Deux femmes condamnées à la prison pour leur croyance après un simulacre de procès

Deux femmes du canton de Li ont été récemment jugées pour leur croyance en Falun Gong, une discipline spirituelle actuellement persécutée en Chine. Après deux audiences, chacune a reçu une peine d'un an. Les deux ont déposé des appels.

La police a arrêté Mme Zhang Xiaojian et Mme Wu Xinhua le 30 juillet 2017, et après trois semaines de détention, l'arrestation a été officialisée. Les autorités ont interféré avec les avocats pour les empêcher d'accepter leur cas.

La première audience des deux pratiquantes a eu lieu au tribunal du canton de Gaoyang le 15 novembre. Toutes deux sont entrées menottées dans la salle d'audience et le sont restés tout au long du procès. Seules deux personnes de leur famille ont été autorisées à entrer.

Le procureur a interrompu les déclarations des avocats et le juge a refusé de l'en empêcher. L'audience a pris fin après qu'un procureur a insulté les avocats de la défense et est sorti de la salle d'audience.

La deuxième audience a eu lieu le 14 décembre et les façons de faire du juge et du procureur n'étaient pas très différentes. Le procureur a commencé l'audience en insultant ouvertement l'avocat de la défense.

Le juge a demandé au procureur de ne pas soulever d’informations non pertinentes et de contrôler son caractère. La conduite inappropriée a continué, le procureur frappant à maintes reprises du poing sur la table et exigeant que les avocats de la défense soient évacués de la salle d'audience.

Le procureur a alors calomnié le Falun Gong et son fondateur. Quand les avocats lui ont demandé de citer des lois qui soutenaient ses déclarations, le procureur a frappé son poing sur la table et dit qu'il n'était pas lié par les lois.

L'avocat de la défense a souligné que la preuve de l'accusation était biaisée, parce que les deux témoins avaient la même signature. Le procureur a admis ouvertement que la preuve était biaisée et a dit : " biaisée ou non, cela aboutira quand même à une condamnation. " Il a ensuite menacé les pratiquantes qu'elles recevraient des peines plus lourdes pour avoir embauché des avocats pour plaider non coupable pour elles.


Le juge n'a pas rendu de verdict au procès.


Voir également :

La pétition de 500 villageois pour la libération de deux femmes rencontre de la résistance au tribunal


Version chinoise :
河北蠡县张小俭、吴新华遭非法判刑




Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.