvement d'organes en Chine présentée à la conférence de Harvard sur la bioéthique

David Matas, éminent chercheur sur les crimes de prélèvement d'organes en Chine, a participé à la conférence annuelle de bioéthique de la Harvard Medical School à Boston le 13 avril 2018. Il a abordé les abus de transplantation en Chine et souligné que certains membres de la profession de transplantation mondiale ont pris l’habitude de s'engager avec leurs homologues chinois.


M. Matas est un avocat international des droits de l'homme. Depuis 2006, il a beaucoup écrit concernant le prélèvement d'organes sur des pratiquants de Falun Gong dans le cadre de la persécution de la discipline spirituelle par le régime communiste.

 
David Matas discute de l’abus de transplantation en Chine et des interactions avec les professionnels chinois de la transplantation.
 
Le poster de Matas
 
Conférence annuelle de bioéthique 2018 à la Harvard Medical School

Après la présentation de M. Matas, les participants ont eu l'occasion de poser des questions. Certains d'entre eux étaient au courant de l'abus de transplantation en Chine et voulaient rester au courant sur la question.


La veille de la conférence de Harvard, M. Matas s'est également entretenu avec des étudiants et des professeurs de l’université de Wellesley, une université d’arts libéraux pour femmes située à l'ouest de Boston.

 
David Matas présente l'abus de greffes d'organes en Chine à l’université de Wellesley


M. Matas a également pris la parole lors d'un événement commémorant l'étape importante des 300 millions de démissions du Parti communiste chinois, qui s'est tenu dans le quartier chinois de Boston le 14 avril.

 
David Matas prend la parole à un rassemblement dans le Chinatown de Boston.

Version anglaise :
Research on China's Organ Harvesting Crimes Presented at Harvard Bioethics Conference

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.